1

[TEST] Tearaway

icone auteur news

Le 25/09/2014

Jamais à court d'idées quand il s'agit de développer un nouveau jeu, Media Molecule avait éclaboussé de son ingéniosité le monde du jeu vidéo en proposant son Little Big Planet sur Playstation 3. Doté d'une richesse incroyable et d'un univers aussi coloré que festif, l'épisode fut une véritable sensation et un deuxième fit rapidement son entrée, proposant toujours plus de contenus et de nouvelles fonctionnalités aux joueurs qui, aux anges, se demandaient inévitablement quelle pourrait bien être la suite à tout ça. Peu après la sortie de la Playstation Vita à travers le monde, la nouvelle console portable de Sony qui propose différentes fonctionnalités tactiles/sensitives, Media Molecule a flairé le bon coup et voyait déjà en cette console un éventail infini de possibilités et d'interactions. Tearaway était né.

 

Les petits papiers

Après Little Big Planet et son univers si particulier, bâti essentiellement sur des éléments en toile de jute, Tearaway prend quant à lui naissance dans le papier. L'histoire du jeu nous introduit la problématique selon laquelle un message doit nous être adressé le plus rapidement possible. Un message de la plus haute importance contenu dans une simple enveloppe mais sans aucun être vivant pour nous l'apporter. Qu'à cela ne tienne, cet univers papier va nous permettre de greffer à cette enveloppe des bras et des jambes pour en faire un personnage vivant du nom de Iota, le héros de notre aventure. Les différents détails de l'histoire nous sont racontés par deux narrateurs qui n'hésiteront pas à conseiller Iota sur la bonne marche à suivre pour arriver à bon port, c'est à dire nous.

Car à dire vrai, il n'y a pas qu'un seul protagoniste dans Tearaway mais bien deux, Iota et le joueur appelé Vou. Si Iota est le personnage que vous contrôlerez durant toute l'aventure -donc le message qui vous est adressé- vous aurez également votre rôle à jouer dans l'histoire. Ainsi, il arrivera très souvent que l'on s'adresse directement à vous pour réaliser une action. Un premier élément de réponse à l'interactivité du jeu. De manière la plus simple possible, Tearaway pourrait se définir comme un jeu d'aventure mêlant plateforme et découverte dans un univers 3D. Seulement, appréhender cette expérience de cette façon serait regrettable tant elle possède de choses à offrir. Créer pour créer n'a jamais été le leitmotiv de Media Molecule, il y a dans chacun de leur jeu une partie de la vie, un élément majeur qui fait de leurs différentes productions des chefs d’œuvre et à n'en pas douter, Tearaway est peut-être la plus belle définition de ce que peut être le jeu-vidéo.

tearaway_cf2

 

ad (Vita)m aeternam

 

Nous vous la présentions dans l'introduction de ce test, la Playstation Vita est la raison principale au développement de Tearaway. Cette console qui semble aujourd'hui de plus en plus délaissée par les éditeurs offre pourtant sur le papier un potentiel de jouabilité infini et ça, les développeurs de Media Molecule l'ont très bien compris. Tearaway ne se contente pas d'être un simple jeu d'aventure mais profite de toutes les fonctionnalités de la console. Ainsi, chaque niveau de Tearaway se met au service d'un gameplay original et très bien pensé : vous aurez la possibilité d'aider Iota durant sa quête en interagissant directement avec les différents éléments du jeu. L'interactivité entre votre console et le jeu se réalisera de façon très naturelle et c'est tout le potentiel de la Vita qui ressort de Tearaway.

Écarter des objets ou des murs d'un simple glissement de doigt pour laisser passer Iota, dessiner des éléments qui viendront donner vie à certains personnages, prêter votre voix ou votre image pour l'insérer dans le jeu, combattre des ennemis en les expulsant de l'écran, faire bondir votre héros en tapotant la surface arrière de la console, il vous est possible de réaliser énormément de choses dans Tearaway et c'est un plaisir de tous les instants. Cette interactivité est un excellent moyen de faire participer le joueur à cette histoire colorée et très bien mise en scène, d'autant que le joueur est lui aussi considérée dans cette histoire comme un personnage à part entière. La relation entre Iota et Vou s'étoffera au fil des découvertes, vous apprendrez petit à petit à découvrir ce petit personnage Ô combien attachant jusqu'à un dénouement final très intelligent.

