1

[TEST] Assassin's Creed IV : Black Flag

icone auteur news

Le 14/11/2013

Vous aimez les assassinats ? Vous aimez la piraterie ? Alors Assassin's Creed Black Flag semble être fait pour vous ! Déjà en développement alors que Assassin's Creed III n'était pas encore terminé, ce nouvel opus a pris comme point de départ les batailles navales. Et c'est ensuite que l'histoire et les personnages sont venus se greffer autour de ce seul point. Il est vrai que la navigation et les joutes de navires furent une vraie réussite dans le dernier opus, mais cela suffit-il à justifier un nouvel épisode à lui tout seul ? Le jeu va-t-il parvenir à nous surprendre et nous envouter grâce au monde de la piraterie, tout en collant à l'univers d'Assassin's Creed ? La réponse dans ce test !

 

Montez à bord moussaillon


Tout d'abord, soyons clair, malgré le contexte de la piraterie et l'époque où se déroule le jeu, ASC IV est en rapport direct avec le troisième opus de la série. Je ne vous spoilerai donc pas la fin d'Assassin's Creed III.


Tout ce que je peux vous dire, c'est que dans ce quatrième épisode, Abstergo (les templiers) s'est décidé à utiliser l'animus et les séquences de mémoire pour créer des jeux vidéo et les commercialiser. En tant que nouvel employé, vous aurez donc la tâche de revivre les souvenirs d'Edward Kenway (grand-père de Connor), pirate de son état, ayant des prédispositions à devenir assassin.


Contrairement aux opus précédents, l'histoire se met très vite en place, sans vraiment vous situer dans le contexte et vous expliquer le pourquoi du comment. La sensation désagréable que les développeurs veulent vous offrir du plaisir instantané se dégage donc du jeu. Cela casse trop avec le reste de la licence qui prenait le temps de vous installer dans l'histoire avant de vous lancer dans les péripéties. Ici, votre personnage qui n'est qu'un simple pirate de pacotille, se retrouve au bout de 10 minutes de jeu, en tenu d'Assassin, grimpant, tuant avec agilité comme s'il faisait ça depuis 20 ans.

Comme dit plus haut, Ubisoft se contente de vous raconter qu'Edward a un don naturel, que lui-même ignore, pour devenir assassin. Et ce n'est que par la force des choses que le héros va se retrouver confronté aux templiers, oui toujours eux, et leur plan machiavélique.

Certains personnages ont du charisme, c'est déjà ça...

On ne change pas un équipage qui gagne...


Maintenant que nous sommes dans l'ambiance, nous allons parler du jeu en lui-même. Pour vous la faire court, vous ne trouverez rien d'innovant dans ce nouvel épisode, en tout cas pour ce qui des phases à pied. Les développeurs ont sûrement préféré rester sur leur acquis et plutôt perfectionner la partie navigation. Vous aurez donc toujours à courir et monter sur les toits des immeubles pour mieux vous déplacer et assassiner en beauté. Un des gros problèmes du jeu vient surtout des courses libres. En effet, ce quatrième opus fait la part belle aux petites rues et aux endroits étriqués, mais c'est encore pire quand il s'agit de courir sur un bateau... On se cogne partout, on grimpe, sans le vouloir, sur des rambardes et on se retrouve à refaire 3 fois la même chose. C'est là qu'on sent que les mécanismes qui faisaient le succès du jeu il y a plusieurs années, commencent à vieillir sérieusement !


Passons à l'équipement. On retrouve toujours les lames secrètes, les épées, les pistolets, les bombes fumigènes etc... Le seul ajout apportant un plus au gameplay (et encore...) est la sarbacane, qui vous permettra d'endormir vos ennemis pour quelques minutes. Comme dans les opus passés, vous pourrez améliorer vos armes grâce aux marchands placés un peu partout sur la carte. Le système de chasse est encore de la partie. Les pauvres bêtes qui croiseront votre chemin finiront donc en sac pour transporter plus de munitions ou encore en protection plus robuste améliorant ainsi votre armure.


