2

[TEST] Strike Suit Zero : Director's Cut

icone auteur news

Le 09/04/2014

 

Après un premier passage sur PC et Xbox 360, le jeu indépendant Strike Suit Zero (secouru par Kickstarter après un développement chaotique) revient l'année d'après dans une édition Director's Cut sur consoles next-gen. L'occasion pour le studio Born Ready Games de faire quelques reajustements sur ce shooter spatial qui ne manque pas d'arguments..

 

 

Vol petit oiseau, vol !

Aux bons souvenirs de nos meilleurs heures sur Rogue Squadron ou Conflict : Freespace, Strike Suit Zero fait partie de ces titres stellaires qu'on croyait perdus depuis des années, ceux qui vous plongent dans un univers rempli de lasers et vaisseaux spatiaux ultra rapides. Noyé dans l'espace, à bord de votre appareil, vous avez pour objectif de protéger la Terre, menacée par le retour des colons...

Après quelques missions, vous dénichez la perle rare, un prototype qui peut se transformer en un mecha (le mode Strike) agile et puissant fac à la menace ennemie. Une transformation disponible qu'après avoir engrangé suffisament de “flux”, une énergie qui se charge au fur et a mesure de vos actions, et qui se videra logiquement tout au long de l'utilisation du mode Strike. On découvre dès lors la subtilité du jeu, la sève même du soft, offrant une dualité électrisante sur le plan stratégique, nécessitant d'utiliser judicieusement votre forme mécha, cette dernière permettant par exemple de stationner sur place tout en déclenchant une force de frappe non négligeable.

 

Revenu à sa forme initiale, le vaisseau retrouvera donc ses attribus de transport spatial, possèdant néanmoins suffisament d'armes (principale et secondaire) pour abattre les quelques chasseurs stellaires aux prises avec vos alliés. Les objectifs en cours de partie peuvent varier de la protection (du vaisseau principal ou de vos alliés) à la destruction de cibles pour affaiblir les structures adverses, tout en faisant attention à l'armement adverse symbolisé par diverses tourelles anti-aeriennes et autres canons lasers qui fleurissent sur les points relais ou croiseurs ennemis gigantesques. Comme si ça suffisait pas, les méchants possèdent aussi toute une armée d'appareils volants rapides, capable de déchainer les enfers sur votre position si vous ne faites pas attention à eux. Une situation qui peut vite dégénerer et s'avèrer frustrante notamment parce qu'il est quasiment impossible de comprendre d'où viennent les tirs, vous obligeant à faire d'inlassables aller-retour pour mieux juger de la situation et de ce qui vous entoure, dans un espace qui n'a par définition ni haut, ni bas.

A ce sujet votre appareil s'appréhende facilement après quelques minutes d'apprentissage, aidé par un tutoriel efficace sur les commandes, qui omet cependant de vous familiariser avec l'interface du jeu concernant vos objectifs de missions ou jauges d'energies. Un oubli d'autant plus pénalisant qu'on se retrouve souvent perdu lors des premieres missions, cherchant déspérément à repérer et définir vos cibles prioritaires dans ce marasme de vaisseaux et autres indicateurs à l'écran.

 

Du bleu et du violet .. On est sur Halo ?

 

J'y arrive, et sans même utiliser la Force.

Une fois les mécanismes du jeu bien en main, le plaisir est intense, direct, insufflé par un dynamisme à tout épreuve. Usant ainsi des joysticks avec sagesse, le gauche contrôlant l'entièreté du vaisseau, le droit la visée, on assimile vite les quelques touches nécessaires au combat. Locker, viser, tirer, aussi simple qu'éviter un missile guidé par la simple pression du Y au bon timing. Emprunt de vos victoires, Strike Suit Zero : Director's Cut offre la possibilité d'améliorer son appareil, et même de selectionner un vaisseau parmi plusieurs (qui ne possèderont pas forcément la capacité de passer en mode Strike mais se révèleront en contre-partie plus efficace dans d'autres domaines), bien qu'on privilégiera sans détour le prototype Suit Strike.