Tearaway est l'exemple parfait de ce qu'on attend de la Vita, toutes les fonctionnalités sont utilisées et justifiées par le jeu sans que leurs utilisations deviennent intrusives. Se voulant naturelle, la prise en main de Tearaway est très rapide. Tout le monde pourra s'y essayer et c'est également un autre point fort du soft, les plus petits comme les plus grands pourront prendre du plaisir sur Tearaway car il est très accessible, sans pour autant renier sur les exigences propres à un jeu de ce genre qui nécessitent les bons timings pour sauter sur les différentes plateformes sans tomber dans le vide.

tearaway_cf3

 

Dessine-moi une citrouille

 

A l'instar de son grand frère Little Big Planet, Tearaway possède une direction artistique très inspirée. Nous évoluons dans un monde de papier où tout prend naissance à partir de celui-ci. Les différents niveaux qui composent le jeu, qui sont au nombre de quatorze, possèdent chacun une ambiance unique avec des couleurs agréables et chatoyantes qui donnent au jeu un cachet vraiment particulier. On saluera encore une fois les artistes de Media Molecule qui ont réussi à créer un monde où se mêlent poésie et plaisir pour un résultat final des plus attirants. Tearaway n'aurait pu être autrement et la combinaison de son gameplay original avec cet univers papier est la recette parfaite. Au cours de votre aventure, il vous sera demandé de dessiner des éléments à l'aide de l'outil de création. Différentes feuilles de couleurs vous sont proposées autour d'une grande planche à dessin, votre créativité sera mise à rude épreuve. Que vous dessiniez une couronne, une citrouille ou bien tout ce qui vous passe par la tête, il sera néanmoins dommageable de constater que cet outil n'est pas très précis et il faudra souvent s'y prendre à plusieurs reprises pour atteindre un résultat convenable. Toutefois, même s'il n'est pas parfait, cet outil a le mérite d'exister et pouvoir insérer vos créations partout dans le jeu s'avère grisant et vraiment fun.

Au delà de sa réalisation technique et artistique, Tearaway puise sa force dans sa capacité à tirer profit de son univers composé de papier. Plus qu'un simple enrobage, le papier est un élément prépondérant dans le jeu et le gameplay s'articulera souvent autour des possibilités qu'il offre, que ce soit lorsqu'il s'agira de déplier des plateformes ou de découvrir de nouvelles zones cachées par la superposition. Si nous devions comparer Tearaway à quelque chose que tout le monde a déjà connu, le monde de Tearaway ressemble à ces livres d'enfants qui, une fois ouverts, nous offrent une véritable scène de théâtre composée d'éléments superposés les uns derrière les autres. Voilà comment nous pourrions définir Tearaway, comme un immense livre rempli de surprises à découvrir au fil des pages et dieu sait que ce jeu regorge de bonnes idées.

tearaway_cf4

 

Une expérience nouvelle et rafraîchissante

 

Plus qu'un simple jeu, c'est par les émotions et les sentiments qu'il procure que Tearaway est une expérience inoubliable. Nous pouvons le voir partout, et ce à chaque instant, Tearaway réussit à élever son concept pour offrir au joueur un jeu qui arrive parfaitement à faire la liaison entre le ludique et la réalité. Durant votre aventure, il vous faudra prendre en photo certains décors ou personnages qui ont perdus leurs couleurs pour leur redonner leur éclat d'antan. Si cette mécanique peut sembler anodine, elle s'accompagne très intelligemment d'un ajout inédit : à chaque objet/personnage que vous prendrez en photo, le patron correspondant sera alors débloqué et vous pourrez ainsi le reproduire dans la réalité, armé d'une paire de ciseaux et d'un tube de colle. Une idée géniale qui apporte vraiment de la diversité et une raison de plus d'arpenter de fond en comble tous les niveaux, à la rechercher de nouveaux objets à fabriquer.

tearaway_cf5

Comment ne pas évoquer également notre fonction dans ce jeu ? Comme nous l'avons présenté plus tôt dans ce test, nous sommes dans le jeu considéré comme un personnage à part entière appelé Vou, destiné à aider Iota dans sa quête principale. Et c'est sans doute sur ce point là que Tearaway finit de convaincre de son intelligence, car au lieu d'être une simple évocation dans le jeu, nous existons réellement en lieu et place du soleil. Ainsi, notre visage capté grâce à la caméra de la Playstation Vita viendra parfois observer Iota, de haut, et sera pour nous l'occasion parfaite de se surprendre en train de sourire. Parfois sans aucune raison, juste pour le moment de plaisir que nous passons. Bien sûr, nous pourrions nous attarder sur les quelques rares problèmes du jeu, la perspective notamment, qui viendra légèrement compliquer les séquences de plateformes du jeu ou encore la création de dessin imprécise. Seulement la question n'est pas là, ces quelques erreurs ne pourront jamais estomper la lumière qui éclaire le monde magique de Tearaway. Un océan d'émotions dans du simple papier.