Passons donc à la partie piraterie et navire. Il est clair que contrairement à Assassin's Creed III, la navigation est largement justifiée par le contexte et a bénéficié d'un véritable travail par les développeurs. Cependant, la maniabilité des bateaux est irréaliste, mais nous ne nous plaindrons pas là-dessus, car cela permet de rendre le tout fluide et plaisant. Notre bateau possède plusieurs armes différentes, le mortier pour les longues distances, les boulets chainés à l'avant du bateau qui permettent de ralentir les ennemis, les canons latéraux classiques, et enfin les barils explosifs à l'arrière qui sont idéaux pour créer un champ de mines en pleine mer !
Tout cet arsenal peut être amélioré à l'instar de vos équipements, tout comme votre navire en lui-même, ainsi que votre équipage. Pour cela, il suffit d'amasser de l'argent et de voler des ressources en abattant d'autres navires.

D'ailleurs, les batailles navales restent l'aspect le plus intéressant de cet opus. Désormais, une fois le navire ennemi considérablement touché, vous pourrez l'aborder ! Vous pourrez donc quitter la barre et sauter sur le bateau adverse pour combattre à l'épée tel un assassin en furie !
Mais attention, car en détruisant les adversaires à tout va, votre indice de recherche grimpera en flèche et chaque navire que vous croiserez vous attaquera à vue. Cet indice pourra alors être remis à zéro en épargnant des officiers lors de la prise d'un bateau ou en payant une petite somme.

A l'abordage, marin d'eau douce !

The world is yours Chico !

À l'annonce de ce quatrième opus, Ubisoft nous promettait des environnements réalistes et enivrants...Sur ce point l'éditeur ne nous avait pas menti ! À chaque partie l'envie de s'ouvrir une bouteille de rhum et de chanter des chansons de pirates nous vient à l'esprit.

Il faut dire que côté level design, les développeurs n'ont pas chômé. Une bonne partie des Caraïbes a été modélisée pour l'occasion. À travers votre aventure, vous pourrez visiter La Havane, Kingston, L'ile de Nassau, de Tortuga et Cozumel. Un véritable cachet ressort de ce jeu, une ambiance de cette grande époque, qui fascine encore à l'heure d'aujourd'hui et que les petits gars d'Ubisoft Montréal ont su retranscrire. Le tout associé à des musiques et des graphismes dignes des dernières heures de notre chère PS3, même si de temps en temps, on peut voir des chutes de framerate et une certaine quantité d'aliasing.
Toutes les villes regorgent de points à synchroniser, de trésors et fragments d'Eden à trouver. Des chants de pirates pour votre équipage sont aussi déblocables en attrapant les papiers à musique volants, disséminés un peu partout. Sans oublier les missions d'assassinats, qui malheureusement n'ont pas leur place dans le contexte de l'histoire, mais cela dit, ça rajoute du contenu, alors pourquoi s'en priver !


Une fois à bord de votre navire, vous aurez la possibilité d'attaquer des forts. Vous devrez d'abord détruire les défenses à distances fortifiées de l'ennemi, puis sonner l'assaut général pour investir les lieux. Une fois conquis, le fort vous appartiendra et vous donnera la possibilité de construire des boutiques et vous donnera accès a encore plus de missions à accomplir. À certains endroits prédéfinis, vous pourrez faire de la plongée sous-marine pour découvrir de nouveaux trésors. Dans le genre marrant, on a aussi la pêche au requin. À bord de votre chaloupe, vous devrez le harponner et lui lancer des javelots jusqu'à la mort. Ce sera lui ou vous, car il tentera évidemment de vous tuer en essayant de renverser votre embarcation.


Pour ce qui est des missions principales, ce n'est pas la joie ! En effet, la faute à trop de missions d'infiltration et un I.A. défaillante ou plutôt faiblarde. Le plus bel exemple reste les rondes des gardes... Qui sont comment dire... Eh bien, elles ne changent jamais quoi qu'il arrive ! Ils vont et viennent et ne vous donneront aucun challenge. Au bout de la troisième mission d'infiltration, pour peu qu'on soit fatigué, les yeux commenceront à se fermer, doucement, mais sûrement. Vraiment dommage...

Ne vous ratez pas !

Petit meurtre entre amis


Honnêtement le paragraphe sur la partie multijoueurs ne va pas faire long feu... Tous les modes présents dans ASC III sont de retour. On accueille avec plaisir le « Labo de jeu », qui permet de choisir et modifier tout un tas de paramètres et dans un sens de créer son propre mode de jeu. Une fois votre mode de jeu ultime créé vous pourrez le partager avec le monde entier.

