0

Solatorobo : Red the hunter

Blog
icone auteur news

Rédigé par

icone auteur news

Le

La Nintendo 3DS est maintenant bien installé en France, on  pouvait penser qu’on ne verrait plus de jeu qui vaut le détour sortir sur, sa grande sœur, la Nintendo DS. Néanmoins il ne faut pas enterrer trop vite la portable de Nintendo. Après la sortie de la 3DS des jeux sont toujours de sortie sur la Nintendo DS et c’est le cas de Solatorobo, vaut-il le détour ? C’est ce que l’on va voir dans ce test.

 

Vous rêvez de vivre sur des îles volantes peuplées de chiens et de chats anthropomorphes, essayez Solatorobo

 

Le monde dans lequel le joueur évolue dans Solatorobo risque de vous surprendre. Ici vous contrôlerez un chien humanoïde qui répond au nom de Red et qui est chasseur de primes. Vous allez donc parcourir le monde de Shepherd composé de plusieurs îles volantes au dessus d’une mer de nuages. Pour résumer un peu l’histoire sans spoiler, on peut vous dire que lors d’une mission banale que l’on a confiée à votre chasseur de prime vous allez rencontrer Elh, un chat anthropomorphe, qui possède un médaillon. Or ce bijou possède des propriétés qui pourraient permettre à son possesseur de plonger le monde dans le chaos. Et justement vous allez devoir échapper et souvent affronter une organisation surpuissante, le Kurvaz, mené par Bruno qui veut récuperer le médaillon pour réveiller le Lares, un être capable de détruire le monde.

 

On se trouve donc face à un scénario classique mais qui sera tout de même intéressant à suivre pour le joueur. L’une des forces de ce Solatorobo sont les personnages et leurs relations. Chaque personnage qu’il soit principal ou secondaire (pas les pnj ici ou là) possède une personnalité propre, certains sont très drôles, d’autres très classes… La relation qu’entretien Red avec les autres personnages tel que Elh ou encore Chocolat permet au joueur d’apprécier encore plus le scénario. Malheureusement certains joueurs risque de le trouver un peu trop enfantin et surtout beaucoup trop bavard. Il arrive parfois au joueur d’enchaîner des phases de dialogues et des cinématiques pendant cinq bonnes minutes et ça plusieurs fois durant l’aventure.

 

Enfin on peut aussi parler d’une particularité qui offre au jeu une vraie valeur ajoutée. Ici on risque un peu de spoiler mais après avoir parcouru la première aventure dans laquelle on affronte le kurvaz pour défendre le médaillon, le jeu ne se termine pas et une nouvelle aventure se propose au joueur. En effet, intitulé deuxième partie, le joueur va pouvoir reprendre le contrôle de Red pour sauver une nouvelle fois le monde face à des adversaires encore plus puissant dans un scénario cette fois un peu plus adulte. On peut craindre dans ce cas que les deux histoires soient plutôt courtes mais il n’en est rien. Il faut compter à peu près 8 heures pour finir une partie donc la durée de vie tourne aux alentours d’une bonne quinzaine d’heures en ligne droite.

 

Un gameplay au poil… de chat ?

 

Red Savarin est donc un chasseur de prime et donc pour réussir ses nombreuses missions il doit posséder un mécha bien-sûr. Un mécha est une sorte de robot capable de porter des objets lourds, sauter, sprinter… Le dahak, le mécha piloté par Red, va donc lui être très utile et notamment pour les combats qui ont une place très importante dans le jeu. Pour combattre rien de plus simple, à l’aide de la touche A, qu’il va falloir tapoter plusieurs fois pour soulever puis jeter son adversaire. Bien sûr il est possible d’effectuer des enchaînements et des prises spéciales déblocables au fil de l’aventure. Lors de certains combats contre des vaisseaux ou des boss par exemple le dahak va nous permettre de renvoyer des projectiles. Le bouton A va aussi nous servir à déplacer des objets pour déclencher des interrupteurs ou « construire » un escalier. Cependant on ne peut s’empêcher de penser que ce gameplay est minimaliste. En effet on utilise seulement deux boutons en plus de la croix directionnelle, les autres boutons ou gâchettes et surtout le tactile ne sont pas utilisés… Dommage.

 

Heureusement le jeu ne se limite pas au combat et à des petites phases de plateformes avec des interrupteurs. La richesse de ce solatorobo est la diversité des missions que l’on va effectuées. Il y aura bien sûr des missions de sauvetages, l’exploration d’une mine avec forage et balade en chariot en prime, résolution d’une enquête, partie de cache-cache, quizz, escorte de vaisseau… Et il ne faut pas oublier les fameuses courses de GP-aérobot qui rappelleront à certain le célèbre Mario Kart. Véritable jeu de course dans le jeu, il sera possible de débloquer des véhicules et des courses afin de vous affronter dans des courses effrénées à coup d’items divers. En plus ce mode est jouable en multi jusqu’à 4 joueurs. Il y a plein d’autres petits à-côtés qui permettent de rallonger la durée de vie considérablement. On pense premièrement aux quêtes annexes, qui sont parfaitement travaillés et qui bénéficie toute d’une scénarisation exemplaire. A cela s’ajoute la recherche des sons et des photos volées par les membres du gang des chats noirs, la pêche de poissons colossales ou encore les tournois de combats de mécha sur le navire de duel. Enfin on note aussi la présence de quelques notions de rpg avec la présence d’expérience qui permet au fil des niveaux d’augmenter la barre de vie, mais aussi dans la personnalisation du mécha ou il est possible d’acheter des pièces pour augmenter son attaque, sa défense ou encore sa vitesse.

