1

[TEST] Total War : Warhammer

icone auteur news

Le 05/06/2016


Quand l'univers des figurines rencontre celui des jeux vidéo

 

Chez The Creative Assembly, il y a du nouveau. Depuis le 24 Mai 2016 9h00 (lancement officiel), le leader des jeux de stratégie (STR) sur PC avec la licence Total War, mêlant avec brio les phases de gestion au tour par tour et les batailles en temps réel, vient de bouleverser ses habitudes avec la sortie de son dernier opus ! Exit le contexte historique, bienvenu aux mondes imaginaires fantastiques.

 

Prenez le style de jeu et l'expérience qu'offre la licence Total War depuis plus de 15 ans et l'univers légendaire, héroique-fantasy riche en histoire, d'un célèbre jeu de figurine créé par Games Workshop dans les années 80, regroupant nains, orques, humains, vampires et autres peuplades. Mélangez le tout et vous obtenez Total War: Warhammer, un jeu de stratégie dans un monde fantastique combinant un mode campagne simulant la construction d’un empire au tour par tour et des batailles épiques en temps réel.

 

Ce nouveau genre sait se montrer rafraichissant, pouvant amener une nouvelle vague de joueurs, mais peut s'avérer tout aussi risqué pour les habitués de la série pour son contexte historique qui a forgé la renommée de la licence.

 

Alors qu’en est-il vraiment ; Est-ce un simple copié / collé des opus précédents sur un monde fantastique imaginaire, ou amène-t-il de réels changements significatifs, méritant votre attention ?

 

Plongez dans le vieux monde et choisissez l’une des 4 factions jouables, voire 5 si vous avez précommandé le jeu. C’est bien peu par rapport aux précédents volets de la saga. On notera également l’absence de certaines races aujourd’hui non-représentées, comme par exemple les elfes et les halfelins. C’est donc une légère déception à ce niveau.

 

Cependant, laquelle choisiriez-vous, entre l’Empire (humains), les nains, les peaux-vertes (orques et gobelins) et les Comtes Vampires ? Chacune d’elles possède son propre style de jeu et caractéristiques de victoire. Même s’il n’y a pas de grosse révolution dans le gameplay, cela demandera un certain temps d’adaptation avant de trouver la faction qui vous correspond le mieux.


Voici nos amis les orques qui sont de sorti pour faire la fête.


 

Dans ma campagne natale

 

En mode campagne, si les humains n’ont pas de contraintes de jeu particulières, leur système de gestion reste le plus poussé à l’image de ses prédécesseurs (Médiéval I et II, Rome I et II…) afin d’obtenir quelques bonus supplémentaires. Côté nain, cette ancienne race a conservé une vieille tradition : respecter « le Livre des Rancunes ». Il se rempli au fur et à mesure des affronts subits sachant qu‘un nain n’oublie jamais ses rancunes. Pour obtenir la victoire, le livre doit être vide de toutes rancunes. Ce système augmente donc considérablement le nombre de missions ponctuelles à réaliser, mais en contrepartie multiplie aussi les récompenses. Il est donc relativement « facile » d’enrichir cette nation.


Ce n’est pas le cas des peaux vertes qui ne peuvent commercer. Seuls des pillages, butins ou mises à sac renfloueront leurs caisses. Par ailleurs, ils ne peuvent rester sans rien faire trop longtemps sous peine de voir leurs propres troupes s’entre-dévorer. Pas de secret, il faut combattre, ils sont là pour ça ! De plus chaque batailles remportée renforce leur moral et permet le déblocage d’unités spéciales, appelées « Whaaag », non contrôlables, qui complèteront votre armée une fois arrivé à un certain stade. A contrario, enchainer des défaites aura de lourdes conséquences sur l’état de vos troupes.

 

Pour finir, les Comtes Vampires, ne s’intéressent qu’à la magie noire pour leur permettre de lever leurs armées. Ils ne sont pas attirés par l’or. Cependant, pour étendre leur empire, il est impératif de répandre leur corruption vampirique sur les territoires humains convoités, afin d’éviter l’usure des troupes. L’avantage de cette nation est la possibilité de recruter n’importe où leur armée, relevant les morts des batailles passées, ce qui permet de constituer des armées rapidement.

 

De manière générale la mécanique de jeu du mode campagne reste quasi-identique à un Total War classique. Si vous aviez joué à Total War : ROME II, vous ne serez pas vraiment dépaysé. Pour les débutants, les tutoriels sont très bien faits et guident bien le joueur dans ses premiers pas.

 

Dans les nouveautés, on trouve le choix d’un Seigneur qui représentera le chef de votre faction. Deux vous seront proposés lors de la sélection de cette dernière. Cette unité est la plus puissante de votre armée et immortelle. En cas de défaite, elle sera seulement blessée. Elle possède des caractéristiques spécifiques, de la magie et des unités spéciales qui lui sont propre. Il est également possible de la personnaliser, niveau talisman, armes, armures, objets magiques. Une monture peut également lui être affectée. Les généraux ont disparu au profit des Seigneurs qu’il faudra recruter pour constituer de nouvelles armées. Les agents sont quant à eux remplacés par les héros. Ces derniers peuvent être utilisés seuls à l’image des agents en mode campagne, et intégrer vos armées pour prendre part aux combat en mode bataille.


Toujours aussi joli, le mode campagne est agréable pour les yeux.


 

La bataille est dans le pré

 

Justement le mode bataille, parlons-en. Des nouveautés font leur apparition, modifiant grandement la stratégie de jeu, comme l’utilisation de la magie, les unités volantes et certaines unités puissantes propres à chaque nation (Géant, Griffon, Tank à vapeur, Vouivre …). Les champs de bataille n’ont jamais été autant divers et variés en unités. Le bestiaire est tout simplement gigantesque, permettant de rendre le jeu plus immersif et plonger le joueur dans le monde de WarHammer. Une réelle prouesse de ce côté-là !

