6

[TEST] Never Alone

icone auteur news

Le 08/12/2014


 

Développé par Upper One Games, Never Alone est un jeu de plates-formes jouable aussi bien en solo qu’en coopération à deux joueurs. Le titre nous plonge dans une fable inuit en nous faisant incarner Nuna, une jeune fille Iñupiaq qui fuit son village natal dans le but de trouver l’origine d’un blizzard qui ne s’arrête jamais. Accompagné d’un renard polaire, vous devrez alors affronter le climat et les dangers de la banquise, le tout étant imprégné de notions culturelles tout au long de l’histoire.


Un jeu qui fait la part belle à la coopération

L’introduction du jeu instaure directement les bases du gameplay, qui répondent à une mécanique très simple : on court vers la droite, on utilise la touche de saut pour escalader quelques obstacles, de rares interactions avec les obstacles nous amènent à pousser des caisses, et on s’agrippe au sol pour ne pas se laisser emporter par les bourrasques de blizzard. On peut par la suite utiliser une arme de jet, et passer du contrôle de Nuna à celui du renard, qui s’avère plus habile et capable d’interagir avec des esprits.


C’est d’ailleurs ce qui fait l’essence de la coopération du jeu : les esprits présents réagiront à la présence du renard, et se matérialiseront alors en plates-formes permettant à Nuna de traverser certains endroits un peu trop ambitieux pour elle. Cependant, si le jeu s’avère particulièrement agréable à contrôler avec deux joueurs humains, il se montre malheureusement plus laborieux lorsque l’on joue seul, l’IA ayant tendance à suivre exactement les pas du joueur même dans les cas où les puzzles à résoudre impliquent logiquement le fait de rester inactif à tel endroit. Le joueur solo aura donc la lourde tâche de switcher régulièrement entre les deux personnages pour assurer lui-même la cohérence des actions, et ce détail peut parfois être agaçant lorsqu’il provoque des morts à répétitions sur un passage pourtant simpliste, d’autant plus que le jeu n’est pas jouable en coopération en ligne, seulement en local. Heureusement, les points de contrôles sont nombreux, et les temps de chargement plutôt rapides


Le loup permet la matérialisation des esprits.

Plus qu’un simple jeu, un univers avec sa culture et ses enjeux

Si le jeu se présente comme un platformer sans prétention dans son gameplay, il en est tout autre quant à sa réalisation. En effet, hormis quelques bugs d’animation et contrôles qui ne réagissent pas toujours au quart de tour (ce qui pourrait convenir au fait que l’on contrôle une fillette durant ce périple), l’ambiance installée par Never Alone est tout simplement unique. Le rendu du moteur Unity est très propre, le filtre appliqué aux contours de l’écran n’est pas sans rappeler celui de Limbo, ce qui va de pair avec les nombreuses morts que vous aurez à surmonter. A cette réalisation soignée s’ajoute une splendide bande-son, le tout permettant une véritable immersion dans cette nature impitoyable.


Immersion renforcée par la symbolique amenée sans cesse par le jeu, et détaillée dans des courts-métrages débloqués au fur et à mesure de la progression dans l’histoire. Si ces courts-métrages peuvent sembler au premier abord n’être que des bonus, ils représentent une véritable plus-value pour le titre, en apportant des notions culturelles via chaque aspect symbolique du soft. Que ce soit la présence d’esprits, la personnification des aurores boréales, ou encore l’importance du prédateur, chacun des éléments du jeu s’expliquent dans une notion culturelle par une histoire ou une tradition inuit, et saura faire mouche chez le joueur qui prendra le temps de s’y intéresser.

 


Les aurores boréales seraient des enfants décédés, qui cherchent à s’amuser.

Comme l’explique une des notions culturelles du jeu, tous ces éléments s’articulent autour d’une fable inuit qui sert de scénario : la mise en danger d’un peuple par la nature, où un membre de la communauté fait face au problème et souhaite le régler. Ce scénario s’illustre par une leçon d’humilité, puisqu’ici c’est Nuna qui fera face au blizzard qui ne s’arrête jamais, et le jeu s’accorde même un ultime chapitre aux allures de Shadow of The Colossus, rappelant la place de l’homme face à la nature. Ce scénario ne vous occupera malheureusement pas plus de trois heures, en incluant tous les succès/trophées, et n’est pas sujet à une énorme rejouabilité.

  • JOUABILITÉ

    11

    A cause d'une IA alliée pas toujours efficace, le jeu peut s'avérer laborieux en solo. La dimension coop est heureusement bien plus pratique, mais est uniquement local et risque de ne pas intéresser tout le monde à la maison.