 

Une réalisation qui a du chien !

 

Après le scénario, le gameplay et la durée de vie, il ne nous reste plus qu’à aborder la réalisation. Commençons donc par les graphismes, le jeu mélange les éléments en 3D et en 2D. Les décors sont en 2D ainsi que les phases de dialogues mais de nombreux éléments du décor, les personnages et les objets avec lesquels on peut interagir bénéficient d’une modélisation 3D de bonne facture pour de la Nintendo DS. Malgré tout on ne pourra s’empêcher de remarquer quelques pixels et autres polygones pas très agréables pour nos yeux. Mais c’est surtout la patte graphique, le style de ces graphismes qui fait le charme de ce Solatorobo. En effet les personnages légèrement Kawaï, un peu enfantin rappelant énormément ceux de Tail’s concerto et de certains manga ainsi que des décors très colorés, riches et extrêmement variés resteront longtemps dans la mémoire des joueurs. On peut parler d’un régal pour les yeux malgré les quelques lacunes techniques.

 

Il en va de même pour la partie bande sonore. Au niveau technique rien d’extraordinaire, des bruitages dignes de la nintendo DS c'est-à-dire pas vraiment fameux mais on a connu bien pire sur la console. Heureusement les musiques toujours en adéquation avec l’action rendent l’aventure agréable même si quelques musiques viennent à se répéter assez fréquemment. Le réel plus de cette bande son vient des bruitages, pas ceux du Dahak ou des interactions mais du doublage qui n’en est pas vraiment un. Red ne parle pas pendant cette aventure mais il lui arrive de lancer parfois des « nom d’un chien », « salut » ou encore « sapristi ». Ce qu’il faut savoir c’est que ces paroles sont les mêmes dans toutes les versions du jeu que ce soit anglaise, espagnole, japonaise… Car il faut savoir que la langue parlé à Shepherd est celle de Molière. Ces paroles doublées par des japonais vous feront sourire pour finalement vous plaire à tel point que vous vous surprendrez à dire « sapristi » avec l’accent japonais tout en jouant à solatorobo.  

 

 

VERDICT FINAL

 

GAMEPLAY : Le gameplay de solatorobo se veut accessible, il ne faut guère plus de 5 minutes pour le maitrîser parfaitement. Certains joueurs le jugeront trop basique et on peut lui reprocher la non-utilisation de l’écran tactile. Cependant malgré ça, on ne s’ennuie jamais grâce à la grande variété des quêtes. 15/20

 

DUREE DE VIE : Niveau durée de vie, ce titre est l’un des meilleurs sur console portable. Quelle bonne idée de proposer 2 aventures d’une huitaine d’heures, le joueur a l’impression d’avoir deux en un. En plus de cela la rejouabilité est excellente avec les quêtes annexes, le multijoueur et la collecte d’objets divers. 17/20

 

GRAPHISMES : Même si techniquement solotarobo ne propose rien d’extraordinaire et souffre de très légères et rares lacunes, on ne peut être que contemplatif devant la richesse de cet univers. Les nombreuses îles sont toutes colorées et uniques, les personnages bénéficient d’un character design excellent et les cinématiques sont une réussite. 16/20

 

BANDE SON : Avec des musiques agréables mais pas inoubliables et des bruitages moyens on pouvait craindre à une bande son limite comme c’est souvent le cas sur la portable de Nintendo. Heureusement Solatorobo bénéficie de ce petit plus qui ravira tous les joueurs et principalement les français. Le « doublage » des quelques expressions françaises réalisés par des japonais est un régal. 14/20

 

SCENARIO : Dans solatorobo on peut parler de deux scénarios car deux aventures différentes. Si le premier se veut très enfantin, le deuxième devient un peu plus complexe et orienté vers un public un peu plus âgé même s’il conviendra toujours mieux à des enfants. Cela est d’autant plus vrai quand on pense aux personnages et à leurs relations entre eux. Néanmoins le tout reste une agréable histoire à suivre pour tout joueur un peu ouvert d’esprit. 16/20

 

NOTE GLOBALE : Solatoro est une bonne raison de ressortir votre vieille Nintendo DS. En effet même s’il risque de plaire à un public un peu jeune, Solatorobo est un jeu avec un univers attachant, un gameplay plaisant, une réalisation correcte et une très bonne durée de vie. Si vous voulez non une mais deux aventures fort sympathiques sans prises de tête on ne peut que vous conseillez de rejoindre Red et ses amis. 16/20

 

Les plus

Une excellente durée de vie

Un scénario intéressant

Accessible à tous

Les moins

Très bavard

Manque de difficulté

Un gameplay pas étoffé

 

Galerie d'images

Note des Membres :- / 10


Commentaires

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.

L'article a reçu 0 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

photo_profil

Blogueur : antokaz