[Exclusivité] Interview de Bruno Pennes fondateur de Magazin

Tout ce qui se rapporte à l'actualité du jeux vidéo
Avatar de l’utilisateur
loveandpeace
Maître Ninja
Messages : 1180
Inscription : 19 août 2013, 16:51
Titre : Rédacteur
Localisation : Bordeaux

[Exclusivité] Interview de Bruno Pennes fondateur de Magazin

Message par loveandpeace » 04 novembre 2014, 20:29

À l’occasion de la sortie du 13eme numéro de "JV-LeMag Sortons le grand jeu" qui marque sa première année d’existence, nous avons eu la chance de pouvoir interviewer Bruno Pennes, fondateur et rédacteur en chef du magazine :





Loveandpeace : Tout d’abord, bon anniversaire à votre magazine et félicitations pour son succès ! Commençons par le commencement, pourquoi avoir lancé un magazine papier à l’âge d’or du web et du tout numérique ?



Bruno Pennes : Pour restituer le contexte de l’époque, il faut savoir que j’ai travaillé sur différents magazines comme Joystick et PC Jeux, avec plusieurs camarades. Et malheureusement, le groupe média en charge de ces derniers a décidé d’en stopper l’édition. Nous nous sommes retrouvés confrontés à un choix : soit nous décidions de chercher un autre emploi, soit nous créions notre propre magazine.



Et donc, vous avez fait le deuxième choix ?



Je ne sais pas si tu as déjà vécu de tels moments, lors d'une soirée entre potes, de boire un peu, de discuter et de refaire le monde ? Eh bien, c’est exactement ce qui s’est passé pour nous, nous avons commencé à débattre de ce qui serait pour nous le magazine papier idéal. On s’est dit sur le moment que nous n’avions plus grand-chose à perdre et que c’était maintenant ou jamais !



Comment avez-vous franchi le pas de l’idée à la pratique ?



Pendant plusieurs mois nous avons rendu visite à des rédactions pour apprendre à créer, gérer une entreprise et la faire vivre sur le long terme. Par le biais de toutes ces anciennes connaissances, nous sommes rentrés en contact avec plusieurs groupes de médias. On leur a proposé notre projet, certains voulaient le faire à leur sauce mais nous cherchions quelque chose de différent. Nous avons donné un ultimatum à l’un de ces groupes, qui avait jusqu’à la Gamescom 2013 (salon de jeu vidéo allemand) pour nous répondre. La Gamescom 2013 est arrivée et nous n’avions toujours pas de réponse de leur part. À ce stade-là, nous ne pouvions abandonner…Nous sommes donc partis pour l’Allemagne, et nous avons alors décidé d’aller voir tous les attachés de presse en leur disant que nous lancions un nouveau magazine ! Mais nous n’avions rien, pas de maquette, pas de société, et pas même une imprimante !!



Comment avez-vous fait alors ?



Comme nous l’avions dit à tout le monde, derrière nous étions obligé de le faire ! On s’est réunis, on a arrêté une date, le 30 Octobre. C’était le moment idéal puisque la nouvelle génération de consoles arrivait. Nous n’avions pas encore de nom de magazine, pas de locaux, ou de fond juridique, nous n’avions rien…nous avions trois semaines pour tout faire ! Nous avons trouvé un local, chaque personne a dû ramener son propre PC de chez lui, et nous avons travaillé tous les jours jusqu’à 4h du matin ! Nous n’avions pas internet…nous empruntions le WI-FI du voisin pour télécharger les dossiers de presse. Ensuite il nous restait à trouver un imprimeur, une régie publicitaire et tout ça dans les temps….



Où avez-vous trouvé l’argent pour mettre tout cela en place aussi rapidement ?



Nous avons injecté 20.000 euros de nos poches pour pouvoir imprimer les 60.000 exemplaires du premier numéro. Nous nous sommes retrouvés sans aucun fond pour commencer le N°2, contraint à ce que le 1er numéro marche, sous peine de déjà fermer boutique ! Par chance il s’est vendu, ce qui nous a permis de gagner autant d’argent que nous en avions investi.



Comment avez-vous choisi ce que vous alliez mettre dans ce premier numéro ?



Pour la première réunion, nous avons fait une grande pile de pleins de magazines de différents horizons. On a ensuite arraché les pages quand il y avait des rubriques qui nous plaisaient. Au final les magazines de jeux vidéo sont restés quasiment intacts, mais nous avons pioché ailleurs, comme la mode, le sport ou le cinéma. Et on s’est aussi demandé ce qu’on aurait aimé mettre à l’époque dans nos anciens magazines, et ce qu’on aimerait lire dans la presse actuellement.