On se prend alors vite au jeu des transformations et rotations, n'hésitant plus à tourner et pivoter au milieu des conflits. Si vous parvenez à deployer votre mécha au coeur de ces nuages ennemis, vous pouvez par exemple utiliser son lock automatique pour enchainer les frags, non sans une certaine satisfaction, une faculté également utile lorsque vous faites face à une tripottée de tourelles sur un croiseur adverse. Vous l'avez compris, la clé du gameplay résidera dans cette faculté à bien utiliser le mode Strike. Un aspect judicieux qui empêche le titre de tomber dans une certaine lassitude qui pointe déjà son nez arrivé au milieu de l'aventure, la faute à des situations trop répétitives et des missions/objectifs volontairement étirés en longueur.. C'est non sans soulagement qu'on accueil dès lors un twist final bien senti qui boost l'action de Strike Suit Zero dans sa dernière partie et met à profit tous les talents dont vous avez fait preuve jusque là.

 

Protégez vos alliés à l'aide du Mécha en mode Strike

 

Une refonte solide.

Sorti début 2013 sur PC et Xbox 360, Strike Suit Zero vient donc retenter sa chance sur PlayStation 4 et Xbox One, sous une édition Director's Cut. L'occasion idéale pour Born Ready de reajuster quelques éléments critiquables de la première version, notamment sa difficulté en dent de scie décourageante, crystallisée par des checks points aléatoires. Ainsi, le studio indépendant a profité de la manoeuvre pour stabiliser l'ensemble, réajustant parfaitement la difficulté pour caliner les moins patients. Si le jeu s'avère toujours aussi exigeant par endroit, il en demeure beaucoup moins frustrant.

Cette refonte, c'était aussi l'occasion de retoucher le titre graphiquement, avec de nouvelles modélisations de vaisseaux, des effets de lumière revus pour un résultat convaincant, sans être à la hauteur d'un jeu next-gen. La direction artistique, parfois (trop?) traditionnaliste, sert suffisamment l'ambiance pour accrocher à cet univers étoilé qui se permettra même de nous bluffer sur de rares plans saupoudrés en fond de quelques paysages bien sentis, comme une étoile en fusion. On regrette néanmoins qu'au prix affiché (de 19.99€ sur Xbox One, 17.99€ sur PlayStation 4) ce shooter spatial ne flatte pas davantage la rétine, notamment sur les textures lorsqu'on s'approche un peu trop près de certaines structures. Ainsi, si l'aventure se boucle en une grosse dizaine d'heures de jeu, Strike Suit Zero : Director's Cut intègre d'emblé le DLC Heroes of the Fleet, histoire de rempiler pour quelques missions supplémentaires qui ne seront pas de trop.

 

Certains décors, trop rares, vous scotch sur le siège.

 

Dommage cependant que l'équipe n'est pas profité de cette V2 pour revoir les sous-titres du jeu, ridiculement petits qui nuisent littéralement au bon déroulement du scénario notamment lors des phases in-game. De quoi décourager facilement les moins téméraires, qui louperont alors une histoire somme-toute générique, vous mettant dans la peau de l'éternel sauveur aux manettes d'un prototype révolutionnaire poussé à sauver votre patrie, mais qui a le mérite d'exister, dans un genre autrefois pas toujours bien fourni dans le domaine.

Finalement, Strike Suit Zero : Director's Cut réussi le pari de raviver la flamme du shooter spatial qu'on pensait éteinte à jamais avec un jeu ultra-dynamique mais pas exempt de défauts, à l'image de l'aspect parfois répétitif de l'exercice. Il serait pour autant dommage de rater l'occasion de découvrir ou redécouvrir les joies du vol inter-stellaire avec un excellent successeur au génial Freelancer.

 

 

Testé sur Xbox One.

