Dead or Alive : Série Perverse ? L'avis d'un fan

icone auteur news

Rédigé par Greed Lavare - le 11/12/2018

Dead or Alive est une série de jeux vidéo créée par le studio Tecmo et sa principale équipe de développement : la Team Ninja, qui, dès le premier opus, a fait parler d'elle pour la plastique généreuse de ses combattantes... Plus les années ont filé, et plus la série s'est attirée les foudres du public qui s'est mis à catégoriser ses joueurs dans la niche "pervers". Pourquoi cette critique maintenant populaire envers Dead or Alive ? Est-elle fondée ? Aujourd'hui, je vous propose mon avis sur la situation... L'avis d'un fan qui risque de faire débat.

 

Attention, avant d'aller plus loin dans l'article, sachez simplement que quelques images peuvent choquer les âmes les plus "sages" et les plus sensibles.
De plus, je risque de spoiler l'histoire de
Dead or Alive ; complexe ou non, ça demeure un spoil.

Bonne lecture !

 

 

 

Mon profil de joueur DOA

 

 

Je ne vais pas étaler ma vie en quelques lignes mais évoquer brièvement mon expérience avec Dead or Alive.

J'ai connu la série via trois magazines datant de 2006 qui illustraient certaines de leurs pages par des images de DOA4. Le jeu ne m'intéressait pas vraiment et une chose, bien sûr, m'éloigna d'avantage de cette envie de me procurer DOA4 : un petit article concernant les serveurs online. Pourquoi cet article ? Tout d'abord, il ne faisait pas l'éloge de ce service en ligne et de plus, combien de fois y ai-je pu lire des blague vaseuses sur les "bonnets" et le "silicone" à ajouter pour satisfaire les joueurs dotés du Xbox Live ?

Une bien étrange rencontre en effet, d'autant plus que ses graphismes m'impressionnaient ! Le look de La Mariposa avait quelque chose de bien classe pour moi, une certaine harmonie vestimentaire et des rondeurs douces. Rien de pervers ici, son design m'avait simplement charmé. Et c'est bien des années plus tard, en relisant ces magazines et en voyant moult articles au sujet des nombreux costumes DLC de Dead or Alive 5 Ultimate, que j'ai téléchargé la démo de DOA4 sur le Xbox Live Store de ma Xbox 360, par curiosité.

 

Le rendu très "rond" de La Mariposa dans Dead or Alive 4. Il n'y a pas à dire, la Team Ninja assure pour attirer le regard avec des personnages charismatiques et des graphismes surprenants.

 

Coup de foudre pour son excellent jeu de rythme in-game, je me suis rapidement procuré Dead or Alive 5 Ultimate qui s'est métamorphosé en joli Last Round une semaine plus tard sur 360 via une mise à jour. Coup de foudre à nouveau pour les personnages, j'ai souhaité me procurer les anciens opus afin de mieux connaître leur histoire... Bref, le fanboy est vite né en touchant à la série de Tecmo qui, pourtant je le rappelle, ne m'attirait grandement lors du premier regard et que l'avis de journalistes professionnels, mais au-delà de ça bien immatures (désolé), m'a fortement repoussé. Comme quoi, une bonne relation se fait sur le long terme, la foudre peut toujours vous tomber dessus, et l'avis des autres ne devraient pas dicter vos goûts, surtout lorsque celui-ci n'est lui-même dicté que par de bas instincts.

Mais c'est en même temps ce qui va nous intéresser aujourd'hui : les critiques.

 

Page 84 du numéro 5 de Mars 2005 du "XBOX 360 LE MAGAZINE OFFICIEL",
article sur le Live de Dead or Alive 4 que je vous invite donc à lire.
Mini-jeu : comptez le nombre d'allusions, de métaphores et de comparaisons sur : la poitrine.

 

 

Génèse

 

 

Dead or Alive est donc une série de jeux de combat ayant débuté exclusivement au Japon en 1996 sur arcade et Saturn avec Dead or Alive, puis plus tard (1998) dans le monde entier sur PlayStation suite à un fort succès. Succès né de la combinaison "beaux graphismes" et "originalité défouloire et technique". Cette originalité se situe dans le gameplay : la mécanique de contre. Dead or Alive base son sytème d'affrontement sur celui du Jan-Ken-Pon, pierre-feuille-ciseaux ; on utilise la parade face aux coups, les coups face aux prises, les prises face à la parade. La parade assimile un élément important et dynamique aussi bien en terme de jeu que visuel puisqu'en appuyant au bon moment sur la touche de défense lors d'une attaque adverse, le combattant effectue une contre-attaque spectaculaire (un contre).