8 nouvelles cartes font leur arrivée. Là-dessus rien à dire, elles sont toutes de parfaits terrains de jeu pour des centaines de milliers d'assassinats.

Malheureusement, on est plus en face d'un multijoueurs 3.5 qu'autre chose, un peu décevant, mais toujours aussi efficace.

Tous les personnages jouables du multijoueur.

 

  • JOUABILITÉ

    14

    Un certain nombre de soucis à ce niveau-là. Le free run pose souvent problème, surtout à bord des navires. Un gameplay qui date, mais qui réussit tout de même à faire le boulot.

  • GRAPHISMES

    19


    Là, on est face à du lourd ! Que ce soit sur PS3 ou PS4, peu de chose à dire. C'est beau, on a envie de se laisser aller et s'allonger sur le sable chaud. Mention spéciale pour la modélisation de l'eau !

  • BANDE SON

    19

    Même verdict. Ubisoft a mis le paquet sur ce point. On s'y croirait, et on aimerait y être ! Votre équipage chantera à votre demande lors des trajets en bateau. Le bruit des vagues vous bercera tout le long du jeu.

  • DURÉE DE VIE

    16

    Avec une durée de vie 25 heures de jeu (en moyenne) pour l'histoire principale et au moins 60 heures pour tout finir, le jeu peut bomber le torse... Mais les actions à réaliser sont trop souvent répétitives.

  • SCÉNARIO

    11

    C'est le point faible du jeu... Un héros qui laisse un goût amer, une histoire largement en dessous de ce que sait faire Ubisoft, en bref n'achetez pas ASC IV pour son scénario.
     

    • Points positifs

      • Un univers envoutant.
      • Des graphismes qui crachent.
      • Un million de choses à faire.
      • Les batailles navales passionnantes.
    • Points négatifs

      • Une histoire décevante.
      • Le Free-run c'est le bordel.
      • Une I.A. à se taper la tête contre les murs.
      • Les missions trop répétitives.

    Conclusion

    Ce n'est certainement pas l'Assassin's Creed qu'on attendait, cet enième épisode montre que la série commence à s'épuiser. Le jeu est assez décevant dans l'ensemble, car les problèmes récurrents de la licence sont toujours là. Hormis la nouveauté de la navigation retravaillée et les abordages, le jeu déborde de contenu, mais sans nous tenir en haleine comme l'ont fait les tout premiers épisodes. La faute aussi à un personnage sans réel charisme et histoire inintéressante. Mais ne vous inquiétez pas, dans l'ensemble le jeu s'avère positif. Le contenu est assez costaud et riche pour donner envie de finir le jeu à fond. Pour peu que vous aimiez les épisodes précédents, ce nouvel opus vous ravira. Grâce à son ambiance fantastique et ses graphismes magnifiques, le jeu saura vous enivrer et vous emmener encore une fois combattre les templiers !

    14

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (1)

    * a écrit un commentaire le 16/11/2013 à 13:33

    Oh yeah, super test loveandpeace.

    Tu as bien orienté mon avis sur le jeu. M'enfin, je ne pense pas acheter ce nouvel épisode de AC... Les évolutions entre chaque épisode sont trop minimalistes =/ J'ai l'impression que les dévs se reposent sur leur lauriers -_-

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Assassin's Creed IV : Black Flag

    Support : PS3

    Editeur : Ubisoft

    Développeur : Ubisoft

    Genre :Action/Aventure

    Multijoueur : Oui

    Moyenne des joueurs : 12.00 / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Love&Peace : Modérateur

    Ma première fut une MegaDrive avec Sonic ! J'ai possédé toutes les consoles SEGA et j'ai joué à tous les Sonic ! Puis bien sûr la PS1 qui amena un vent de fraicheur dans ma vie de gameur ! J'ai toujours aimé et joué à des jeux comme Mortal Kombat ou Tekken, les premiers GTA qui déjà me laissé sur le cul. Avec le temps je suis devenu un joueur, un vrai de vrai ! Pro Sony de base, je reste ouvert et sais qu'au final la différence entre la PS4 et la Xbox One est minime.

    Ils possèdent ce jeu

    Connectez-vous pour ajouter ce jeu à votre collection !

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... Ubisoft"