27

[TEST] Life Is Strange Episode 1 : Chrysalis

icone auteur news

Le 08/02/2015

Après le succès critique de Remember Me, DONTNOD Entertainment s’associe à Square Enix pour leur nouveau jeu, Life Is Strange. Produit en format épisodique, le titre surf sur la tendance de l’histoire interactive via un aspect point & click, le tout rappelant fortement les dernières productions Telltale. Simple tentative dans le domaine ou véritable coup de bluff, voyons ce qu’annonce ce premier épisode de Life Is Strange.


 


Max, à gauche, et Chloé, sa meilleure amie d’enfance.

 

 

Nous incarnons donc Max Caulfield, une étudiante en photographie qui intègre le lycée Blackwell à Arcadia Bay, ville où elle a grandie avant de partir pour Seattle. Ce retour dans sa ville d’enfance permet d’instaurer immédiatement une certaine intimité avec Max, en découvrant un cadre nostalgique remplie de crainte et d’espoir par rapport à sa meilleure amie d’enfance et à ses études.

 

Le joueur évolue donc dans un cadre lycéen, au sein d’un lycée qui n’accueille que des terminales, permettant de ne pas être plongé dans une foule de PNJ sans âme. Ici, la quasi-totalité des personnages que vous croiserez feront l’objet d’une petite réflexion dans la tête de Max, et les personnages principaux ne tarderont pas à se faire remarquer.

 

 

Observations, actions, interactions

 

 

L’histoire de Life Is Strange s’articule donc en fonction des interactions que vous aurez avec les personnages et votre environnement, et nécessite ainsi une certaine implication de la part du joueur pour en saisir pleinement l’intérêt et la poésie. Pour cela, de nombreux outils sont à disposition du joueur, que ce soit l’accès aux SMS de Max via son téléphone portable, la forte présence des réseaux sociaux dans l’esprit des protagonistes (cadre adolescent oblige), ou simplement des éléments du décor aptes à faire l’objet d’une belle photo.

 

Le journal intime de Max sera l’élément le plus représentatif de cette narration intimiste avec le joueur, puisque l’on y retrouve l’ensemble de l’histoire racontée par Max, imprégnée de sa personnalité par des dessins et anecdotes rendant le tout aussi attachant que réussi. Nul doute que ce journal intime représente l’outil idéal pour se remettre les éléments du jeu en tête lors de la sortie d’un nouvel épisode. L’ensemble constitue un background particulièrement soigné et prometteur, pour peu que les prochains épisodes continuent sur cette voie.

 


Les SMS étayent le background, et approfondissent les relations entre les personnages.

 

 

Quand gameplay rime avec réitérer

 

 

Ne nous le cachons pas : le gameplay de ce premier épisode de Life Is Strange se révèle pour le moins basique. A base de déplacements et de choix multiples dans les dialogues, son atout principal demeure dans le pouvoir que Max se découvre : la faculté de pouvoir remonter dans le temps. Si le pouvoir ne semble à première vue pas très utilisé dans ce premier épisode du jeu, il est pourtant intéressant de tester les différents choix dans les conversations, et l’on se retrouvera même parfois à hésiter devant un choix important, quitte à revenir une ou deux fois sur nos décisions en espérant ne pas le regretter plus tard.

 

L’histoire de ce premier épisode est ainsi façonnée autour de ce pouvoir s’imposant à Max, couplé aux retrouvailles avec sa meilleure amie d’enfance, et une fille du campus portée disparue. On pourra d’ailleurs reprocher au titre de peut-être trop nous prendre par la main, et de ne pas proposer suffisamment de challenge ou de réflexion. Le pouvoir de Max est donc plutôt utilisé ici à titre de découverte, accompagnant Max dans sa façon d’appréhender son environnement, et l’on espère que son utilisation sera plus approfondie dans les épisodes à venir.


 

Graphismes et OST

 

 

Tout comme le reste du jeu, les graphismes sont soignés et dépeignent un cadre dont l’ambiance est enchanteresse. Ainsi, la tranquillité et le côté campagnard d’Arcadia Bay intensifie le ressenti nostalgique de Max. Petit bémol toutefois pour les textures, qui ne se chargent pas instantanément lors des cinématiques, laissant apercevoir un court instant des écrans pas toujours très fins.

 

L’aspect enchanteur du titre est encore une fois renforcée par la bande-son du jeu, qui est vraiment plaisante à écouter.

 


Les graphismes contribuent à cette ambiance si particulière, notamment sur le campus

Vesperia
 

  • JOUABILITÉ

    13

    La prise en main n'a rien de compliqué ni d'exceptionnel, et ne souffre d'aucun défaut pour peu que l'on ne fasse pas n'importe quoi en maniant la caméra.

  • GRAPHISMES

    15

    Malgré des textures mettant parfois quelques secondes à  s'afficher correctement, le rendu visuel saura flatter vos pupilles, avec une mention spéciale pour les effets de lumière très bien gérés.

  • BANDE SON

    16

    L'OST de Life Is Strange est à  l'image de ses graphismes : agréable à l'écoute, il ne sera pas étonnant de chercher à  les retrouver sur Youtube pour se replonger dans cette ambiance légère et envoûtante.

  • DURÉE DE VIE

    14

    La duréee de vie de ce premier épisode dépendra de la curiosité du joueur : comptez peut-être deux heures pour faire le tout en ligne droite, sans prêter attention aux éléments optionnels. Mais ce serait un gâchis, et profiter pleinement du titre prendra environ quatre heures de votre temps.

  • SCÉNARIO

    12

    Le scénario n'est pas le point fort de ce premier épisode : on découvre ici le pitch de l'aventure, mais il faudra attendre la suite pour juger de la profondeur de l'intrigue.

    • Points positifs

      • Une narration intime avec le joueur
      • Un background riche et soigné
      • Des graphismes colorés et agréables
      • Une OST envoûtante
      • Un premier épisode qui donne envie de faire la suite
    • Points négatifs

      • Peu de challenge
      • L'attente du prochain épisode pour connaître l'impact de la quasi-totalité de nos choix

    Conclusion

    Si Life Is Strange raconte avec talent une histoire mêlant adolescence et fantastique, force est de constater que l'implication demandée pour profiter pleinement du jeu ne correspondra pas à  tous les joueurs. Pourtant, DONTNOD nous livre ici un jeu soigné, et le seul défaut qu'on pourrait lui trouver est le fait d'en vouloir plus, ce qui constitue pleinement une réussite du format épisodique. L'OST et la patte graphique se joignent à  la narration et forment un rendu aussi immersif que poétique, et les 4h de jeu sont pour le joueur une véritable invitation à  se plonger dans cet univers pittoresque.

    16

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Vesperia : Co-Responsable de la rubrique "Tests"

    Joueur de 22 ans, je tente de rattraper des années de culture vidéoludique pour comprendre le pourquoi du comment de chaque jeu. Ce qui me prend beaucoup de temps et me fait accumuler plus de retard encore. J'aime le jeu vidéo, tout simplement.

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... "