Console Fun - Consulter le sujet - Back to the Future : 13 Décembre 2001 - Devil May Cry

Back to the Future : 13 Décembre 2001 - Devil May Cry

Tout ce qui se rapporte à l'actualité du jeux vidéo
Maître Ninja
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 1082
Inscription : 19 Août 2013, 16:51
Localisation : Bordeaux
Titre: Rédacteur

Back to the Future : 13 Décembre 2001 - Devil May Cry

Message par loveandpeace » 13 Décembre 2014, 13:02



 



Aujourd'hui nous allons nous intéresser à une licence qui eut jadis son heure de gloire. Revenons à l'année 2001, Capcom est en plein dans son âge d'or et est le roi du "Surival Horror". La licence Resident Evil compte déjà 4 volets, tous excellents sortis en à peine 5 ans ! Un exploit compte tenu de la profondeur de chaque opus !



Resident Evil : Code Veronica vient de sortir sur Dreamcast en 2000 puis sur PS2 au début d'année 2001 et se vend très bien, mais Capcom désire un vrai 4ème opus ! Le studio "Capcom Production Studio 4", créateur de Resident Evil et Dino Crisis est chargé de se mettre au travail et trouver une suite au 3ème épisode. Tout d'abord il faut savoir que ce studio réunit tous les maitres de l'horreur de la firme comme par exemple Shinji Mikami  Hideki Kamiya, ou encore Shu Takumi qui, disons-le, sont des pointures dans leur domaine. Très vite ils commencent à travailler sur une maquette, qui malheureusement sera refusée par la maison mère ! Mais au lieu d'abandonner leur projet, ils continuent de bucher dessus et le rebaptisent pour lui trouver un nouveau nom : Devil May Cry ! Voilà comment une des meilleures licences des années 2000 est née !





Il est important de noter qu’à la base le studio en charge du jeu venait de signer un contrat d'exclusivité avec Nintendo pour le prochain Resident Evil. Mais Devil May Cry étant une licence complètement différente, c'est sur PS2 qu'elle échoue ! DMC devient presque par hasard une exclusivité du catalogue déjà fourni de la Playstation 2. Par la suite la licence s'exportera sur PC, puis sur Xbox360.



Mais revenons au premier opus. Devil May Cry possède un univers très travaillé s'inspirant à la fois de la Divine Comédie, (poème italien épique et allégorique datant de 1307) et aussi de plusieurs mythologies différentes.



"Dante est un chasseur de démons qui gère sa petite entreprise, le Devil May Cry. Il se définit comme un détective privé qui ne s'occupe que d'affaires très spéciales, mais il est plutôt vu par ses pairs comme un homme à tout faire qui accepte n'importe quel sale boulot. Il est le fils du légendaire chevalier sombre Sparda, un démon qui a sauvé l'humanité il y a deux millénaires de cela en se retournant contre les siens.



Une jeune femme nommée Trish contacte Dante pour lui demander son aide afin de détruire le monde inférieur, l'Underworld. Par la même occasion, ceci permettrait de sauver une nouvelle fois l'humanité, car un grand danger court : Mundus, l'empereur du mal autrefois vaincu et emprisonné par Sparda, s'est libéré et est parvenu à créer une brèche entre le monde inférieur et celui des humains sur l'île Mallet..."





Capcom garde évidemment la vue à la troisième personne et les caméras fixes qu'il maitrise si bien. Notre héros dispose au début du jeu d'une énorme épée nommée Force Edge, de deux pistolets nommés Ebony & Ivory ; par la suite il acquiert une épée de foudre, Alastor, puis des gantelets de flammes, Ifrit, et finalement l'épée qui porte le nom de son père, Sparda, qui se trouve être la version transformée de Force Edge. Certaines armes acquièrent par la suite d'autres pouvoirs encore plus puissants.





Son gameplay ainsi que sa difficulté élevée fera rentrer le jeu dans le cœur des joueurs. Pour collecter le plus possible d'orbes, il faut allier style et réflexes. En effet, les pistolets servent d'avantage à maintenir les ennemis sous votre joug plus qu'à les tuer. Plus les combos s'enchainent plus vous gagnerez de sphères, qui vous permettront d'acheter de nouvelles techniques plus dévastatrice.





Tous les possesseurs de PS2 furent marqués par ce jeu, car il était non seulement agréable à jouer mais aussi à regarder. Au-delà de finir le jeu entièrement le but est aussi de réaliser les plus beaux enchainements possibles. Les musiques et l'ambiance générale du soft font de Devil May Cry un jeu à part. Dante reste et restera un personnage emblématique de l'ère PS2.

David Giordano dit Loveandpeace. Rédacteur, newseur et testeur pour ConsoleFun.fr
Le jeu vidéo est-il un art ?
Si vous posez la question c'est que vous n'avez pas assez joué aux jeux vidéo !

Ninja d'élite
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 555
Inscription : 05 Mai 2011, 15:06

Re: Back to the Future : 13 Décembre 2001 - Devil May Cry

Message par itokiry » 14 Décembre 2014, 13:40

J'suis pas d'accord sur l'utilité des guns, ils sont redoutables si bien placés dans les combos :P

Retour vers News de jeux vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invité(s)