[RETRO-TEST] Star Wars : Republic Commando (Xbox)

Retrouvez régulièrement les différentes chroniques écrites du site
Avatar de l’utilisateur
Greed Lavare
Maître Ninja
Messages : 1010
Inscription : 20 mai 2018, 16:14
Titre : Chasseur de Rêves
Localisation : Un monde

[RETRO-TEST] Star Wars : Republic Commando (Xbox)

Message par Greed Lavare » 21 avril 2019, 17:29

C'est en 2005, sur une planète que nous connaissons très bien que nous nommons Terre, qu'un énième jeu griffé "LucasArts" et estampillé "Star Wars" voit le jour sur PC et Xbox : Star Wars : Republic Commando, un jeu de tir tactique à la première personne prenant place entre les Épisodes II et III de la saga originale. Pas la peine d'en dire d'avantage pour déjà entendre les droïdes fondrent en masse, les lasers fuser de partout et les musiques entraînantes et épiques qu'ouïssent les fans depuis des années.

 



 

 

Je suis... Ton clone..!

 

 

Avec un court prologue presque exclusivement composé de cinématiques, le joueur est déjà mis dans le bain par une belle réalisation et une mise en scène explicite et bien menée : le joueur incarne un clone, numéro 38, du stade d'embryon à son apprentissage rapide au sein de l'escouade Delta. Après avoir enfilé son armure Katarn, il devient le chef de l'équipe composée des unités 07, 40 et 62.

De suite, on est immergé dans Star Wars : du HUD imitant la visière du casque du Trooper aux bruitages des fusils lasers, des droïdes ou bien même des membres des ennemis organiques cédant  — craquant  — sous les bottes de Delta 38, tout est là pour nous plonger dans l'univers de George Lucas. Sans oublier les très bonnes prestations des comédiens de doublage français !

 



Certaines missions demandent de bien ordonner le placement de ses unités afin de ne pas voir l'entièreté de son équipe s'écrouler sous le feu ennemi.

On est cependant rapidement submergé par les indications visuelles.

 

Apporter des décisions tactiques sur le terrain aurait été un plus non négligeable pour le titre de LucasArts si malheureusement tout ne paraissait pas si intuitif au point d'en devenir parfois grossier, avec des icônes prenant beaucoup d'ampleur sur l'écran et des postes stratégiques déjà placés et indiqués par le HUD. N'oublions pas la possibilité de donner des ordres souvent inutiles, "en formation !" étant le plus souvent utilisé par le joueur soucieux de ses partenaires (uniquement contrôlés par l'I.A.) afin qu'ils ne s'éloignent pas trop et ne se fassent descendre par des ennemis tantôt passifs, tantôt agressifs ; heureusement, ils ne savent pas viser : un point supplémentaire pour l'immersion.

Cependant, bien que les choix stratégiques n'apportent guère leurs fruits lors du premier chapitre, la suite permet de mieux cerner l'importance des places à occuper sur le champ de bataille après une séparation avec ses équipiers. De plus, il est très facile d'indiquer à ses coéquipiers où se rendre : on met le réticule de visée sur la cible et on appuie sur A. Ainsi, on peut indiquer une place en hauteur pour le sniper, une autre pour le maniaque des explosifs ; on peut également poser des pièges, pirater des portes ou les faire sauter, mais ces actions prennent du temps (de 10 à 60 secondes). Delta 38 peut s'occuper de ces tâches lui-même, mais il faut parfois être si proche des cibles que l'animation ne s'enclenche pas : obligation d'appeler son collègue pour qu'il s'en charge.

 



38 peut donner des ordres, même tombé au combat. Tant qu'un membre de l'escouade survit, le Game Over ne s'affiche pas.

 

Le plus embêtant étant très certainement de montrer du doigt une borne de bacta pour que le groupe de clones se soigne, celui-ci n'ayant pas toujours l'audace de le faire tout seul. Même chose lorsqu'un membre de l'escouade tombe dans l'inconscience au milieu d'un champ vide de danger : il faut s'en charger sans l'aide de personne ou l'exiger d'un clic.

Il n'y a pas réellement d'aspect stratégique ou tactique, simplement un level-design cohérent permettant d'anticiper l'avancée ennemie. Choisir la manière forte ou la discrétion avant d'entrer en action n'amène rien de plus ni de moins. On devra se battre, encore et encore, car tel est le destin d'un clone.

 

 

Qui se ressemble ne s'assemble pas toujours...

 

 

De très nombreuses troupes ennemies peuvent débarquer sur le champ de bataille sans faire ralentir la console, mais cela a un prix : la diversité. Très peu d'adversaires distincts s'opposent à Delta, un problème qui aurait pu être résolu par un bon nombre de skins et d'armes différentes, mais que nenni. Pardonnons-le pour les droïdes, mais les Trandoshans, une race extraterrestre organique connue dans la galaxie pour ses échanges d'esclaves, paraissent tous identiques à quelques rares exceptions près.

Le joueur ne pouvant ramasser qu'une arme ennemie parmi son arsenal de base se retrouve vite à cumuler les mêmes fusils, les rares étant soit inutiles, soit surpuissants (on y reviendra). Le même soucis incombe les opposants : soit ils n'occasionnent que très peu de dégâts et meurent en quelques coups de feu, soit ils sont trop long à terrasser et déciment Delta en une rafale de tirs.

 



Les droïdes transporteurs sont certainement les adversaires que l'escouade Delta ne souhaite pas recroiser...

