3

[TEST] Quantum Break

icone auteur news

Le 25/04/2016

Annoncé en mai 2013, il aura fallu attendre le 5 avril 2016 pour enfin poser les mains sur Quantum Break, la dernière production du studio Remedy. Initialement exclusivité Xbox One, finalement sorti en même temps sur PC via le Windows Store, le titre s’accompagne d’une série intégrée à l’histoire du jeu, et le résultat constitue un atout majeur pour Microsoft en cette année 2016. Après d’innombrables reports, il est temps de déterminer si Quantum Break est à la hauteur de son ambition !

 

Comme l’explique si bien l’antagoniste Paul Serene au début du jeu, le temps est la source de nombres de fantasmes de notre ère. Ainsi, s’imaginer le maîtriser est devenu chose commune, et le titre de Remedy surfe habilement sur ce thème et les mécaniques qui lui sont propres : boucles temporelles, chaîne de causalité, tout est ici parfaitement maîtrisé. On incarne donc Jack Joyce, un homme vadrouillant à droite à gauche, qui retournera dans sa ville natale de Riverport suite à l’appel de Paul Serene, un ami de longue date. Celui-ci a besoin d’un coup de main pour prouver que sa dernière invention fonctionne… une expérience qui ne va se dérouler exactement comme prévu, puisque le cours du temps va s’en retrouver fracturé.

 

C’est suite à cette brève introduction que notre héros, ayant été exposé aux particules de chronons, va se découvrir des pouvoirs liés au temps, pouvoirs qui deviendront de plus en plus puissants tout au long de l’aventure. Vous aurez dès lors pour ambition de réparer le cours du temps, devant alors faire face à Monarch Solutions, une entreprise spécialisée dans la recherche temporelle qui semble s’apprêter à la fin définitive du temps.


Paul Serene est un orateur hors pair.

 

Sans être absolument incroyable, le scénario brille par sa réalisation et sa mise en scène. Le jeu se découpe en cinq actes, chacun se terminant par un point de jonction et un épisode de la série. Le point de jonction est un passage nous faisant incarner Paul Serene, le principal antagoniste, face à un choix crucial. Ce choix déterminera la progression de l’histoire, modifiant quelques éléments du scénario ainsi que de la série. Après ce point de jonction, on assiste à l’épisode de la série, qui met en scène la situation vu de l’intérieur de Monarch Solutions.

 

 

De l’intérêt du cross-media

 

Ce point de vue fait toute l’alchimie du titre. Ainsi, alors que l’on pourrait s’attendre à un héros faisant face à la grosse société privée des méchants, on voit se développer l’intrigue sous plusieurs points de vue différents, avec des protagonistes qui ont chacun leurs raisons d’agir et d’évoluer. Certains personnages ne sont d’ailleurs abordés que dans la série, qui vient approfondir le background du jeu, en plus des nombreux collectibles disséminés çà et là dans les différents environnements.  Un véritable effort de cohésion et de profondeur a été fait à ce niveau-là, et profiter de chacun de ces éléments est un véritable bonheur. On appréciera notamment le « guide du voyage dans le temps pour les nuls », venant poser les bases du principe de voyage dans le temps, règles qui sont généralement assez floues dans ce genre d’intrigues.

 

De plus, la plupart des protagonistes disposent de leur acteur, tant dans le jeu via motion-capture que dans la série. Ainsi, Jack Joyce est à l’image de Shawn Ashmore (Iceberg dans X-Men), Paul Serene est à l’image d’Aiden Gillen (Littlefinger dans Game of Thrones), et nous citerons aussi Dominic Monaghan (Merry dans Le Seigneur des Anneaux) et Lance Reddick (Cedric Daniels dans The Wire). Le rendu ingame est très convaincant, et leur jeu d’acteur se prête parfaitement à l’exercice dans la série, donnant des personnages principaux tous plutôt charismatiques pour un rendu global à l’allure de blockbuster américain.


