0

[TEST] MISSING

icone auteur news

Le 25/01/2016

Genre assez peu représenté, le FMV (Full Motion Video) est une formule qui mélange film et jeu vidéo, et tente tant bien que mal de se faire une place sur le farouche marché du jeu vidéo. Proposant donc des scènes en prises de vue réelles couplées à diverses interactions, MISSING est l'un de ces jeux tentant de coupler le storytelling et les codes du cinéma à ceux du jeu vidéo.

Réalisé et développé par les canadiens de Zandel Media, MISSING réussit-il à proposer une expérience immersive et intéressante ?

Note : Ce Chrono-test ne concerne que le premier épisode de la série et non la série dans son entièreté

 

La première des particularités de MISSING est de mettre en scène deux personnages principaux. Le jeu débute en présentant David, un homme dont on ne sait pas grand chose et qui se réveille enfermé et enchaîné dans un endroit qu'il ne connait pas. Peu après est introduit le détective Lambert, un personnage que l'on suivra en parallèle de David et qui se trouve être chargé de l'enquête concernant la disparition et l'enlèvement du premier personnage.

 

Ces deux protagonistes, dont on imagine que le destin est fortement lié, sont incarnés alternativement par le joueur, bien que David occupe la plus grande partie du temps de jeu. Si cela permet de voir l'histoire à travers deux points de vues radicalement différents (la victime et celui chargé de la secourir), cette méthode permet également d'éviter l'installation d'une certaine lassitude chez le joueur qui, au bon moment, se retrouve aux commandes d'un nouveau personnage. Effectivemment, cela est une bonne idée mais en réalité, l'épisode se trouve être beaucoup trop court pour installer une quelconque lassitude chez qui que ce soit, le jeu ne demandant pas beaucoup plus d'une heure pour être bouclé.

 

 

Evidemment, David ne restera pas enchainé dans cette cave inconnue indéfiniment, et tout au long de l'heure de jeu proposée par ce premier épisode, différentes énigmes permettront au joueur de pousser le personnage vers la sortie. Si une partie de ces énigmes se résume à devoir chercher un objet pour ensuite trouver l'endroit où le mettre, d'autres puzzles demanderont un peu plus de réflexion, ces derniers étant de toute façon généralement peu complexes.

 

Du fait de son genre, le jeu se présente comme un point-and-click en prises de vues réelles, le tout entrecoupé de cinématiques, l'avantage du format étant la conservation d'une certaine harmonie entre phases de jeu et cinématiques. Certaines de ces cinématiques se trouvent d'ailleurs être interactives et proposent des phases de QTE assez sympathiques, améliorant la tension des scènes concernées.

 

Attention à ne pas renverser votre café !

 

Le jeu propose bien quelques plans assez beau, notamment lors de la première phase avec le détective Lambert, cependant la majeure partie du temps la réalisation du soft vise bien plus l'utilité que l'esthétique, cela menant à des plans banals, pas moches mais loin de mériter une attention quelconque.

 

De manière générale, le jeu se révèle assez bon, que ce soit dans son gameplay, sa construction ou son scénario. Cependant il ne se démarque aucunement du reste et, tout en étant un jeu et un film correct, MISSING ne possède aucune qualité particulière. Le jeu est maîtrisé, mais aucun "génie" ne s'en dégage. En quelque sorte tout y est, sauf la petite touche qui fait la différence entre un jeu correct et un bon jeu. Proposant des énigmes logiques et une difficulté correcte, le plus gros défaut de ce premier épisode est clairement sa durée de vie ainsi que le manque de créativité du soft.

  • JOUABILITÉ

    13

    Se jouant comme un point&click, MISSING ne se caractérise pas par un gameplay particulièrement nerveux ou prenant, ce malgré quelques QTE bien amenés ajoutant parfois à la tension de certaines scènes.

  • GRAPHISMES

    12

    (Pour des raisons pratiques cette note tiendra également compte de la mise en scène et de la technique de MISSING) Clairement, MISSING ne se démarque pas par une technique cinématographique particulièrement ingénieuse ou des plans particulièrement beau. MISSING est bien filmé, sans plus, sans moins.

  • BANDE SON

    13

    Servant à appuyer l'ambiance de chaque scène du jeu, la bande-son de MISSING se fait facilement oublier, ajoutant donc une petite touche discrète à l'ambiance de chaque scène du jeu.

  • DURÉE DE VIE

    5

    Avec environ 1h de durée de vie, le jeu est loin d'être long. Il faut préciser cependant que la durée de vie d'un seul épisode n'est pas réellement un argument à prendre en compte.

  • SCÉNARIO

    10

    Il n'y a pas grand chose à dire du scénario de MISSING : intéressant, le scénario de ce premier épisode est plus à considéré comme un pilote à ce que l'on imagine devenir une série. Reste à savoir si la suite sera meilleure ou moins bien...

    • Points positifs

      • Une histoire à double point de vue
      • Des énigmes relativement logiques
      • Les QTE
    • Points négatifs

      • C'est très court

    Conclusion

    Intéressant sans être essentiel, MISSING se laisse jouer sans problême. Ce premier épisode, comparable au pilote d'une série, sert plus de "valeur-étalon" aux futurs épisodes qu'autre choses. Caractérisé surtout par sa réalisation moyenne, pas assez bonne pour être géniale mais pas assez mauvaise pour être ratée, on espère que les prochains épisodes relèveront la barre.

    13

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 1 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Dronfax : Journaliste ConsoleFun

    J'ai débuté avec la Gameboy Advance et notamment la série Pokémon qui est la première série que j'ai suivie avec passion. Puis est venue la DS, sur laquelle j'ai agréablement découvert la série Spectrobes, tout en restant fidèle à mon premier amour :D. Entre temps j'ai eu une Wii (obsolète depuis la Wii U donc), une PS3 qui aujourd'hui ne fonctionne plus, pour finalement me retrouver à jouer sur PC, principalement à des jeux indépendants bien que je ne m'interdis pas quelques parties de Batman :p

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... "