0

[TEST] Enter the Gungeon

icone auteur news

Le 05/05/2016

Développé par le jeune studio Dodge Roll Games, Enter The Gungeon est un jeu atypique, mélange savant entre shoot'em up et roguelike. Il se trouve que le jeu a également tapé dans l’œil de l'éditeur Devolver Digital, qui a décidé de l'éditer sur PC et PS4. Disponible depuis début avril, que vaut donc Enter The Gungeon ? Début de réponse...

 

Vous qui entrez dans le Gungeon, abandonnez tout espoir

 

Enter The Gungeon raconte l'histoire d'un groupe d'aventuriers cherchant à mettre la main sur une arme mythique : "le pistolet pouvant tuer le passé". Et pour cela, ces aventuriers doivent pénétrer dans le Gungeon, une mystérieuse forteresse apparue soudainement sur une planète lointaine et renfermant le précieux artefact.

 

Le jeu débute dans un hub appelé "La Brèche", sorte d'antichambre du Gungeon, dans lequel vous pourrez revenir après chacune de vos morts et où vous pourrez choisir entre les 5 personnages jouables : le Marine, le Pilote, la Condamnée, la Chasseresse et la Mystique (jouable uniquement en mode coop). Chacun de ces personnages possède des capacités uniques, par exemple la Chasseresse est accompagnée d'un chien pouvant lui trouver divers items tels que des cœurs, des clés (nécessaires à l'ouverture de coffres) ; le Marine, lui, dispose d'une armure en début de partie (pouvant le protéger d'un hit) etc... Vous serez souvent amenés à revenir dans cette Brèche, puisque c'est ici que vous pourrez revoir tous les PNJs que vous aurez libéré des prisons du Gungeon (on y reviendra).

 

Chaque personnage jouable du jeu possède également sa propre histoire, dont vous pourrez prendre connaissance après avoir trouvé le pistolet pouvant tuer le passé. Mais le jeu possède également un lore plus large qui n'est cependant conté qu'à travers la description des objets ou durant certains dialogues avec les PNJs. Le joueur peu attentif et/ou peu intéressé pourra donc facilement passer à coté de celui-ci, sans que cela n'ait une quelconque incidence sur l'expérience de jeu.

L'encyclopédie du jeu, l'Ammonomicon, recueille la description de toutes les armes, capacités, ennemis et boss que vous aurez rencontré durant vos parties.

 

 

Shoot ! Shoot !

 

Niveau gameplay, Enter the Gungeon se joue comme un top-down shooter classique dans lequel l'on vise avec un stick et l'on se déplace avec l'autre. Mais à ces mécanismes classiques, Enter The Gungeon ajoute deux autres mécaniques importantes : la roulade et les Ballablancs. Le premier ajout est bien connu des joueurs (notamment des fans de Dark Souls duquel il est directement inspiré). Cette roulade (qui d'ailleurs donne son nom au studio) permet au joueur d'être invincible durant le court temps de son exécution et n'est rien de moins que LA mécanique la plus importante du jeu, la maîtrise de celle-ci étant purement et simplement essentielle à la progression (et la réussite) du joueur. Les Ballablancs, elles, permettent via une simple pression des deux sticks de produire une onde de choc qui détruira toute les balles présentes à l'écran, une feature qui se révèle également particulièrement utile, notamment lorsque les bullets se feront trop nombreuses.

 

Le Gungeon est constitué en tout de 5 niveaux au bout desquels se trouve le fameux pistolet pouvant tuer le passé, chaque niveau pouvant être atteint après avoir défait le boss de la salle précédente. Pour trouver ce boss il vous faudra parcourir le niveau jusqu'à trouver sa salle dédiée, car, comme tout bon roguelike, chaque niveau du jeu est divisé en différentes pièces pouvant être remplies d'ennemis, receler un coffre ou bien même révéler un magasin. Ces deux dernières pièces sont quasi-essentielles puisque c'est ici que vous pourrez trouver capacités (passives ou actives) et armes. Toutefois, il vous faudra des clefs pour ouvrir les coffres et des pièces pour acheter des items, les premières pouvant être achetées dans le magasin ou trouvées après avoir complété une salle tandis que les pièces, elles, sont dropées par les ennemis vaincus.

Quoi de mieux que de frayer son chemin à coup de canon à Tee-shirts ?

 

 

Disposant de plus d'une centaine de capacités et de près de 200 armes, Enter the Gungeon peut s'enorgueillir de proposer un nombre conséquent d'items et d'armes, menant à un renouveau quasi constant du jeu. Les armes du jeu peuvent aller du simple AK47 ou de la basique arbalète jusqu'à des armes plus exotiques telles qu'un Lance-Molotov, une Banane explosive ou même un lanceur de trou noir. Les capacités du jeu quant à elles, sont divisées en deux catégories : passives ou actives. Comme leurs noms l'indiquent, les passives peuvent s'accumuler indéfiniment et leurs effets sont constants tandis que le joueur ne peut posséder qu'une seule capacité active à la fois (à moins de posséder une capacité permettant de les accumuler) et doivent être activées pour être effective.

