0

[TEST] Splatoon 3

icone auteur news

Le 27/09/2022

Apparue comme par magie en 2015 sur Wii U, la licence Splatoon a depuis continué son petit bout de chemin en réussissant à se démarquer parmi la masse de shooters que nous propose l’industrie vidéoludique. Après un deuxième opus sorti en 2017, c’est désormais au tour de Splatoon 3 de nous replonger dans cet univers déjanté et plein de couleurs. Le titre est développé et édité par Nintendo, et disponible sur Nintendo Switch depuis le 9 septembre 2022. Mais après un Splatoon 2 sorti sur la même console, cette troisième itération vaut-elle le détour ? ConsoleFun s’est penché sur la question !

 

 

Le meilleur mode Histoire de la licence

 

 

Si Splatoon se veut avant tout une expérience multijoueurs, cela n’a jamais empêché la licence de proposer un mode Histoire à chaque sortie, Splatoon 2 s’étant même doté d’une campagne additionnelle via un DLC payant. Splatoon 3 ne déroge ainsi pas à la règle, avec une formule particulièrement intéressante ! Les premières minutes font ainsi office de tutoriel global pour les nouveaux-venus dans l’univers de Splatoon, et l’on découvre bien vite Alterna, une zone divisée en plusieurs îles et faisant office de hub pour enchaîner les niveaux.

 

Et c’est là que le mode Histoire marque déjà des points : dans Alterna, on choisit les niveaux que l’on fait, et la manière dont on avance. Seul obstacle, une bouillie hirsute barre quelques routes, nécessitant quelques œufs de poissons pour les faire disparaître grâce à notre camarade de route, le Salmioche. Ce petit être apporte une légère nouveauté au gameplay, puisque vous pouvez lancer le Salmioche sur un ennemi ou un obstacle afin qu’il l’attaque, déployant ainsi des routes pour vous, ou éliminant certaines menaces. On retrouve effectivement les Octariens, éternels ennemis suspectés une fois encore d’avoir volé le Poisson-Globe, source d’énergie nécessaire à la ville de Cité-Clabousse.


Le Salmioche peut gober la bouillie hirsute après avoir mangé quelques œufs de poissons.

 

Libre alors à vous de choisir votre chemin : faire chaque niveau et éliminer toute la bouillie hirsute, ou foncer pour terminer l’histoire au plus vite et découvrir ce qui se trame à Alterna ? La progression est ainsi plus agréable que jamais, avec des niveaux très courts qui se terminent en trois minutes en moyenne. Ces niveaux sont très funs et variés, et mettent à l’honneur l’arsenal du jeu, avec la possibilité de choisir parmi plusieurs armes et gagner plus ou moins d’œufs de poisson en fonction de l’arme choisie, ce qui module généralement la difficulté. Certains niveaux nécessitent un prix d’entrée, et ont même parfois des contraintes : il vous faudra alors n’utiliser que l’arme secondaire, éviter tout contact avec l’encre ennemi, ou terminer le niveau en un certain temps…

 

Le mode Histoire de Splatoon 3 est alors le parfait endroit pour apprendre à maîtriser les différentes armes primaires et secondaires, ainsi que les capacités spéciales. De plus, Alterna regorgent de collectables, mais qui sont cachés dans le hub plutôt que dans les niveaux : un équilibrage efficace qui permet de ne pas s’attarder plus que de raison dans les niveaux, tout en motivant à nettoyer et explorer le hub afin de découvrir des secrets sur l’histoire ainsi que des ressources permettant d’améliorer l’équipement. Mais que vous décidiez d’explorer Alterna ou pas, une chose est sûre : le Hall multijoueur n’attend que vous !


Opter pour un équipement plus difficile à maîtriser sur un niveau garantit de meilleures récompenses.

