0

[TEST] SOMA

icone auteur news

Le 04/11/2015

Connu pour avoir été à l'origine du jeu Amnesia : The Dark Descent - jeu qui fut à l'époque l'instigateur d'une narration inédite dans les jeux d'épouvante - Frictionnal Games revient aujourd'hui nous proposer une toute nouvelle histoire horrifique. Baptisé SOMA, ce nouveau projet nous plonge dans les eaux sombres d'un centre de recherche scientifiques où l'humanité semble avoir été remplacée par la vie hybride. Après avoir fait frissonner les joueurs du monde entier avec Amnesia, SOMA réussira-t-il à nous donner des sueurs froides ?

 

Confus et sans repères

Avec une esthétique très sombre et une ambiance glauque, SOMA nous fait vivre son aventure à travers les yeux de Simon Jarret. Le jeune homme, qui vivait jusqu'ici une vie parfaitement normale, ne va pas tarder à découvrir l'horreur des profondeurs dans une mystérieuse station sous-marine baptisée Pathos-II. L'esprit encore confus, il se retrouve mystérieusement transporté dans cette station suite à un scanner subi à son cerveau, dans un laboratoire insalubre et sous la surveillance d'un étudiant en médecine. Après s'être réveillé de cette longue absence, Simon se retrouve ainsi plongé dans cet endroit parfaitement inconnu pour lui. Quoi qu'il puisse penser de cette situation, laquelle demeure complètement irrationnelle pour quelqu'un de censé, il va pourtant devoir essayer de trouver des réponses à cette situation scabreuse et irréelle.

 

 

Les premiers pas du joueurs sont hésitants, dans les couloirs de cette station à moitié abandonnée, éclairée au seul moyen des lumières de secours. Ravagée et complètement délaissée par les personnes qui l'ont construit, cette station semble avoir été le théâtre d'un événement aussi grave que mystérieux. Il n'en fallait pas plus pour instaurer l'ambiance générale du jeu, qui plonge d'ores et déjà le joueur dans l'angoisse de ne pas pouvoir sortir de cette cage sous-marine. Votre priorité va donc être d'arpenter les couloirs sombres de la station, à la recherche du moindre indice qui pourrait vous aider à y voir plus clair dans ce flou total. Pour les néophytes du genre qui n'ont pas eu l'occasion de voir ou d'essayer Amnesia, il est important de noter que SOMA reprend les mêmes mécaniques de gameplay que son aîné et propose toujours aux joueurs un FPS à la première personne. Sans en dévoiler trop sur ses intentions ni sur son intrigue, la narration de SOMA se réalise aux travers de différents documents que vous allez devoir trouver sur votre chemin. Des documents audio, que vous pourrez écouter à loisir, comme des documents écrits qui seront disséminés intelligemment et qui vous permettront d'en savoir beaucoup plus sur l'univers du jeu et l'origine de ce désastre.

 

Épreuve psychique

Basé sur un univers qui arrive subtilement à mélanger différentes inspirations comme Bioshock ou encore Alien, SOMA s'impose très rapidement comme un jeu étouffant. La principale force d'un jeu d'épouvante réside dans son caractère horrifique et le jeu s'en sort avec les honneurs. Nous retiendrons de ce monde sous-marin un sentiment d'angoisse omniprésent, comme si nous dépendions de chaque pas de notre héros. Frictionnal Games réussit avec SOMA à construire un monde dans lequel le sentiment de vide est façonné de telle sorte qu'il en devienne particulièrement effrayant. Mention spéciale à la bande son du titre qui vient sublimer une ambiance graphique au top. Les différents sons ambiants du jeu, comme le ruissellement de l'eau sur les parois, les pas de notre personnage ou encore le tintement des machines forcent véritablement le respect.