  • GRAPHISMES

    14

    Le titre s'en sort bien avec un très bon travail du moteur Unity. De plus, on apprécie le filtre encadrant le jeu et apportant une atmosphère toute particulière au jeu. Petit bémol cependant concernant la diversité des niveaux et les rares bugs d'animation.

  • BANDE SON

    15

    La musique s'accorde parfaitement à l'atmosphère du jeu, et vous plonge dans votre périple face à la nature. Sans vous marquer, elle contribuera efficacement à vous embarquer dans le doux voyage que propose Never Alone.

  • DURÉE DE VIE

    6

    Environ 2h30 pour finir le jeu, 3h si on veut pousser au 100% pour peu qu'on ait loupé quelques collectibles : c'est peu, très peu par rapport au prix actuel du jeu. De plus, la rejouabilité ne présente pas énormément d'intÃérêt

  • SCÉNARIO

    14

    Tiré d'une fable inuit, le scénario sera le pilier du jeu et la source de tout l'aspect culturel du titre. Simple mais efficace, avec des valeurs et un message clair, nous avons là de quoi marquer les esprits quelques temps et pousser à la réflexion le joueur.

    • Points positifs

      • La réalisation graphique
      • La narration en iñupiaq/anglais, sous-titré français
      • La bande-son envoûtante
      • Les notions culturelles à visionner
      • L'aventure en coop
    • Points négatifs

      • Les bugs d'animation
      • L'IA alliée qui n'en fait qu'à  sa tête
      • L'imprécision des contrôles
      • La durée de vie
      • Facile et pas très fun

    Conclusion

    Difficile donc de noter Never Alone tant il se veut renversant sans se montrer particulièrement amusant. Ce serious game saura toucher le joueur qui y portera de l'intérêt, mais dépasse clairement le domaine du jeu vidéo, et son accessibilité pour le grand public en prend un coup. Cependant, sa réalisation et les valeurs qu'il soulève font de lui un titre indispensable à tout joueur prêt à s'accorder un voyage culturel authentique, à une époque où cela devient de moins en moins évident.

    14

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (6)

    Vesperia a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 03:12

    Voilà, mon test pour Never Alone ! J'espère qu'il vous plaira et que le jeu vous intriguera :)
    Le test est un peu court à mon goût, même si il est plus long que celui de JVC. Je pense que ça s'explique par le fait que le jeu est court (2h30) et peu riche en contenu ^^
    Oh et je ne suis pas passé par le panel admin car si on le fait, le test apparaît dans le flux rss, et donc sur AppyGamer, alors même qu'il n'est pas validé.

    Si vous voulez voir le test un peu mis en forme : https://www.dropbox.com/s/uq3h773vezuqdk3/Never%20Alone.docx?dl=0

    Lund a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 06:30

    Sous l'image des aurores boréales : "Les aurores boréales seraient des enfants morts en tant qu’enfants, qui cherchent à s’amuser.", tu peux retirer le "en tant qu'enfants", ça fait répétition (ou alors j'ai pas compris ce que tu as voulu dire). "seraient des enfants morts" se suffit à lui même je pense.

    Vesperia a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 17:21

    Yep, j'y avais pensé en l'écrivant ^^ Je savais juste pas comment formuler le fait que ce soit des enfants qui sont décédés sans avoir eu le temps de grandir, m'enfin on comprend comme ça. C'est arrangé.

    GalWii a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 17:32

    "Si le jeu se présente comme un platformer sans prétention dans son gameplay, il en est tout [b]autrement[/b] quant à sa réalisation."
    --> autre

    Le reste est très bon, peut-être un peu court mais tu dis l'essentiel et c'est le plus important :)
    Pour moi c'est validé !

    Lund a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 17:46

    [quote="GalWii"]"Si le jeu se présente comme un platformer sans prétention dans son gameplay, il en est tout [b]autrement[/b] quant à sa réalisation."
    --> autre

    Le reste est très bon, peut-être un peu court mais tu dis l'essentiel et c'est le plus important :)
    Pour moi c'est validé ![/quote]
    "Il en est tout autrement" se dit :o

    Vesperia a écrit un commentaire le 07/12/2014 à 18:03

    De base j'avais mis "tout autre" puis j'ai modifié en "autrement", mais bon dans le doute j'ai suivi GalWii, j'ai remis "autre" ^^

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Never Alone

    Support : PS4

    Editeur :

    Développeur : Upper One Games

    Genre :Plates-formes

    Multijoueur :

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Vesperia : Co-Responsable de la rubrique "Tests"

    Joueur de 22 ans, je tente de rattraper des années de culture vidéoludique pour comprendre le pourquoi du comment de chaque jeu. Ce qui me prend beaucoup de temps et me fait accumuler plus de retard encore. J'aime le jeu vidéo, tout simplement.

    Critiques de Presse