Au-delà de votre envie et votre motivation, y a-t-il des choses qui vous ont convaincus de lancer ce magazine ?



Il faut dire que je ne me retrouve pas vraiment dans ce que la presse spécialisée propose en kiosque. Et on voulait aussi avant tout aborder le jeu vidéo avec une approche différente. On voulait traiter d’autres sujets de ce que l’on trouve déjà, autre chose que les tests ou l’actualité. On voulait amener les gens à réfléchir ou s’intéresser à des choses plus profondes autour de la sphère vidéoludique. On s’est dit que si nous avions envie de voir la presse spécialisée avec ce regard, peut être que d’autres personnes le voulaient aussi.



En matière de ventes et d’abonnements, où en est le magazine ? Se porte-t-il bien ?



Au niveau des ventes nous sommes stables, les abonnements augmentent du même nombre d’abonnés tous les mois, sans que les ventes en kiosque ne baissent. Certains numéros partent mieux que d’autres, comme le hors-séries « Mario et Sonic » qui a très bien marché. Mais ce n’est pas tous les jours évident, car nous sommes une des rares rédactions à ne pas fonctionner avec des pigistes (La définition de pigiste). Nous sommes sept salariés fixes, donc nous avons aussi des charges à payer. Mais beaucoup de gens qui s’étaient abonnés pour 1 an se réabonnent, cela veut dire que nous faisons quelque chose qui leur plaît. Et ça donne de l’assurance pour continuer.



Par rapport à ça, comment choisissez-vous les futures couvertures et les sujets traités pour les prochains numéros ?



Après chaque bouclage de numéro, on prend chacun un ou deux jours pour se reposer, et décompresser, puis on fait un débriefing sur ce dernier pour analyser ce qui était bon, ce qui ne l’était pas, et ce qui pourrait être amélioré. Ensuite on discute des sujets qui seraient intéressants à traiter. On évite de parler des gros jeux à venir car les autres le font déjà et cela ne nous attire pas. Quand un sujet nous plaît, on en discute, on essaye d’avoir une approche différente des concurrents ou tout simplement d’aborder des sujets rarement vus dans la presse, comme « le sexe et les jeux vidéo ». Puis on débat, car il faut parler de sujets comme celui-ci de façon décalé mais tout en restant sérieux. Parfois certains sujets ont été recalés car ils ne nous convenaient pas, ou étaient trop petits pour en faire un dossier, une couverture ou tout simplement parce qu’un concurrent l’avait déjà traité.





Y’a-t-il des sujets que vous avez recalés car vous n’osiez pas en parler dans le magazine ?



Honnêtement, non, je n’en ai pas le souvenir. Il y a des sujets trop complexes pour le public qu’on s’est refusé de mettre, car le travail d’un journaliste c’est aussi d’être compris par le plus grand nombre. On parle déjà de sujets que certains magazines ou sites n’osent pas traiter comme « le sexe dans les jeux vidéo », « les jeux vidéo rendent-ils cons ? », « L’addiction aux jeux vidéo », « Les vertus de Minecraft ». Je pense déjà que parler de tout ça relève d’un pari, car on ne sait pas si les gens nous suivront. Ils vont peut-être nous dire un jour que nous allons trop loin ou que cela ne les intéressent pas.



Dans le numéro 12, vous avez clairement montré qu’Alien Isolation est un coup de cœur de la rédaction puisque le jeu est en couverture, qu’est qui vous a tant plu dans ce titre ?



Ce qui nous a plu dans ce jeu, c’est d’abord que c’est une nouvelle licence, et mine de rien le jeu arrive dans la pire période possible, entre les grosses sorties de septembre (Destiny, Fifa15 etc…) et la fin d’année avec une tonne de hits qui va débarquer dans les bacs. Le titre a certes pleins de défauts, mais il est tellement courageux dans ses prises de positions qu’on se voulait de le faire. Il faut rappeler que le jeu n’a pas de multijoueurs, l’histoire solo est longue, les sauvegardes manuelles sont un véritable parti pris pour que le jeu soit « Old School », et sans compter qu’il est basé sur un film des années 70 ! On aurait pu faire une couverture Assassin’s Creed Unity ou Call of Duty AW, mais notre boulot en tant que journaliste, c’est aussi de mettre en avant les jeux qui le méritent et qui en ont besoin. Par exemple un jeu comme « Super Meat Boy » a percé parce que la presse en a parlé. C’est à ça que sert la presse spécialisée, éviter de ne voir apparaître dans le futur que des simples suites de licences déjà connues de tous.