 

 

Un multi plus quali malgré peu d’inédit

 

 

Qu’on soit bien clair, Splatoon 3 ne révolutionne pas la licence, et n’apporte que peu d’éléments inédits. Les matchs de 3 minutes s’enchaînent bien et constituent le cœur de l’expérience. Splatoon a cette particularité d’être un jeu à objectif où l’on doit recouvrir d’encre une map : les joueurs moins bons techniquement ne sont ainsi pas moins utiles à l’équipe, tandis que les meilleurs viseurs pourront s’occuper plus facilement des ennemis pour stopper ou ralentir leur avancée.

 

On trouve huit maps inédites parmi les douze que propose le jeu de base, et l’arsenal est bien enrichi de quelques nouveautés telles que l’Éclatana, mais globalement le titre reprend les éléments qui ont forgé Splatoon au fil des sept dernières années. Cependant, Splatoon 3 n’est pas avare en matière de petits ajustements qualitatifs, rendant l’expérience plus agréable. A commencer par son lobby multijoueur, qui permet de s’entraîner en attendant une partie, l’occasion de ne pas arriver totalement perdu dans une partie où vous comptiez expérimenter une nouvelle arme par exemple.

 

Le début des parties propose maintenant de positionner un curseur afin de choisir où apparaître, dans une certaine limite évidemment. Ce détail peut sembler anodin, mais permet d’établir un accord tacite sur les trajectoires de chacun, et se répartir les endroits à peinturlurer. De plus, en cas d’invasion ennemie, vous pourrez ainsi éviter de vous faire éliminer dès la réapparition, voire même profiter de cet ajustement pour tenter une percée et attirer l’attention de vos adversaires, laissant le champ libre à vos alliés.


Le lobby multijoueur est désormais un lieu d’entraînement, et plus un simple écran d’attente.

 

Les déplacements gagnent par ailleurs en possibilité avec l’ajout de la vrille et de la déferlante Calamar : la première sert à dévier des tirs ennemis lorsque vous changez de direction avant un saut sous forme de calamar, tandis que la déferlante sert à charger un saut lorsque vous êtes accroché à un mur, ce qui permet de prendre de la hauteur et surgir au-dessus de vos adversaire avec un avantage considérable.

 

Comme sur les précédents titres, Splatoon 3 exploite ses maps en les mettant en rotation, ce qui permet de s’approprier les cartes tout en n’ayant pas le temps de s’en lasser. Il est d’ailleurs possible de mettre en miniature le topo de mise à jour des stages, ce qui est plus que profitable ! Le mode Anarchie, qui vous fera monter en classement au fil de vos matchs, n’est disponible qu’au niveau 10, le réservant aux joueurs ayant fait leurs armes et voulant évoluer dans des joutes plus intenses.


En début de partie ou lorsque l’on réapparaît, on peut choisir où exactement.

 

À l’instar de Splatoon 2, plusieurs modes de jeu y sont disponibles : la Défense de Zone où il faut encrer 90% d’une zone pour en prendre le contrôle et tenir un certain temps, mais aussi le Bazookarpe où l’on prendre le contrôle d’une arme géante et l’amener chez les ennemis, l’Expédition Risquée où l’on doit contrôler une plateforme mobile jusqu’à l’amener chez les adversaires, et la Pluie de Palourdes où l’on récupère des palourdes à jeter dans le panier ennemi.

 

Ces modes ont subi quelques ajustements : il faut par exemple 8 palourdes au lieu de 10 dans la Pluie de Palourdes pour former une palourde géante ouvrant l’accès au panier adverse, et en mode Bazookarpe il faut désormais passer deux checkpoints au lieu d’un seul. Ce mode est le seul à nous avoir paru tout de même peu équilibré, tant les parties peuvent être rapidement pliées.