 

L'intelligence artificielle n'arrange rien. Réagissant très peu, les ennemis, même en masse, fonçent sur le joueur ou restent plantés sans rien faire. Il est alors simple d'éliminer le plus gros en tirant avec le blaster sans même prendre la peine de viser ou, plus facile encore, en balançant à leurs pieds un détonateur.

Malgré tout, Star Wars : Republic Commando propose des cartes construites plutôt intelligemment, ne se ressemblant presque jamais et offrant quelques subtilités de temps à autres. Ce sont elles qui viennent sauver le côté plutôt générique des affrontements et du gameplay en général, certaines phases étant de simples prises de positions où il ne faut pas bouger et canarder l'ennemi qui, de toute façon, ne fera pas grand chose à part attendre ou courir tout droit.

L'ambiance qui se dégage du titre et la fidélité des lieux visités, des gadgets et de la cohérence scénaristique par rapport à l'œuvre originale en font ses plus gros atouts. Celui ou celle qui ne connaît pas Star Wars peut également être happé par cette aventure spatiale solo, même si quelques apparitions et autres clins d'œil ne parleront qu'aux fans de la licence.

 



Il est possible de refaire une mission du mode Campagne parmi les trois chapitres disponibles.

 

 

La guerre est déclarée

 

 

Outre un mode histoire qui se boucle en moins d'une dizaine d'heures, Star Wars : Republic Commando propose également des modes multijoueur. Malheureusement, aucun d'entre eux n'est vraiment intéressant ou original ; on dispose des classiques match à mort, match à mort en équipe, capture de drapeau et assaut (une variante de capture de drapeau). Il est possible de jouer jusqu'à quatre en écran scindé, mais les cartes étant relativement grandes, le jeu devient facilement ennuyant. Une partie à huit est largement recommandée pour s'amuser (pour rappel, les fonctionnalités online de la Xbox sont hors service — NDR).

Avec ça, le retour des armes inutiles et surpuissantes, ces dernières n'ayant aucune place en multijoueur tant elles tuent rapidement. Il n'est pas rare de faire un "one-shot" facile et nullement impressionnant.

 



Pas la peine de compter ses munitions, une balle de mitrailleuse lourde suffit à tuer un adversaire aguerri.

 

Il est également possible de personnaliser son guerrier, mais un dernier point vient gâcher le bonheur que peut parfois procurer le titre de LucasArts... Dans l'écran de customisation, il est proposé au joueur de faire pivoter son avatar afin de le personnaliser correctement, mais cette mécanique plutôt simple devient ici relativement agaçante : il faut se rendre sur "rotation", sélectionner la gauche ou la droite, puis valider la direction encore une fois, encore, encore, encore et encore... Jusqu'à avoir son personnage en armure dans l'angle souhaité. Même si ça ne semble rien, le manque de réaction dans ce menu devient vite assommant, surtout lorsque le jeu décide de ne pas sauvegarder ses paramètres.

Pour ce qui est du positif, le joueur peut choisir entre deux "catégories", Trooper ou Trandoshan, et possède un panel d'assortiments suffisant, plus large que celui d'un Halo 2 sorti l'année précédente.

 



Pivoter son personnage devient rapidement affreux lorsqu'on a envie de le customiser.

 

 

Jouabilité                14

Le jeu se prend rapidement en main. Aucune subtilité particulière, même sur l'aspect "tactique" du titre. Les armes ont des puissances trop variables entre elles, ce déséquilibre se répercutant principalement sur le multijoueur obsolète. La jouabilité est adaptée au pad.

Graphismes                14

Fidèle à la saga de Lucas, Star Wars : Republic Commando n'est toutefois pas le plus beau dans le milieu et propose plusieurs effets visuels corrects. Les idées pour immerger le joueur dans l'univers de Star Wars sont toutes bonnes (HUD...).

Bande Son                15

Très belles compositions musicales, bien que la plupart ne soient pas mémorables ou un peu trop discrètes. Heureusement, des musiques des films viennent de temps à autres nous emmener un peu plus loin dans l'ambiance Star Wars, avec en prime la symphonie des blasters et une très bonne VF. Mention spéciale à la musique du générique de fin qui tranche totalement avec ce que Star Wars nous propose habituellement — un choix artistique étrange.

Duréé de vie                13

Une campagne solo courte (environ sept heures de jeu) et un multijoueur sans grand intérêt. On peut facilement replonger dans le titre pour son ambiance.

Scénario               11

Une histoire simple, sans grande surprise avec quelques idées de mises en scène sympathiques. Un scénario qui n'est pas impérissable.



 

Les + :



L'immersion


L'ambiance bien retranscrite


La VF


Accessible



Les - :


Quelques bugs


L'I.A.


Le multijoueur


Des armes déséquilibrées



 

Conclusion

Un bon jeu qui n'a jamais eu l'ambition de révolutionner le genre malgré ses idées, mais qui perd malheureusement en charme avec quelques soucis qui sortent parfois le joueur de son immersion, principalement les bugs d'interaction et les pics de difficulté improbables. À défaut de ne pas être une expérience unique, Star Wars : Republic Commando demeure une bonne expérience "Star Wars".

Quant à celui qui n'est pas familier avec la licence, il ne lui sera certainement pas difficile de s'y plonger à moins que les défauts ne priment et n'influencent son jugement.

 

Note générale                14

 

Répondre

Revenir à « Chroniques Écrites »