Et dans le futur proche y a-t-il des jeux qui vous ont marqué et qui méritent selon vous de faire la couverture ?



The Witcher 3, car c’est un gros blockbuster, mais avec du fond, ce n’est pas le genre de jeu que tu vas pouvoir finir en 3h. Il mériterait probablement d’être en couverture mais nos concurrents vont sûrement le faire alors il y a peu de chance pour que nous, nous le fassions. Pour moi le futur ça reste les casques de réalité virtuelle car c’est vraiment une nouvelle façon de jouer, mais nous avons déjà fait une couverture avec l’Oculus Rift juste avant qu’il soit racheté par Facebook. Le prochain Uncharted va être chouette, ils n’ont rien montré mais c’est un des jeux que j’attends le plus. Bizarrement, je pense que les gros hits de cette génération n’ont pas encore été créés. Le nouveau Zelda pourrait nous intéresser, la Wii U est une console mal aimée pour le moment et nous on aime bien être outsiders.



D’ailleurs, pour ce qui est de Nintendo, sa politique de jeux familiaux, le fait qu’ils se reposent toujours sur les mêmes licences, quel est votre sentiment sur leur façon d’aller à contrecourant par rapport à la PS4 et la Xbox One ?



Nintendo savait que s'ils allaient à la concurrence technologique ils n’avaient aucune chance, ils n’ont pas les moyens de développer les mêmes hardwares que Sony ou Microsoft. Paradoxalement, la console à laquelle je joue le plus c’est la Wii U ! Avec Nintendo et leurs licences il y a un côté Madeleine de Proust, c’est comme les gâteaux de ta maman, c’est un peu toujours la même chose mais tu es à chaque fois content d’en manger. Avec Zelda, en quinze secondes ils ont remporté le dernier E3. Avec juste Link dans une plaine… Quand Nintendo sort un jeu ce n’est jamais hyper innovant mais ce n’est jamais raté non plus. S’il n’y avait pas Nintendo le monde du jeu vidéo serait triste. C'est le seul constructeur qui fait des jeux avec lesquels tu peux jouer avec ton fils, ton frère, avec ta mère ou ton grand père ! Super Smash Bros est un exemple parfait. Tu mets 10 personnes devant, même si les gens ne comprennent pas toujours les règles avec les pourcentages etc… tout le monde va se marrer et participer ! Par contre si je mets tout le monde sur un Gears of Wars, la moitié va s’ennuyer !



Alors, selon vous qui va gagner la guerre des consoles pour Noël ?



J’ai l’impression que Sony a déjà gagné ! Microsoft fait une erreur, c’est de ne pas baisser le prix de la console sur notre territoire. Aux Etats-Unis, elle est passée à 349.99 dollars mais en France ça n’a pas bougé. Sony va gagner car la console à une meilleure image, tout simplement. Les gens ont toujours cette fausse idée que la Playstation c’est cool et que la Xbox c’est un truc de Nerd.



Vous ne pensez pas que Microsoft paye son image de géant américain ?



Ça a un côté chiant Microsoft ! La Xbox One ressemble à un magnétoscope. ! Sony ils font des produits design etc… Microsoft a un gros déficit d’image qui est probablement injustifié.



Et vous ne pensez pas que la Wii U puisse se vendre beaucoup avec son Super Smash Bros Wii U et rattraper la concurrence ?



Nintendo c’est un peu comme notre magazine, tu l’achètes en complément d’autre chose. Leur console peut se vendre en plus d’une PS4.



Pour finir, un petit mot pour vos lecteurs et vos abonnés ?



Nos abonnés ont beaucoup de patience, au début ils ont un peu essuyé les plâtres. Ils ont malheureusement parfois reçu les magazines en retard, on s’en excuse. Mais il ne faut pas oublier que c’est grâce à eux qu’un magazine de presse survit. Donc ils sont extrêmement importants à nos yeux, c’est pour ça qu’on essaye de leur proposer des choses spéciales, des concours etc… Nous on est super content de voir qu’un mec ou une fille se réabonne pour deux ans alors que son abonnement va déjà jusqu’à fin 2015 ! Ce sont eux, les meilleurs !
David Giordano dit Loveandpeace. Rédacteur, newseur et testeur pour ConsoleFun.fr
Le jeu vidéo est-il un art ?
Si vous posez la question c'est que vous n'avez pas assez joué aux jeux vidéo !

Répondre

Revenir à « News de jeux vidéo »