  • JOUABILITÉ

    16

    Le vaisseau se laisse facilement apprivoiser après quelques minutes de jeu seulement et on se prend alors vite au jeu de la transformation et des manoeuvres dans l'espace. Il faudra cependant apprendre a  se repérer et utiliser judicieusement le mode Strike dans des situations parfois brouillonnes. L'ensemble reste ultra dynamique et propose son lot de combats acharnés, et cela même si on regrette une certaine répétitivité avec des objectifs de missions peu variés et inutilement rallongés.

  • GRAPHISMES

    14

    Loin d'afficher un standard next-gen, la faute à quelques textures grossières, Strike Suit Zero reste cependant correct, notamment grâce à des modélisations et des effets de lumière revues pour son édition Director's Cut. La direction artistique quant à elle s'inspire largement des habitudes Japonaises et accouche d'un mécha de toute beauté. L'essentiel est assuré pour satisfaire cette ambiance sur fond d'étoiles.

  • BANDE SON

    18

    L'un des points forts du jeu, avec des tons évidemment inspirés de la culture Japanime. Les musiques de Strike Suit Zero remplissent parfaitement leur rôle et servent idéalement l'ambiance du jeu, tout comme les effets sonores. Une réussite.

  • DURÉE DE VIE

    15

    Il vous faudra compter une dizaine d'heure de jeu pour accomplir l'aventure et rempiler sur le DLC Heroes of the Fleet. Rien de scandaleux pour un titre du genre vendu au prix d'un jeu indé. Strike Suit Zero propose d'ailleurs un système de scoring et médailles qui satisfera les férus de replay-value. Aucun mode multijoueurs malheureusement.

  • SCÉNARIO

    7

    S'il a le mérite d'exister, le scénario de Strike Suit Zero ne fera pas date dans l'histoire du Jeu Vidéo. Tout juste assure-t-il la cohérence de l'univers du jeu et sert de prétexte idéal aux situations données. On regrette par contre que la taille minuscule des sous-titres annihile complètement toute envie de s'immerger dans les phases de dialogues in-game...

    • Points positifs

      • Un gameplay très dynamique
      • Le passage en mode Strike
      • Le design du Mécha
      • Une bande son excellente
      • Le DLC intégré à la version Director's Cut
      • Une difficulté réajustée pour cette réédition
    • Points négatifs

      • Graphiquement pas next-gen
      • Quelques passages assez répétitifs
      • Les objectifs pas toujours clairs
      • Les sous-titres affreusement petits
      • Le prix fort sur Xbox One (19.99€)

    Conclusion

    Sauvé in extremis par sa campagne Kickstarter, le développement douloureux de Strike Suit Zero aura finalement accouché d'un titre agréable, poussé par un dynamisme à toute épreuve et son ambiance mélangeant culture occidentale et japonaise. Si on regrette amèrement les sous-titres minuscules, ainsi que certains objectifs répétitifs, on retiendra finalement la rafraîchissante dualité du gameplay qui oblige à  utiliser judicieusement le mode Strike (mécha) lors des affrontements, des manoeuvres aidées par une maniabilité aux petits oignons. On saluera également l'effort de l'édition Director's Cut du jeu, qui réajuste habilement la difficulté en dent de scie de Strike Suit Zero. Un space opera qui devrait ravir les nostalgiques de Freelancer et tous les fans du genre.

    15

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (2)

    Titiboy a écrit un commentaire le 10/04/2014 à 22:37

    Test sympa.
    Le jeu pourrait bien m'intéresser.

    * a écrit un commentaire le 12/04/2014 à 13:56

    Merci pour le test Contra ^^ Oui un jeu qui a l'air sympatoche !

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Strike Suit Zero : Director's Cut

    Support : Xbox One

    Editeur : Born Ready Games

    Développeur : Born Ready Games

    Genre :Shoot'em up

    Multijoueur : Non

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Testeur de jeux vidéo

    Fan de Metal Gear Solid !

    "Baromètre du test"