 

 

Plus que d'être une combinaison de plans où l'horreur s’enchaîne, SOMA tient sa force de sa capacité à faire travailler le joueur sur le plan psychique et psychologique. Le scénario du jeu traite en effet d'un sujet qui soulève beaucoup de questions sur la nature de l'humain et sur la présence possible d'entités hybrides autour de nous. Ces différentes réflexions, abordées tout au long du jeu de manière plus ou moins directe, vont être le premier vecteur à la profondeur scénaristique et à l'importance du jeu en lui-même. Un scénario et une mise en situation qui permettent une immersion totale pour le joueur qui, s'il se montre assez curieux pour cela, découvrira avec satisfaction la complexité du monde dans lequel il évolue.

 

 

Beaucoup de productions s'essaient à différents concepts pour essayer d'être le plus effrayant pour les joueurs, il est vrai, mais peu arrivent à le faire comme SOMA. Ici, ce n'est pas tant sur les jumpscares et les screamers qu'il faudra compter mais plus sur un travail de fond qui aboutit à une peur qui se ressent même dans les instants où il ne se passe rien. Les développeurs de Frictionnal Games, habitués à l'exercice depuis Amnesia, rendent certainement l'une des versions les plus authentiques de la peur. L'univers sous-marin utilisé pour construire le jeu n'est d'ailleurs pas étranger à cette angoisse, les fonds océaniques restent pour l'heure encore très étrangers pour le commun des mortels avec une seule et même phobie commune : le manque d'oxygène. Une ambiance qui nous plonge dans les tréfonds d'une peur invisible et pourtant présente à chaque instant. Une très grande réussite !

 

Des interactions et de la discrétion

Outre son ambiance angoissante véritablement bien travaillée et son aspect visuel important, SOMA dispose d'une partie gameplay qui constitue l'une des pierres angulaires de l'expérience. Comme évoqué précédemment, le jeu est un FPS à la première personne où vous allez devoir mener l'enquête afin de découvrir l'origine de Pathos-II. Pour ce faire, votre personnage disposera d'un certain nombre d'interactions possibles avec le monde sous-marin. En plus des commandes habituelles de déplacement qui vous permettront de marcher, courir et sauter, vous allez surtout pouvoir interagir avec les différents éléments qui composent les niveaux. Le gameplay de SOMA n'est pas le plus complexe qui soit et vous aurez principalement besoin des gâchettes pour vous en sortir. Des interactions de natures diverses qui nécessiteront parfois de votre part de la réflexion et de la patience. Qu'il soit question de trouver un code spécial pour pirater le système de la station, jouer avec le courant pour déverrouiller des portes ou encore utiliser la physique du jeu, les possibilités sont très variées et évitent que le déroulement du jeu ne soit trop monotone.

 

 

Pour l'aider dans son désir de rallier un jour la surface de la terre, Simon Jarret pourra utiliser une sorte de télécommande baptisée Omnitool. Utilisée par tous les employés de la station sous-marine comme une sorte de passe partout, cette télécommande Omnitool vous permettra d'interagir mécaniquement pour ouvrir des portes ou pour contrôler des machines. Très pratique, elle nécessitera à certains moments du jeu des améliorations que vous allez devoir trouver au fil de vos recherches, les accès à certaines salles de la station nécessitant en effet des upgrades. Un outil aussi important qu'il vous permettra également d'y stocker des identités numériques avec lesquelles vous pourrez communiquez. Cet aspect est d'ailleurs loin d'être à négliger, tant le sentiment de solitude peut s'avérer pesant dans l'aventure.

 

 

Bien que la station Pathos-II soit à première vue pour le joueur abandonnée de toute présence, ne pensez pas pour autant que vous ne risquez rien. Ce qui n'était qu'un centre contrôlé par les humains auparavant s'est aujourd'hui transformé en une jungle féroce où vous allez faire la rencontre d'un bestiaire aussi intriguant que repoussant. Les expérimentations et les inventions réalisées par les responsables de cette station ont semble-t-il mal tournées et il faudra vous attendre à des ennemis hostiles qui voudront vous attaquer. Mélange quelque peu bâtard entre des corps humains et des esprits hybrides, les différents gardiens et monstres que vous croiserez seront véritablement effrayants par leurs corps difformes composés de tentacules et d'éléments mécaniques. La discrétion sera donc primordial lors de vos différents voyages à travers la station, si vous voulez avoir une chance de survivre à cet environnement particulièrement hostile. Cette atmosphère ambiante du danger omniprésent vient renforcer une ambiance déjà très forte.

