0

[TEST] Metal Gear Rising : Revengeance

icone auteur news

Le 19/04/2015

Initialement développé par Kojima Production, Metal Gear Rising est passé aux mains de Platinum Games après plusieurs années de développement, opérant du même coup un changement de nom et devenant Metal Gear Rising : Revengeance. Mettant en scène Raiden dans une quête très personnelle, que vaut ce spin-off rapide et brutal d'une des plus veilles licences du jeu d'infiltration ?


Ninja Assassin
Se déroulant en 2018, ce Metal Gear Rising, nous fait incarner Raiden, personnage bien connu des fans de la série et alors soldat pour une Société Militaire Privée (SMP) répondant au doux nom de Maverick. Raiden est cependant un soldat un peu spécial puisqu'il ne bat qu'avec son Katana à Haute Fréquence, arme lui permettant de trancher plus ou moins n'importe quelle matière. 
On démarre le jeu alors que Raiden a été envoyé en Afrique pour protéger le Premier Ministre N'Mani. Malheureusement, la mission dérape et le Premier Ministre se fait enlever par un étrange cyborg surpuissant. C'est en partant à sa recherche que Raiden finit par affronter le dit cyborg et se fait lamentablement écraser dans un combat plus qu'inégal. Quelques semaines plus tard, ce même cyborg, surnommé Jetstream Sam, refait des vagues en Abkhazie. Disposant d'un nouveau corps tout neuf, Raiden partira régler ses comptes et percer à jour les motivations du cyborg et ses employeurs : Desperado, une autre SMP aux intentions obscures.
Si, à première vue, le scénario raconte juste une histoire assez classique de conflits d'intérêts politiques et/ou économiques, il aborde de manière assez directe des thèmes tel que le libre arbitre, la justice ou encore la question de l'humanité. Si cela prend parfois des tournures assez insolites, à l'exemple de Raiden discutant philosophie entre deux combats, il faut avouer que cela est amusant à voir, et loin d'être anecdotique. Cette histoire s'inscrit assez bien dans le reste de l'univers de la série principale, les différents personnages faisant allègrement référence aux Patriotes, à George Sears et autres. Le jeu possède bien son propre background, malheureusement celui-ci est concentré dans de longues conversations via codec avec le reste de l'équipe de Raiden. De nombreux clins d’oeil à la série sont notables, à l'exemple d'ennemis cachés dans des cartons ou du fameux point d'exclamation lorsque l'on se fait repérer.


... Sans toucher la Corse. Et tu tranches, et tu tranches...

Avec le sabre haute-fréquence, toi aussi coupe un Metal Gear comme du beurre


Côté gameplay, Metal Gear Rising est un beat'em all exemplaire. Raiden possède deux attaques (une forte et une faible), ainsi qu'un mode Ninja et un mode Katana. Le premier mode est semblable à celui de la série Assassin's Creed : c'est-à-dire que le maintien de la touche concernée permet à Raiden de courir et d'éviter les obstacles automatiquement. Le second mode lui permet de ralentir le temps pour viser plus précisément, cela consommant cependant une jauge d'énergie. Ce mode est très important durant toute l'aventure puisque si vous tranchez vos ennemis a un endroit précis, vous pourrez récupérer leurs électrolytes, permettant alors de vous régénérer. Nommé Zandatsu (littéralement Couper-Prendre), ce coup vous sera souvent salvateur et sera votre coup de grâce contre tous les boss du jeu. À savoir qu'à partir d'un certain moment de l'histoire, cette même jauge permettra également l'activation d'un mode furie permettant à Raiden de frapper plus fort et de découper ses adversaires sans avoir à utiliser le fameux mode Katana. 
Plus que tout, Metal Gear Rising est un jeu dynamique mais aussi très technique, l'action y est frénétique et les ennemis retors, n'hésitant pas à esquiver vos coups et même à vous contrer ! Faire de même n'est pas chose facile, MGR nécessitant un apprentissage de la parade et du contre. Techniquement, il vous suffit de diriger Raiden vers l'attaquant tout en appuyant sur la touche d'attaque pour que Raiden pare le coup, et si votre contre est effectué parfaitement, Raiden contrer-attaquera, stunnant l'ennemi et vous permettant d'utiliser le fameux Zandatsu. Le jeu donne une réelle impression d'incarner un surhomme, se battant contre tout un tas d'autres surhommes. On se plaindra simplement de certaines animations, qui ont tout juste l'air d'avoir été accélérées, donnant un aspect certes rapide, mais également très peu naturel à ces animations. 
Alors évidemment, on peut choisir de passer discrètement sur certaines séquences, un bonus pouvant même vous être octroyé si vous finissez une zone sans vous faire détecter,. On sent cependant que le jeu n'est pas pensé pour cela, et les ennemis ont tendance à n'être aveugles que dans le dos, restants plus qu'alerte et vous détectant très rapidement, même si vous êtes au dessus d'eux.


Une belle brochette de boss

Un boss dantesque pour combat final épique.