 

Si en mode campagne les factions affichent des différences dans les mécaniques de jeu, il en est de même en mode bataille. Chacune a son propre style. Dépourvu d’unité de tir à distance, mais fortement aidé par la magie, les Comtes Vampire peuvent soigner, ressusciter où encore lever leurs unités sur les champs de bataille. Cette faction est relativement difficile à jouer.
A contrario, les nains sont dépourvus de magie, plutôt lents en déplacement, mais comptent dans leurs unités une puissance de feu inégalée, grâce à leur technologie très développée et une résistance hors-norme. Cela fait d’eux de bons défenseurs mais de piètres attaquants dans les grandes offensives.
Venons-en aux peaux vertes. Ils sont constitué d’unités assez diverses et équilibrées, orientées sur le combat. Peu cher au recrutement et à l’entretien, la contrepartie est dans leur moral, relativement faible. Ils sont là pour se battre et remporter les batailles sous peine de représailles au sein de la troupe.
L’Empire quant à lui conserve pratiquement les mêmes mécaniques de jeu de celles utilisées pour les opus précédents.

 


Fais chauffer ta carte

 

Le style graphique est sans conteste celui d’un Total War, le jeu est magnifique. C’est clairement une belle réussite. Si en mode campagne la carte du monde regorge de détails bluffants en ultra, en mode bataille vos yeux seront émerveillés par le souci du réalisme des unités, aussi bien dans la représentation visuelle que gestuelle. C’est un gros plus qui nous permet d’apprécier pleinement ce nouvel univers correspondant parfaitement à celui que vous connaissez actuellement sur vos tables de jeux de figurines. L’univers est bien représenté. Rassurez-vous, pour les petites configurations, les graphismes sont beaux et agréables.


Nos amis les nains ici présent, ton prêt à en découdre !

 

 

Silence ça tourne

 

L’ambiance sonore, quant à elle, reste bien adaptée au style de jeu. Cependant, un gros point négatif sur les dialogues qui ne sont pas du tout traduit, ni sous-titrés. Certes, les voix originales sont agréables aux oreilles, mais si vous n’êtes pas à l’aise avec la langue de Shakespeare, vous ne comprendrez rien aux récits présentant les batailles de quête. C’est bien dommage pour un jeu vendu sur le sol Français, à moitié traduit. Une impression d’inachevé de ce côté-là. Une mise à jour sera peut être faite plus tard.

  • JOUABILITÉ

    17

    Le gameplay reste quasi identique d’un opus sur l’autre. Les quelques nouveautés sont facilement maîtrisées et pour les débutant les tutoriels sont bien réalisés, permettant une prise en main rapide.

  • GRAPHISMES

    18

    Pas de souci à ce niveau-là, le jeu est très joli visuellement, que l’on soit en mode campagne où bataille. Le souci du réalisme nous plonge dans l’ambiance du Vieux Monde.

  • BANDE SON

    16

    Si l’ambiance sonore est réussi, on regretta le manque de sous-titres et de traductions dans les différents dialogues, handicapant les non anglophones.

  • DURÉE DE VIE

    17

    Ce jeu vous tiendra en haleine quelque temps avant de l’explorer dans sa totalité. 4 ou 5 factions disponibles, autant de manières différentes de jouer.

  • SCÉNARIO

    17

    Avec cette nouvelle série, nous voilà transporté dans l’univers fantastique du Vieux Monde et de ses conflits. La guerre est proche et il est temps de choisir son camp pour le mener à la victoire. Le scénario reste simple mais efficace pour donner l’envie au joueur de se plonger au cœur des campagnes et des batailles.

    • Points positifs

      • L’univers bien retranscrit de Warhammer
      • Le bestiaire impressionnant et le réalisme des unités
      • L’arrivée de la magie et des unités volantes
      • Graphiquement attrayant
    • Points négatifs

      • La traduction non faite de certains dialogues clefs. Impression d’inachevé
      • Le peu de factions disponibles. Seulement 4 / 5 si précommande
      • L’interface trop classique.

    Conclusion

    Globalement réussi, le pari est tenu. Le mélange de la licence Total War avec le monde de Warhammer apporte un vrai côté rafraichissant au soft. Même si, dans l’ensemble, l’interface et le gameplay sont très peu changés, c’est un vrai plaisir de découvrir ou redécouvrir cet univers fantastique. Espérons que certaines mises à jours apportent les traductions manquantes et augmentent le nombre de factions disponibles.

    17

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (1)

    Matthieu a écrit un commentaire le 15/06/2016 à 12:37

    Coucou. Total War Warhammer n’est pas mal du tout comme jeu ! D’ailleurs, je dirais même que ce divertissement est excellent, LOL ! J’y ai pris du bon temps ! Je lui donnerai certainement 4 sur 5 pour son graphisme ! Idem pour le gameplay et la prise de main !

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 2 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Total War : Warhammer

    Support : PC

    Editeur : Sega

    Développeur : Creative Assembly

    Genre :STR

    Multijoueur : Jouable uniquement en ligne

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Thibault Teurki : Fondateur de ConsoleFun.FR, RP Manager & Rédacteur en chef

    Spécialiste des jeux rétro sur consoles et PC. J'ai de nombreuses affinités avec les jeux de stratégie (STR), mais aussi FPS sur PC. Sur console, je m'amuse énormément à décortiquer les RPG et les jeux d'aventure. Et je prend plaisir à jouer sur les jeux de plateformes (ex : Super Mario...).

    Critiques de Presse