 

  • JOUABILITÉ

    19

    Vous allez pouvoir tout faire ou presque, la Playstation Vita est utilisée à merveille. Vous pouvez interagir directement à l'intérieur du jeu pour aider Iota dans sa quête à l'aide des écrans tactiles. Pour chasser un ennemi, débloquer un rouage coincé, dessiner des objets. La jouabilité de Tearaway est très riche et s'avère vraiment facile d'accès. Les seules limites à la jouabilité sont celles de la PS Vita, c'est pour vous dire.

  • GRAPHISMES

    17

    Le parti pris du papier colle parfaitement à l'univers du jeu, celui-ci consolide même son gameplay sur la physique et les mécanismes propres au papier. L'ensemble est chatoyant et mignon, même si on regrettera parfois un manque singulier de détails à l'intérieur de certains niveaux.

  • BANDE SON

    17

    C'est festif, bien rythmée, en accord parfait avec la philosophie du titre et accompagne très bien l'aventure du joueur à travers les niveaux.

  • DURÉE DE VIE

    17

    La durée de vie de Tearaway est très bonne, il faudra compter une dizaine d'heures pour voir le bout de l'histoire, sans compter qu'il y aura dans chaque niveau des cadeaux à trouver et différents objectifs à accomplir qui rallongeront suffisamment la durée vie. Malgré tout ça, le plaisir est tel qu'on voudrait qu'il continue encore. Et encore, et encore, et encore...

  • SCÉNARIO

    17

    Le postulat de départ n'est pas le plus exceptionnel mais c'est sa construction qui est très bien réalisée. Au fil de l'aventure le flou se dissipe pour laisser passer la lumière et cette fin qui nous surprend par sa simplicité et sa morale.

    • Points positifs

      • Tearaway, la définition même du bonheur
      • Un univers papier très bien rendu
      • Le papier offre de nombreuses astuces de level-design
      • La personnalisation de notre héros
      • L'humour et le coté léger du jeu
      • Les différentes interactions possibles
      • La PS Vita utilisée à son paroxysme
      • L'idée du Vou
    • Points négatifs

      • Quelques problèmes liées à la perspective
      • Un manque de détails dans certains niveaux
      • L'outil de dessin imprécis
      • Il n'aura peut-être pas la visibilité qu'il mérite

    Conclusion

    Tearaway est une très belle expérience et ne se contente pas d'être simplement un excellent jeu, il apporte également un message qui fait du bien. Rares sont les jeux à proposer une aventure aussi belle, sans fausses notes, dans lequel le joueur prend du plaisir à chaque instant. Un indispensable de PS Vita à essayer d'urgence.

    18

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (1)

    * a écrit un commentaire le 26/09/2014 à 11:50

    Haaaaa, Media Molecule. Quand il s'agit d'innover et de donner une certaine poésie à un jeu, ils sont là. Visiblement, malgré un concept différent de LBP, Tearaway à l'air d'être un indispensable de la Vita. Dommage que les consoles portables ne m'intéresse pas...

    En tout cas, super test GalWii ^^

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 1 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Tearaway

    Support : PS Vita

    Editeur : Sony

    Développeur : Media Molecule

    Genre :Action / Plates-formes

    Multijoueur : non

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Galwii : Webdesigner & Développeur

    Tout a débuté sur une Super Nintendo avec l'excellent Super Mario World. Mon expérience de joueur a débuté avec des titres emblématiques, Donkey Kong Country, Earthworm Jim, Mr Nutz et bien d'autres. Plus tard, je me suis tourné vers le PC où je me souviens encore des folles parties de Midtown Madness. Une très belle époque, avant de me lancer de plein pied dans le jeu vidéo avec la première Xbox. Halo, Top Spin, PGR, des indispensables qui ont forgé mon appétit de gamer.

    Ils possèdent ce jeu

    Connectez-vous pour ajouter ce jeu à votre collection !

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... Media Molecule"