Comme tout bon BTA, Metal Gear Rising vous fera affronter un certain nombre de boss. Plutôt charismatiques, ces boss sont très bien rendus, et participent fortement au propos du jeu, nombre de questions philosophiques venant d'eux. Et si ces boss ont une difficulté globalement croissante, le boss de fin de jeu est est proprement signé Platinum Games, étant à des années lumières des autres. Véritablement complexe, ce boss est démesurément dur. Dommage, d'autant plus que c'est un adversaire charismatique et intéressant.
De manière générale ces combats de boss sont très spectaculaires, à l'image des différentes cinématiques du jeu, bourrées d'effets en tout genre et remplies de cette exagération typiquement japonaise.
À quelques exceptions près, vous récupérerez à chaque combat de fin de chapitre l'arme du boss affronté, que ce soit une sorte de bô, des pinces ou mêmes de saïs. Ces armes pourront être équipées en tant qu'armes secondaires et pourront être utilisées par Raiden en remplacement de son attaque puissante.


Le Raiden qui vous va bien
Effectivement, que ce soit à la fin de chaque chapitre ou entre deux points de sauvegarde, vous pourrez accéder au menu de personnalisation pour améliorer Raiden selon votre bon vouloir. Acheter différents skins pour Raiden, acheter ou améliorer ses armes, voire même acheter des extensions de barre de vie, il y a beaucoup de façons de dépenser son argent et il vous sera compliqué (pour ne pas dire impossible) de tout acheter en une partie. À savoir que vous pourrez retrouver, dans des coffres cachés dans chaque niveau, des améliorations vous permettant d'agrandir votre jauge de vie ou votre jauge spéciale.

 

  • JOUABILITÉ

    19

    Rapide et nerveux, Metal Gear Rising est, au niveau de son gameplay, une pure réussite. Les combats sont impressionnants et Raiden est très réactif. Les nombreux combos possibles, les différentes armes principales et secondaires permettent même de diversifier ces combos. De même, on fait face à des ennemis parfois assez coriaces, et qui n'hésiteront pas à parer, esquiver voire riposter à vos coups.

  • GRAPHISMES

    13

    Il faut l'avouer, le jeu n'est pas particulièrement beau, bien qu'il ne soit pas franchement moche. Un peu terne au niveau des couleurs, le jeu se traîne des graphismes légèrement en-dessous de ce qui ce faisait à l'époque. Sûrement l'aspect le moins réussi.

  • BANDE SON

    17

    Avec sa bande-son rock, ce Metal Gear plaît aux oreilles. Mention spéciale aux combats de boss, où la musique est divisée en différente parties en fonction de notre avancement dans le combat, le plus souvent, ne nous offrant que l'instrumentale en début de combat puis la chanson complète (avec les paroles donc) une fois passé les 50% du combat.

  • DURÉE DE VIE

    12

    D'une durée de vie comprise entre 5 et 10h, Metal Gear Rising se finit très rapidement, le jeu ne comportant que 8 missions, dont certains peuvent être terminées en moins d'une heure. Heureusement, le New Game + du jeu ainsi que les très nombreuses améliorations du jeu feront office de prétexte au joueurs ayant été les plus emballés à  revenir le finir à  100 %.

  • SCÉNARIO

    16

    Derrière sa classique histoire de complot économico-politico-guerrier, Metal Gear Rising cache un propos assez pertinent sur le libre arbitre, la guerre et d'autres thèmes récurrents dans la série. De plus, le jeu possède des ennemis réellement charismatiques, les acolytes de Raiden passant totalement au second plan.

    • Points positifs

      • Des combats impressionnants
      • Un Raiden réactif
      • Une bande-son électrisante
    • Points négatifs

      • C'est un peu moche...
      • C'est (très) court

    Conclusion

    Bon Metal Gear, bon Beat'em all, ce spin-off d'une des plus grosses série du jeu vidéo fait son office et nous offre un beau jeu. Malheureusement ce Rising : Revengeance cumule les petits défauts qui l'empéchent d'atteindre l'excellence. Un très bon beat'em all dans lequel on sent la patte Platinum Games, cela n'empêchant pas un respect de l'histoire et du background propre à  la série.

    15

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Metal Gear Rising : Revengeance

    Support : PS3

    Editeur : Konami

    Développeur : Platinium Games

    Genre :Action BTA

    Multijoueur : Non

    Moyenne des joueurs : 16.00 / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Dronfax : Journaliste ConsoleFun

    J'ai débuté avec la Gameboy Advance et notamment la série Pokémon qui est la première série que j'ai suivie avec passion. Puis est venue la DS, sur laquelle j'ai agréablement découvert la série Spectrobes, tout en restant fidèle à mon premier amour :D. Entre temps j'ai eu une Wii (obsolète depuis la Wii U donc), une PS3 qui aujourd'hui ne fonctionne plus, pour finalement me retrouver à jouer sur PC, principalement à des jeux indépendants bien que je ne m'interdis pas quelques parties de Batman :p

    Critiques de Presse