 

Pour souffler entre deux batailles acharnées, Splatoon 3 propose aussi le Salmon Rush en accès permanent, un mode coopératif où quatre personnes vont devoir coopérer pour venir à bout de vagues d’ennemis tout en récoltant orbes et œufs de poissons. Chaque vague impose une arme aléatoire, et déploie des miniboss sur lesquels récupérer des orbes à mettre dans un panier commun à l’équipe. Certaines missions parmi les plus difficiles vous feront même affronter des boss particulièrement robustes, rendant l’affrontement tout à fait grisant. Ce mode est idéal pour avoir une approche différente du travail en équipe, et il n’est pas punitif : il suffit d’encrer un allié tombé au combat pour le relever, une mission se terminant par un échec seulement si tout le monde tombe K.O. Il est d’ailleurs possible de s’y adonner en multijoueur local, avec plusieurs Switch et plusieurs copies du jeu.


Le mode Salmon Rush vous mettra en coopération contre les Salmonoïdes !

 

Par ailleurs, Splatoon 3 propose un tout nouveau mode de jeu, intitulé Cartes et Territoires, prenant la forme d’un jeu de cartes stratégiques où votre but restera d’encrer plus de territoire que votre adversaire. En un contre un face à des PNJs, vous placez tour après tour une carte sur le terrain, avec pour obligation d’encrer une case adjacente au territoire déjà contrôlé. Chaque carte a une valeur, et si vous et votre adversaire visez un même terrain, la carte avec la valeur la plus faible s’applique. Seules certaines cases spéciales permettront, une fois entourée de votre encre, de déployer une capacité spéciale permettant d’encrer des cases déjà possédées par votre adversaire. Ce mode est donc particulièrement stratégique, bien que très éloigné des joutes multijoueur que nous connaissons.

 

Enfin, la grosse nouveauté de Splatoon 3 vient des guerres de territoires tricolores, disponibles lors des Splatfest. Ces festivals où l’on choisit une équipe sont de retour avec désormais des choix à trois réponses : « Qu’emporteriez-vous sur une île déserte ? » propose ainsi de rejoindre l’équipe Nourriture, l’équipe Outils ou la team Jeux. Le festival se déroule ensuite normalement, les équipes s’affrontant en duel. Puis, le deuxième jour du festival, un point est fait sur les tendances du concours : on voit quelle est l’équipe qui domine la compétition, et celle-ci est alors mise en difficulté lors de matchs tricolores !


Les matchs tricolores lors des festivals sont encore plus grisants !

 

Ces matchs tricolores font participer les trois équipes, avec l’équipe en tête embarquant quatre joueurs au milieu de la map, encerclée par les deux autres équipes aux extrémités de la map, ces deux équipes ne comptant par contre que deux joueurs ! Vous l’aurez compris, cette configuration permet de mettre en difficulté l’équipe gagnante, et potentiellement rebattre les cartes pour les équipes en position de challengers ! La pression y est intense, notamment lorsque des multiplicateurs sont en jeu : être dans une équipe de deux joueurs est particulièrement stressant car il faut être aussi efficace que possible, tandis qu’être dans l’équipe au centre de la map nécessite une rigueur d’équipe à toute épreuve !

 

 

Plus personnalisable et abouti que jamais

 

 

Techniquement et visuellement, Splatoon 3 est impeccable. La direction artistique est plus aboutie et plaisante que jamais, que ce soit à travers les niveaux du mode Histoire ou dans le multijoueur. La bande-son est encore une fois incroyable, avec ces sonorités originales qui donnent à l’OST une véritable identité propre à la licence. Les animations sont belles et fluides, et on trouve de nombreuses interactions amusantes dans la ville de Cité-Clabousse, témoignant d’un certain souci du détail.


Les casiers sont personnalisables, et la statue moai est très prisée des joueurs…

 

Et plus que jamais, Splatoon 3 propose de personnaliser votre expérience de jeu selon votre style de jeu, et selon vos goûts. La première chose à faire une fois le jeu lancé est d’ailleurs de personnaliser son personnage, ainsi que son Salmioche. Une fois en jeu, monter de niveau fait ainsi progresser dans un catalogue semblable à un pass saisonnier, débloquant des objets à acheter et des pièces d’équipements. Chaque objet possédé peut servir de décoration à votre casier, nouveauté de cet opus accessible à partir du niveau 4 dans le lobby multijoueur.