Dead or Alive premier du nom reçoit donc de très bonnes critiques et devient une référence du genre, cité comme étant l'un des meilleurs jeux de combat. L'introduction cinématique, quant à elle, alors qu'elle dévoile le corps nu du personnage central de la saga, Kasumi, ne heurte pas le grand public.

Une suite surgit alors : Dead or Alive 2, l'épisode certainement le plus apprécié par les fans et qui a accumulé le plus de versions dans l'histoire de la série ; Dead or Alive Ultimate, l'ultime version de DOA2 comme l'indique son titre, est sorti sur Xbox en 2004, soit environ 5 ans après la sortie de l'opus original sur arcade ! Sa réputation n'est plus à faire.

 

Le magnifique Dead or Alive 2 Ultimate sur Xbox qui a fait le sujet de mon premier [RETRO-TEST] sur ConsoleFun.

 

Ses versions lui ont permis de s'améliorer un peu plus à chaque fois, et Dead or Alive 3 a vu logiquement le jour en 2001 sous les attentes des joueurs et de la presse spécialisée. DOA3 est le deuxième épisode le plus aimé de la saga. Pour de bonnes raisons toujours dont les magnifiques graphismes, résultats du dur labeur de la Team Ninja dont le credo bien généreux est : "Toujours proposer la meilleure technologie à nos joueurs". Un travail particulier aux cinématiques en CGI a ici été apporté. Comme dans l'introduction du premier épisode, on peut y voir un corps féminin dénudé : celui de Christie, le nouveau personnage né de ce DOA qui se voulait plus sombre que d'habitude. Aucune petite tête blonde traumatisée encore une fois, mais alors pourquoi je vous en parle ? Attendez la suite car elle devient intéressante.

 

Impossibilité de prendre un screen de DOA3, et trouver des images du jeu en bonne qualité sur le net est bien difficile...
Pas de Christie sous la douche donc, mais un beau concept art qui dévoile où l'équipe voulait en venir avec ce personnage.

 

 

Eve et le serpent

 

 

Nous sommes en 2003, DOA4 n'est pas pour maintenant, mais la Team Ninja souhaite exposer leur savoir-faire en terme de technologie. Tecmo propose alors un nouveau Dead or Alive, un spin-off à la saga qui fait directement suite aux événements de DOA3. Zack devient extrêmement riche en jouant tout son argent au casino de Las Vegas, et sa fortune étant faite, il décide de se procurer une île qu'il nomme Zack Island (ce n'est pas égocentrique du tout). Luxueuse et tranquille, l'île servira de lieu de détente aux jeunes demoiselles qu'il a pu rencontrer lors des précédents tournois mondiaux d'arts martiaux en les invitant à se reposer sur sa nouvelle terre.

Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball est posé sur les étagères des commerçants et devinez quoi... Cette simulation de bronzette et de sports de plage, cette île paradisiaque envahie de filles en bikinis a... Fonctionné ! Et il a également reçu de bonnes critiques par les journalistes (73% sur Metacritique). Certains ont même annoncé une technologie avancée : de beaux modèles avec de superbes animations, dont celles des poitrines qui sont certainement, à l'époque, les meilleures ayant jamais existées. Comme quoi, avec quelques bonnes mécaniques de jeu, une réelle impression de détente, et du contenu (328 maillots de bain à collectionner), un jeu vidéo qui dévoile le corps de jeunes femmes peut être apprécié, et ce par une majorité. Pourquoi ? Car le jeu ne prend pas ses acquéreurs pour de simples pigeons imbéciles qui succombent aux charmes du fan-service... Et de ses dames.

Malgré tout, et il ne faut pas se leurrer, le jeu a eu quelques blâmes : cet Xtreme serait extrêment rabaissant pour l'image de la femme (et on y reviendra). Pour l'anecdote, le magazine Electronic Gaming Monthly a même fait un joli poisson d'avril en donnant un faux code à ses lecteurs qui déshabillerait entièrement les vacancières. En réalité, Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball contient une seule scène de nudité qui se trouve encore une fois dans la cinématique d'introduction avec... Christie, bien sûr, souhaitant faire une bonne baignade.

