0

[TEST] Randal's Monday

icone auteur news

Le 25/03/2015

Développé par Nexus Games Studio et édité par Daedalic Entertainment, Randal's Monday serait selon les développeurs, un jeu fait pour des geeks et par des geeks. Entre références et humour gras, Randal's Monday se présente comme un point & click dédié à nous gamers et amoureux de pop culture. Qu'en est-il vraiment ? On vous dit tout...

Randal's Monday



C'est l'histoire d'une semaine de 7 lundis
Randal's Monday vous fait incarner Randal Hicks, un cleptomane geek et asocial dont la vie se résume aux pintes du Clayton's Bar ainsi qu'aux étranges aventures qu'il partage avec son meilleur ami Matt. L'histoire débute alors que Randal fête les fiançailles de son meilleur ami avec une certaine Sally. Lors de la soirée, Matt montre à Randal la bague qu'il a ache... trouvé pour sa future femme : Un anneau en or, qui possède un étrange pouvoir attractif, presque hypnotisant... Et c'est durant cette soirée, que Matt perd son portefeuille (dans lequel l'anneau était rangé) et que Randal, en bon cleptomane, récupère.
Le lendemain, Randal revend l'anneau et peu après, apprend que Matt est déclaré mort : son meilleur ami s'est suicidé. Randal ne le sait pas encore, mais il est déjà coincé dans une boucle temporelle et sera forcé de revivre en boucle le même jour en boucle, le même terrible lundi...


Oh boy it's well to say : Good Morning USA

L'absurdité est puissante en cette scène...


Vous l'aurez compris à la lecture du scénario, Randal's Monday assume son côté absurde et décalé et parvient même à être assez drôle. Avec ses graphismes rappelant la série American Dad et ses personnages très différents les uns des autres mais pourtant toujours cohérents avec le ton du jeu, Randal's Monday est parfaitement réalisé de ce coté-là. De la même manière, le jeu multiplie les références à la pop culture. Tout y passe, Pulp Fiction, Star Wars, Wonder Woman, Portal... Que ce soit par un petit détail caché dans les décors, ou au détour d'un dialogue, on sent que Nexus Game Studios voulait faire plaisir aux geeks que nous sommes en plaçant le plus de références possible. 
Malheureusement, ce qui pourrait être une qualité fini presque par être un défaut. Effectivement, les références sont nombreuses, peut-être trop nombreuses et il arrive parfois que l'on ait l'impression que l'histoire se substitue à une succession de références, finissant par paraître assez lourdes à certains moments du jeu.


Tu cliques ou tu pointes ?
Niveau gameplay, Randal's Monday est un point & click tout ce qu'il y a que plus classique. On y interagit donc avec divers objets et personnages pour faire avancer le jeu, le genre lui-même sous-entendant une présence importante de dialogues et de personnages.
Pour les moins habitués au genre, lorsque vous devez interagir avec des objets ou des personnages, trois options vous sont proposées : les toucher/prendre/attraper, leur parler (ou "en parler" dans le cas des objets) et les regarder (ce qui revient plus ou moins à la même chose). Le jeu dispose de deux types de curseurs, l'un vous laissant choisir entre les trois options et l'autre vous laissant choisir entre les deux options les plus utiles. Vous opterez rapidement pour cette dernière option, vu la difficulté générale du jeu.

Ne vous inquiétez pas, ce cross-over étrange est expliqué dans le scénario ne vous inquiétez pas...

 


Dur, dur d'être un joueur
Et oui, Randal's Monday se révèle, sur certaines phases du jeu, incroyablement difficile, ce principalement à cause d'énigmes totalement absurdes, allant presque contre la logique la plus élémentaire. Exemple est fait d'une des premières énigmes du jeu, où Randal cherche à atteindre un objet lointain : pour atteindre cet objet vous devrez retourner chez Randal, aller chercher un balai dans le salon, un cintre (avec une jolie tête de canard au bout) dans la salle de bain puis combiner les deux, pour obtenir une "canne à canard extensible". Et les énigmes de ce genre se répètent durant tout le jeu, rendant la progression parfois très laborieuse. Il est rarement possible de résoudre ces énigmes autrement qu'en tentant les fusions les plus improbables ou en utilisant la soluce disponible in-game via le menu des options. Bien heureusement, cela n'empêche pas le jeu d'avoir quelques énigmes plus logiques bien que toujours assez complexes.


Je suis HAL

Vous reverrez ce magasin souvent et parfois pour résoudre des énigmes assez complexes

 

 

Ce lundi pourrait bien vous hanter
Malgré ces énigmes l'histoire du jeu se révèle très drôle et assez intéressante, notamment grâce à ses personnages dignes d'un épisode de Family Guy. Mention spéciale à la fin du jeu, une fin inattendue et pourtant géniale. Il est cependant dommage qu'il soit nécessaire de faire un véritable chemin de croix pour y avoir droit.

  • JOUABILITÉ

    12

    Le principal problème de gameplay est dû à des énigmes improbables et cassant réellement le rythme du jeu, cela est d’autant plus dommage que ces énigmes, en plus d'être absurdes, sont complexes et se répètent régulièrement au fil du jeu.

  • GRAPHISMES

    17

    Avec ses graphismes à la American Dad, Randal's Monday est un joli jeu dont l'aspect cartoon ne fait que renforcer le côté drôle et absurde du soft.

  • BANDE SON

    13

    Randal's Monday possède une bande-son rock assez pêchue et bien rythmée. Malheureusement, les thèmes sont généralement plus des "musiques de fond" qu'autre chose, et ont tendances à se répéter, le tout devenant parfois assez rébarbatif.

  • DURÉE DE VIE

    11

    Finissable en plus ou moins 5h pour peu que l'on connaisse la solution de toute les énigmes du jeu, la durée de vie de Randal's Monday dépendra principalement de votre rapidité à comprendre la logique inversée de certaines de ces énigmes.

  • SCÉNARIO

    14

    Un scénario très bien pensé, fortement inspiré d'un épisode de cartoon américain, où Randal n’hésite pas à briser le quatrième mur, et où l'humour gras est la règle, l'absurdité la norme. Malheureusement, la difficulté de progression empêche la bonne appréciation de ce scénario.

    • Points positifs

      • De très beau graphismes "animés"
      • Énormément de références
    • Points négatifs

      • C'est dur
      • … ça en devient parfois écœurant

    Conclusion

    Randal's Monday est plein de bonnes intentions et de bonnes idées, mais malheureusement les différents écueils du jeu empêchent parfois de prendre un réel plaisir à suivre l'histoire puisqu'entre deux scènes, vous ferez souvent face à une de ses énigmes illogiques, parfois à la limite de l'insoluble.

    11

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Randal's Monday

    Support : PC

    Editeur : Daeadalic Entertainment

    Développeur : Nexus Games Studios

    Genre :Point and Click

    Multijoueur : non

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Dronfax : Journaliste ConsoleFun

    J'ai débuté avec la Gameboy Advance et notamment la série Pokémon qui est la première série que j'ai suivie avec passion. Puis est venue la DS, sur laquelle j'ai agréablement découvert la série Spectrobes, tout en restant fidèle à mon premier amour :D. Entre temps j'ai eu une Wii (obsolète depuis la Wii U donc), une PS3 qui aujourd'hui ne fonctionne plus, pour finalement me retrouver à jouer sur PC, principalement à des jeux indépendants bien que je ne m'interdis pas quelques parties de Batman :p

    Critiques de Presse