0

[TEST] Anarcute

icone auteur news

Le 21/07/2016

C'est en partant du postulat que l'on ne risque rien à rendre l'anarchie plus mignonne, que cinq étudiants de l'école Supinfogame se sont lancés dans le développement de ce qui deviendra plus tard (c'est à dire aujourd'hui) Anarcute. Jeu coloré dans lequel vous incarnez de petits animaux anthropomorphes manifestant dans différentes villes du monde, Anarcute concrétise-t-il avec brio le développement de ce qui n'était à l'origine qu'un projet d'étudiant ?

 

Recette à base de révolte sociale

 

L'action d'Anarcute se déroule dans un monde dirigé d'une main de fer par un tyran au visage caché derrière un masque à gaz et cherchant visiblement à tout contrôler. Et face à ce tyran se dressent... vous et votre groupe de manifestants constitué de tout un tas d’animaux au style chibi, bien décidés à ne pas vous laisser faire. Votre but ultime est évidemment de mettre fin au règne despotique en cours mais avant cela, il vous faudra d'abord mettre à mal la Loboto-Patrouille et libérer une par une les villes dirigées par le dictateur anonyme. Cette quête vous emmènera dans différentes villes du monde telles que Paris, Tokyo ou encore Miami.

A chaque niveau une note vous est donnée, pouvant aller de D(ésastreux) à S(plendide)

 

Disposant en tout de six villes, chacune divisée en une dizaine de niveaux, Anarcute propose un challenge d'une durée pouvant varier entre cinq et sept heures en fonction de l’habilité du joueur. Chacune de ces villes possède un style architecturale propre toujours proche de celle de la ville concernée et l'on reconnaîtra sans souci les immeubles haussmanniens de Paris comme les buildings côtoyant les plages de Miami. De son côté, le level design du jeu est de très bonne facture, la plupart des niveaux proposant généralement des terranins assez grands pour rendre une impression labyrinthique tout en conservant une taille assez raisonnable pour que le joueur ne se sente pas perdu au sein de ceux-ci.

 

 

La Force du Nombre

 

Dans son gameplay, Anarcute se joue de manière quelque peu atypique et pourtant vaguement familière. Vous ne déplacez pas un seul personnage mais le groupe de manifestants dans son entièreté, ces derniers vous servant à la fois d'armes et de points de vie puisque c'est le Game Over si tout votre groupe tombe sous les coups de la police. Cependant, vous pourrez agrandir votre groupe au sein même des niveaux, ce en récupérant d'autres manifestants dispersés un peu partout dans chaque niveau, certains étant à l'air libre tandis que des groupes de tailles plus importante seront dans des cages qu'il vous faudra briser avant de pouvoir agrandir votre foule.

Il vous suffit de passer près d'un groupe d'animaux ou de les libérer de leur cages pour qu'ils vous rejoignent

 

En plus de cela, la taille du groupe que vous contrôlez vous permettra d'accéder à différents pouvoirs, passifs ou actifs, dont certains que vous pourrez acheter grâce à des pièces acquises à la fin de chaque mission du jeu. Effectivement, à certains paliers atteints, votre groupe pourra acquérir des pouvoirs spéciaux tel que la possibilité de produire une onde de choc en maintenant une touche, ou encore de renverser des bâtiments. La jauge située sur le côté gauche de l'écran vous permet de connaître le nombre de manifestants composant votre groupe. Vous pourrez également acheter d'autres pouvoirs à des paliers intermédiaires grâce aux pièces que vous obtiendrez à chaque fin de niveau. Ajoutez à ça la possibilité de débloquer de nouvelles "têtes" pour votre groupe ainsi que de nouvelles tenues et il vous sera possible de personnaliser votre groupe selon vos goûts et votre style de jeu.

 

 

Pas de répit pour les képis

 

Chacun des niveaux du jeu dispose d'objectifs différents, se résumant souvent à un "détruisez tel objet" ou "capturez les drapeaux" (ces derniers ne pouvant être capturés qu'en éliminant les ennemis entourant le drapeau concerné). Évidemment, votre chemin sera semé d’embûches et il vous faudra traverser de nombreux pièges, dont mines et lasers, pour vous défaire de nombreux ennemis. Si vous ne rencontrerez au début que de simples "patrouilleurs", vous tomberez rapidement sur des ennemis de différents types, armés de masse d'arme ou même se déplaçant en hélicoptère. Il vous faudra alors rapidement vous adapter à chacun de ces ennemis et vous serez rapidement amené à affronter des groupes composés de différents types d'ennemis.

 

Il en va de même pour les pièges et obstacles du jeu, qui se feront de plus en plus retors au fur et à mesure que vous avancez dans l'aventure. Plus l'aventure avancera plus le level design du jeu vous forcera à vous adapter à votre environnement comme à vos ennemis. Et la palette de mouvements qui vous est offerte vous permettra justement de vous sortir de ces situations. Si vous pouvez frapper vos ennemis au corps-à-corps, vous pouvez également lueur lancer des parties du décor, les manifestants récupérant automatiquement certaines parties du décors auprès desquelles ils passent. Cette possibilité rend les affrontements bien plus tactiques à jouer que s'il ne s’agissait que de foncer sur vos ennemis. De plus la fragilité de chaque manifestant rend les attaques frontales extrêmement risquées tant vos animaux succommbent rapidement. Ils vous faudra donc composer avec les différentes capacités et pouvoirs dont votre foule dispose, que ce soit une simple roulade ou la possibilité de renverser des bâtiments.