 

 

Un donjon qui recèle de nombreux secrets

 

Dans un pur esprit "die & retry", tout l'intêret du jeu se trouve dans le fait qu'il faudra y revenir de nombreuses fois avant d'avoir connaissance de tout ce qu'il a à nous proposer. Par exemple, pour pouvoir débloquer toute les armes du jeu, il vous faudra libérer certains PNJ de prisons pour ensuite aller leur acheter des armes dans la Brèche, armes que vous pourrez ensuite récupérer dans les coffres ou dans les magasins du Gungeon. Cependant ces armes ne pourront être achetées qu'avec des crédits Hégémoniques, une monnaie spécifique dropée uniquement par les boss de fin de niveaux. Des boss qui, par ailleurs, sont aux nombre de 14 (à chaque niveau, vous pouvez tomber sur l'un des trois boss spécifiques à celui-ci, excepté pour le dernier niveau qui ne dispose que d'un boss unique), le jeu proposant tout de même quelques boss (et niveaux) cachés, en plus de disposer d'un boss final unique par personnage. Le jeu dispose de plusieurs niveaux, boss et personnages cachés, des secrets qui renouvellent intelligemment l'intêret du jeu tout en augmentant sa durée de vie.

 

En apparence classique, Enter the Gungeon innove en proposant certaines mécaniques bienvenues. L'on pense notamment à la roulade citée plus tôt, ou bien à la possibilité de renverser les tables disposées dans les différentes salles du Gungeon, car une fois renversées ces tables peuvent représenter une cache bienvenue derrière laquelle s'abriter en cas de pluie de balles. L'on peut penser également aux téléporteurs dispersés un peu partout dans chaque niveau du jeu et permettant d'éviter aux joueurs de longs aller-retours entre les différentes salles du-dit niveau. Car effectivement, les salles d'Enter the Gungeon peuvent parfois être particulièrement grandes, le niveau lui-même n'en étant alors que plus long. Toutefois cela comporte certains désavantages car, dû à la taille de ses salles, il arrive souvent que l'on se fasse tirer dessus par un ennemi situé hors champ de vision mais suffisamment proche pour que sa balle soit inévitable.

Balles, Limpesprits ou Blobulons, il vous faudra être capable de gérer de nombreux ennemis aux attaques et réactions différentes.

 

 

Malgré de petits défauts sans réelle grande incidence sur le gameplay, on ne peut que saluer la prouesse qu'est Enter the Gungeon, d'autant plus impressionnant qu'il s'agit là du premier jeu du studio. L'on pourra également féliciter la réalisation graphique du soft, alliant au pixel-art de nombreux effets graphiques tel que le réfléchissement dans les flaques ou les miroirs ou encore les effets de destruction du décor.

  • JOUABILITÉ

    18

    Enter the Gungeon dispose de mécaniques réfléchies et se trouve tourner de manière fluide et constante sur à peu près n'importe quelle machine. Simple à prendre en main mais bien plus dur à maîtriser, Enter the Gungeon ne se montre jamais injuste. De plus le tout répond assez bien et toutes les mécaniques s’emboîtent correctement, offrant aux joueurs une expérience prenante et sans accroc.

  • GRAPHISMES

    19

    Avec son pixel-art léché, ses bullets flashys et ses effets de destructions, Enter the Gungeon repousse encore un peu plus loin notre idée des limites du pixel-art. De même le character (tournant toujours autour de l'idée des armes) et level design (de plus en plus glauques à mesure que l'on descend les niveaux du Gungeon) est particulièrement inspiré et renforce la crédibilité de l'univers du jeu.

  • BANDE SON

    14

    Correcte sans être particulièrement ingénieuse, le bien connu doseone (Heavy Bullets, Samurai Gunn) produit ici une bande-son assez dynamique pour appuyer avec justesse l'univers du jeu.

  • DURÉE DE VIE

    13

    Enter the Gungeon est un jeu difficile dont la maîtrise et la complétion nécessitera forcément un apprentissage. Si un joueur aguerri pourra atteindre le boss de fin en moins d'une 1h, il faudra entre 10 et 15h de jeu pour réussir à enfin le maîtriser. En plus de cela, le joueur intéressé pourra se lancer dans la recherche de tout les éléments du Gungeon, toutes les armes et tous les PNJs à ramener dans la Brèche. Cela pouvant faire monter la durée de vie du jeu jusqu'à plus de 20h.

  • SCÉNARIO

    11

    Enter the Gungeon dispose de plusieurs scénarios, puisque chaque personnage possède une histoire, cela en plus de l'histoire cachée du Gungeon. Cependant non seulement il est très simple de passer à côté de cet aspect du jeu, mais en plus ces histoires sont assez peu intéressantes.

    • Points positifs

      • Un jeu beau et fluide
      • Un gameplay excellent
      • De nombreux secrets
    • Points négatifs

      • Le côté scénario passé à la va-vite

    Conclusion

    Particulièrement bien réalisé, Enter the Gungeon mélange efficacement ses inspirations pour un résultat aussi unique qu'impressionnant de qualité. Dodge Roll Games nous offre ici une production d'une qualité indéniable.

    17

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 1 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Dronfax : Journaliste ConsoleFun

    J'ai débuté avec la Gameboy Advance et notamment la série Pokémon qui est la première série que j'ai suivie avec passion. Puis est venue la DS, sur laquelle j'ai agréablement découvert la série Spectrobes, tout en restant fidèle à mon premier amour :D. Entre temps j'ai eu une Wii (obsolète depuis la Wii U donc), une PS3 qui aujourd'hui ne fonctionne plus, pour finalement me retrouver à jouer sur PC, principalement à des jeux indépendants bien que je ne m'interdis pas quelques parties de Batman :p

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... "