 

De plus, la plaque de joueur est personnalisable, et surtout, l’équipement embarque toujours divers passifs bien utiles au combat. Cette fois, le personnage de Tipik pourra réinitialiser pour vous les passifs d’un équipement, voire carrément les changer pour un autre plus à votre goût ! L’opération coûte bien sûr une somme colossale, mais répond à une demande de longue date des joueurs, où les plus férus du jeu pourront enfin mêler style et compétences de manière optimale selon leurs envies et leur façon de jouer !

  • JOUABILITÉ

    18

    Avec ses quelques ajouts et ses nombreuses petites corrections, Splatoon 3 est la meilleure itération de la licence, et propose de nombreuses options pour s’amuser instantanément.

  • GRAPHISMES

    19

    Plus beau et fluide que jamais, Splatoon 3 dispose d’un univers aussi déjanté que coloré, avec un soin du détail dans les effets et les animations.

  • BANDE SON

    17

    La bande sonore de Splatoon 3 ne déroge pas à la règle de la licence : les sonorités sont punchy, souvent étranges, et bien que formant un ensemble très réussi, certaines pistes pourront vous paraître trop dissonantes pour vous plaire. Néanmoins, cet univers sonore donne une véritable identité propre à la licence.

  • DURÉE DE VIE

    18

    Si le mode solo vous prendre une dizaine d’heures, vous pouvez prévoir de très nombreuses heures de jeu sur le multi, que ce soit en compétitif ou en coopération ! Splatoon 3 regorge de modes de jeu et de contenu à découvrir, avec de nombreuses mises à jour et festivals à venir : de quoi prolonger le plaisir de jeu pendant longtemps !

  • SCÉNARIO

    17

    Sans révéler le scénario du jeu, l’ambiance post-apocalyptique et les documents découverts en parcourant les zones nous dévoilent une intrigue intéressante et bien funeste pour l’humanité, dans la lignée des précédents titres.

    • Points positifs

      • Le meilleur mode solo de la licence
      • De nombreux modes de jeu pour s’amuser
      • Visuellement et techniquement impeccable
      • La personnalisation qui gagne encore en contenu
      • Les matchs tricolores, un nouveau format particulièrement grisant
    • Points négatifs

      • Peu de grosses nouveautés pour l’instant
      • Le mode Bazookarpe qui peut se montrer peu équilibré

    Conclusion

    Sans révolutionner la formule, Splatoon 3 est l’aboutissement des sept ans d’évolution de la licence, proposant de nombreuses façons de s’amuser dans cet univers aussi déjanté que coloré. Impeccable visuellement et techniquement, il peaufine des mécaniques déjà éprouvées afin de les rendre plus complètes que jamais, et saura satisfaire nouveaux-venus comme joueurs aguerris. Si l’on peut lui reprocher de trop peu nombreuses nouveautés, les futures mises à jour ne manqueront pas de rendre plus riche encore l’expérience de jeu. Par son atmosphère unique dans un genre trop peu revisité, Splatoon 3 est le shooter que tout le monde mérite : fun, joyeux, et accessible.

    18

    icone sélection ConsoleFun

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 2 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Splatoon 3

    Support : Nintendo Switch

    Editeur : Nintendo

    Développeur : Nintendo

    Genre :TPS (Third Person Shooter)

    Multijoueur : Non, uniquement jouable en solo

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Vesperia : Co-Responsable de la rubrique "Tests"

    Joueur de 22 ans, je tente de rattraper des années de culture vidéoludique pour comprendre le pourquoi du comment de chaque jeu. Ce qui me prend beaucoup de temps et me fait accumuler plus de retard encore. J'aime le jeu vidéo, tout simplement.

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... Nintendo"