 

L'horreur des profondeurs

Très peu médiatisé avant sa sortie, Frictionnal Games nous livre ici un jeu aux multiples inspirations, avec comme première qualité une ambiance sous-marine de toute beauté et qui plonge le joueur dans une angoisse indescriptible. On regrettera seulement que la dernière partie du jeu soit un peu moins inspirée que le reste du jeu, mais SOMA dispose de solides arguments pour venir s'immiscer en tête des jeux d'horreur de cette fin d'année. Plus qu'une histoire qui se raconte, SOMA est une expérience qui se vit dans le noir et l'enfer que nous réserve les profondeurs.

 

 

 

  • JOUABILITÉ

    16

    Les différentes interactions possibles avec l'environnement sont variées et vous demanderont parfois de la réflexion. Jamais compliqué, le gameplay de SOMA pourra s'avérer quelque peu lourd pour les néophytes du genre mais la prise en main se fait très rapidement. Un aspect du jeu de qualité qui permet aux joueurs de vivre pleinement son aventure sous-marine.

  • GRAPHISMES

    18

    Certainement l'un des plus gros points forts du titre tant son ambiance graphique est saisissante et nous plonge immédiatement dans l'oppression et les environnements terrifiants. La touche artistique du jeu est propre et les différents éléments qui composent les niveaux de SOMA restent toujours cohérents avec l'univers.

  • BANDE SON

    18

    A la manière du travail qui a été réalisé par Frictionnal Games sur l'ambiance graphique, le son fait également partie des points primordiaux qui font de SOMA une expérience terrifiante et diablement mise en scène. Les différents sons ambiants sont d'une réalité et d'une qualité irréprochable, de l'eau qui ruisselle sur les parois aux tintements des machines qui font écho dans les couloirs de la station.

  • DURÉE DE VIE

    16

    SOMA est une aventure dans laquelle le joueur devra se montrer curieux s'il veut profiter de toutes les subtilités de l'univers et de l'histoire. Ainsi, le scénario du jeu vous demandera une dizaine d'heures pour être bouclé, peut-être un peu plus si vous prenez votre temps à découvrir Pathos-II.

  • SCÉNARIO

    16

    Le scénario qui se construit sous nos yeux terrifiés soulève des questions complexes et qui ont le mérite de faire réfléchir le joueur sur la condition humaine. Un scénario de qualité qui sera d'autant plus apprécié si le joueur s'intéresse aux différents documents disséminés dans les pièces.

    • Points positifs

      • Une ambiance parfaite
      • Oppressant et terrifiant, même dans les moments de creux
      • Un gameplay qui offre des situations variées
      • Un univers très bien senti
      • Le bestiaire du jeu
      • Les nombreux documents à lire et à écouter
    • Points négatifs

      • Les moins curieux rateront beaucoup de choses
      • Le sentiment de solitude pourra fatiguer
      • Une dernière partie pas très inspirée

    Conclusion

    Frictionnal Games connaît la chanson de l'horreur et nous propose avec SOMA une copie de qualité, où se mélange habilement différentes thématiques dans une peur authentique. L'ambiance oppressante du titre ainsi que ses différents environnements sous-marins font de lui une expérience qui marquera les joueurs, psychologiquement et mentalement. Une très bonne pioche pour cette fin d'année, à  conseiller à  tous les amateurs d'épouvante et d'univers effrayant.

    16

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 4 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Galwii : Webdesigner & Développeur

    Tout a débuté sur une Super Nintendo avec l'excellent Super Mario World. Mon expérience de joueur a débuté avec des titres emblématiques, Donkey Kong Country, Earthworm Jim, Mr Nutz et bien d'autres. Plus tard, je me suis tourné vers le PC où je me souviens encore des folles parties de Midtown Madness. Une très belle époque, avant de me lancer de plein pied dans le jeu vidéo avec la première Xbox. Halo, Top Spin, PGR, des indispensables qui ont forgé mon appétit de gamer.

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... "