Aiden Gillen, incarnant Paul Serene lors d'une interruption du temps.

 

A noter toutefois que malgré les quelques changements s’opérant dans le jeu et la série en fonction des choix effectués dans les points de jonction, le tout ne change qu’à court terme et converge vers une même fin, pour un final assez ouvert annonciateur soit d’une suite, soit d’un ou plusieurs DLCs. Fin qui ne sera pas la plus simple à saisir si vous passez à côté de certains collectibles explicatifs ! Ce qui est un peu dommage, compte tenu du fait que profiter de ces collectibles marquera inévitablement des pauses de quelques minutes dans le gameplay, alors que cela aurait gagné à être intégré directement à l’histoire via les dialogues entre les personnages.

 

 

Un TPS mollement explosif

 

Si côté scénario et mise en scène, Quantum Break met le paquet, son gameplay est plus nuancé. En effet, Jack Joyce est un héros qui a tendance à traîner un peu de la patte. Armé d’un pistolet, un SMG et un fusil lourd, votre personnage devra remporter de nombreux gunfights assez nerveux, mais aussi compléter quelques phases de plate-forme d’une façon parfois bien maladroite. Ainsi, il ne sera pas rare de devoir contourner un obstacle de quelques centimètres, ou de devoir escalader un élément pour se laisser retomber derrière. L’intention est simple : le soft veut que vous soyez en mouvement constant, parce que c’est ce qui permettra une utilisation optimale de vos pouvoirs.

 

Lancer une bulle d’arrêt temporel, se protéger grâce à un bouclier temporel ou utiliser une esquive temporelle, voilà les différents pouvoirs qui seront à votre disposition pour anéantir tout un tas d’ennemis qui ne faisaient qu’obéir aux ordres de leur patron. Une vision temporelle vient vous permettre de détecter les éléments importants aux alentours, à l’instar d’une vision d’aigle dans un Assassin’s Creed. Vous pourrez améliorer ces pouvoirs de combat sur 3 niveaux chacun, pour les rendre plus fort ou pour pouvoir les utiliser plus de fois avant de devoir laisser reposer, le tout en échange de chronons à collecter tout au long du jeu.


Améliorer vos pouvoirs permettra d’intensifier les gunfight.

 

Manier les différents pouvoirs en les combinant et en expérimentant vous permettra de très vite réaliser des combos assez efficaces et très classes visuellement parlant, et il s’en dégage une véritable complémentarité. L’ensemble permet des combats nerveux, dynamiques, funs et très classes, ce qui n’est pas de trop au vu des nombreux gunfight et des diverses configurations des ennemis lors de ces rencontres.


Les gunfights en pleine interruption sont très classes visuellement.

 

 

Une direction artistique qui en impose

 

La direction artistique est sans doute l’élément le plus réussi de Quantum Break. Le monde semble se moduler et se fissurer lorsque vous utilisez vos pouvoirs ou lorsque vous faites face à une interruption du temps. Les animations faciales font parties des meilleures vues jusque-là, que ce soit dans les cutscenes ou dans les dialogues ingame. Les effets de lumière sont particulièrement réussis, ainsi que les effets de fracture du temps, qui deviennent de plus en plus frénétiques. De plus, lorsque notre personnage évolue alors que le temps est en pleine interruption, les ennemis que l’on affronte qui sont capables de se mouvoir pendant les interruptions se figent instantanément dans l’air dès qu’ils meurent, donnant un rendu très propre et visuellement bluffant. Seul un brin de clipping par-ci par-là vient ternir le tableau, ce qui est dommage considérant les temps de chargements pas toujours très rapides entre les différents chapitres.


La scène du bateau qui a fait la campagne marketing du jeu est époustouflante.