 

 

La Haine

 

En définitive, le jeu est d'une facture généralement très bonne et chaque aspect du jeu, qu'il concerne son gameplay ou son design témoigne d'un soin particulier. Toutefois le jeu souffre de nombreux problèmes, notamment liés à la difficulté de contrôler le déplacement d'un groupe entier parfois composé de près d'une centaine de manifestants, n'ayant donc pas le contrôle sur chacun d'entre eux individuellement il ne sera pas rare que vous perdiez une ou deux précieuses bêtes prises dans un piège que la majorité de votre groupe avait évité. De même, s'attaquer à plusieurs ennemis peut parfois mener à des mêlées incompréhensibles tenant plus du button-mashing désordonné qu'autre chose. Anarcute propose tout de même une variété de missions extrêmement intéressante, n'hésitant pas à proposer des missions plus typées infiltration ou poursuite, lors desquelles vous devrez fuir la Loboto-Patrouille, ce genre de missions permettant à Anarcute de se renouveler intelligemment et parfois de manière assez inattendue.

 

Il faut dire qu'Anarcute possède un retentissement tout particulier lorsqu'il est mis face à l'actualité et aux (plus-si-récentes-que-ça) manifestations parisiennes. Et effectivement, il est difficile de jouer à Anarcute sans penser à ces récentes manifestations et le conflit, la révolte qu'elles représentaient. Cette même révolte se retrouve dans le jeu, dans ses protagonistes et ses antagonistes, dans son scénario et à travers ses mécaniques de gameplay. Le jeu s'évertue à "mignonniser" cette certaine idée de la lutte sociale et il est indéniable qu'il le réussit magnifiquement bien. Faut-il prendre Anarcute au sérieux ? Il y a-t-il un message derrière Anarcute ? Chaque joueur verra midi à sa porte, mais il est sûr que le jeu réussit à représenter un sujet très sérieux sur un ton décalé, joyeux et toujours mignon.

  • JOUABILITÉ

    15

    Le gameplay d'Anarcute rend très facile l'entrée dans le jeu, et l'introduction des différentes mécaniques au fil des niveaux rend le jeu relativement intuitif et simple à comprendre. On déplorera tout de même les déplacements parfois laborieux d'un groupe entier de manifestants pouvant mener à la mort de précieuses petites bêtes.

  • GRAPHISMES

    18

    Avec son cel-shading du plus bel effet et ses personnages chibis, il n'y a rien a pas grand chose à redire sur les graphismes ou le design de l'univers d'Anarcute. Le character comme le level design ont visiblement fait l'objet d'une attention toute particulière renforçant encore l'ambiance du jeu.

  • BANDE SON

    14

    La bande-son d'Anarcute apporte un certain punch au jeu et à son expérience, participant à renforcer l'atmosphère colorée et joyeuse du soft.

  • DURÉE DE VIE

    11

    Avec 5 à 7 heures de jeu, Anarcute n'est pas particulièrement long. Toutefois, le jeu possède une certaine replay-value et pour peu que vous accrochiez au jeu, la recherche du meilleur score, des différents animaux et des différentes tenues pourront facilement rajouter 1 à 2 heures de jeu

  • SCÉNARIO

    -

    A la fois développé mais ayant tout de même l'air d'être un prétexte à l'action, le joueur inintéressé par l'histoire du jeu pourra se sortir sans souci du scénario du jeu sans que cela n'altère son expérience de jeu.

    • Points positifs

      • Un univers coloré et joyeux
      • Un cel-shading du plus bel effet
    • Points négatifs

      • Des déplacements parfois laborieux

    Conclusion

    Jeu joyeux et coloré, Anarcute intéresse de par son gameplay et son design, tant ceux-ci semblent avoir fait preuve de la plus grande attention. Production intéressante d'autant plus qu'elle provient d'étudiants, Anarcute ne déçoit pas et se permet même de proposer de très bon moments de jeu.

    15

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 3 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Anarcute

    Support : PC

    Editeur : Anarteam

    Développeur : Anarteam

    Genre :Autres

    Multijoueur : non

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Dronfax : Journaliste ConsoleFun

    J'ai débuté avec la Gameboy Advance et notamment la série Pokémon qui est la première série que j'ai suivie avec passion. Puis est venue la DS, sur laquelle j'ai agréablement découvert la série Spectrobes, tout en restant fidèle à mon premier amour :D. Entre temps j'ai eu une Wii (obsolète depuis la Wii U donc), une PS3 qui aujourd'hui ne fonctionne plus, pour finalement me retrouver à jouer sur PC, principalement à des jeux indépendants bien que je ne m'interdis pas quelques parties de Batman :p

    "Baromètre du test"