 

La musique vient apporter un gros plus au titre, Quantum Break profitant d’ailleurs d’une option permettant de désactiver les musiques copyrightées pour les streamers. Les doublages d’acteurs viennent donner vie aux personnages, et on appréciera les effets de voix sous forme d’écho concernant les personnages qui étaient en train de parler lors des interruptions, venant augmenter ce sentiment de fracture et de fatalité.

  • JOUABILITÉ

    16

    Si le gameplay est assez traditionnel, il n’en est pas moins efficace malgré un personnage principal qui manque parfois un peu de vigueur. Passé un premier temps de prise en main, la complémentarité des pouvoirs amène des gunfight nerveux et visuellement impressionnant, apportant un fun quasi-immédiat et une sensation de puissance très satisfaisante.

  • GRAPHISMES

    19

    Hormis deux-trois souci de clipping, le soft est excessivement beau et le jeu de lumière permet de profiter de plans à la limite du photoréalisme. Les effets liés au temps sont très réussis et on est véritablement plongé dans ce monde au bord de l’arrêt définitif.

  • BANDE SON

    18

    Un énorme travail a été fourni au niveau sonore, et l’on en profite à chaque instant : doublage, effets sonores liés à la fracture du temps, OST, tout est fait pour obtenir une sensation d’immersion maximale, et c’est un véritable plaisir pour le joueur.

  • DURÉE DE VIE

    14

    Petit point faible du titre, il faudra compter une douzaine d’heures pour compléter le jeu dans sa difficulté maximale tout en ramassant l’ensemble des collectibles, soit environ 9h pour une partie classique. Le titre mise cependant sur une faible rejouabilité, avec les différences engendrées dans le jeu et la série par les choix lors des points de jonction.

  • SCÉNARIO

    19

    Il est agréable de remarquer ici la cohérence du développement de l’intrigue, avec des choses qui s’expliquent au fur et à mesure et des rebondissements bien rythmés. Quantum Break fait bien les choses, même si l’on regrette que la fin ne soit pas tout-à-fait claire pour quiconque aurait loupé certains collectibles.

    • Points positifs

      • Le casting qui donne vraiment vie aux personnages
      • La direction artistique qui nous plonge dedans
      • La complémentarité des pouvoirs temporels
      • Le background fourni
      • Le rythme
      • La série
    • Points négatifs

      • Un Jack Joyce qui pourrait y mettre plus de volonté
      • Des collectibles qui forcent des pauses dans le gameplay pour en profiter
      • Une fin qui annonce clairement un Quantum Break 2, qui on l’espère arrivera plus vite que le premier

    Conclusion

    Malgré de nombreux reports, Quantum Break livre finalement un résultat extrêmement satisfaisant, avec une histoire qui tient la route, enrichie par une série plutôt bien réalisée et des mécaniques de gameplay bien huilées malgré un personnage principal un peu feignant lors des phases de plate-forme. Le tout est propre, prenant, immersif, et l’on regrette juste la durée de vie un peu courte et une fin ouverte qui annonce…l’attente de la suite !

    18

    icone sélection ConsoleFun

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (3)

    Titiboy a écrit un commentaire le 25/04/2016 à 11:40

    Le jeu semble très intéressant :)

    Maktorius a écrit un commentaire le 27/04/2016 à 15:57

    Super test, maintenant j'ai encore plus envie d'y jouer :D

    delphin2 a écrit un commentaire le 22/06/2016 à 14:17

    Les avis sont partagés sur la toile mais je pense fortement qu'il faut y jouer tout de même

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 6 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Quantum Break

    Support : Xbox One

    Editeur : Microsoft

    Développeur : Remedy

    Genre :TPS

    Multijoueur : N/C

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Vesperia : Co-Responsable de la rubrique "Tests"

    Joueur de 22 ans, je tente de rattraper des années de culture vidéoludique pour comprendre le pourquoi du comment de chaque jeu. Ce qui me prend beaucoup de temps et me fait accumuler plus de retard encore. J'aime le jeu vidéo, tout simplement.

    Critiques de Presse