 

Cette courte scène a suffi pour que le jeu soit le premier de la série à être noté par un ravissant Pegi 16.

 

Dead or Alive 4 sort fin 2005 exclusivement sur Xbox 360, la nouvelle machine de Microsoft, et se présente comme étant le seul jeu de combat de son catalogue. DOA4 reprend tout de Dead or Alive Ultimate, paru alors l'année précédente, en accentuant le fan-service né du premier spin-off de la série. On retrouve de jolis graphismes, des contrôles revus et plus précis à éxécuter, des cinématiques en CGI à couper le souffle et parsemées de scènes... Improbables, des revenantes de Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball, comme Kasumi en sirène, Christie en strip-teaseuse (c'est toujours une assassine, je vous rassure), ou Lei Fang se faisant tripoter par un pervers japonais stéréotypé. Dead or Alive 4 étant censé être la conclusion de la saga avec la destruction des laboratoires de la DOATEC, on aurait pu croire à une happy end enfermée dans le fan-service pour satisfaire tout le monde. Et c'est ce qu'ont cru beaucoup de joueurs jusqu'en 2012.

 

Certaines fins de DOA4 peuvent simplement être déconcertantes...

 

 

"Le monde est sain et sauf"... Tu te mets le DOA dans l'oeil !

 

 

Après le quatrième opus canonique sort Dead or Alive Xtreme 2, une suite au premier spin-off se déroulant, à son tour, après les événements de DOA4. Xtreme Beach Volleyball ayant fonctionné et la saga DOA terminée, un nouvel Xtreme est légitime pour préserver la série et la faire renaître. La Team Ninja se surpasse en ajoutant quelques mini-jeux et en vantant la physique indépendante des poitrines rebondissantes de Kasumi et compagnie. Et vous savez quoi ? C'est le bide pour Dead or Alive Xtreme 2. Et cette fois-ci, on entre dans le cœur du sujet après un long historique nécessaire.

Contrairement à son prédécesseur, Dead or Alive Xtreme 2 reçoit en premier lieu comme critique qu'il n'est pas amusant à jouer. Le multijoueur disparaît alors que les nouvelles activités, comme les courses en motomarine, s'y prêtent grandement. Quelques confrères journalistes pensent même que certaines activités appellent seulement à la chance. D'autres, comme IGN, ont même critiqué cette physique indépendante des seins qui fait tout simplement n'importe quoi en se permettant même de freezer. DOAX2 propose également une phase d'observation inédite à débloquer en décrochant le Jackpot sur les machines à sous du casino de la Nouvelle Zack Island : des scènes de pole dancing qui peuvent en déranger plus d'un, acte réducteur pour les jeunes estivantes et, globalement, les femmes. Alors que le premier Xtreme était sympathique à jouer, celui-ci accumule beaucoup de défauts qui agacent et dont les jolies filles ne peuvent rayer et attendrir avec leur corps... Bogué.

 

En 2006 apparaît sur les grands écrans DOA Dead or Alive, un film basé sur la série de jeux de combat de Tecmo.
Le film est classé comme étant l'une des dix pires adaptations cinématographiques de jeux vidéo selon GameTrailers.
DOA Dead or Alive n'a pas aidé à la réputation de Dead or Alive.

 

Koei Tecmo décide de tourner les talons et rejoint Sony pour sa dernière console portable, la PSP, afin de sortir un autre épisode Xtreme : Dead or Alive Xtreme Paradise. Et là, la presse explose. Le jeu est encore moins fun que Xtreme 2, il accumule plus d'erreurs et les capacités de la PSP semblent inexploitées : les graphismes ne sont pas fous, les personnages ont des animations robotiques... Le jeu est visiblement une insulte envers les joueurs... Et envers la femme, puisque le jeu n'a plus que des misses en maillots à montrer, renforçant l'aspect voyeurisme du titre portable. Le directeur artistique de Dead or Alive Xtreme Paradise, Mr Yasushi Nakamura, a même rapporté à la Team Ninja que les fans se masturbaient sur les modèles du jeu, ce à quoi elle a répondu : "Nous pouvons considérer que c'est un succès."

Pourquoi une telle réponse ? Je vous renvois quelques paragraphes au-dessus (Génèse), au credo de la Team Ninja : proposer une technologie digne de ce nom et de beaux modèles. Si ces derniers arrivent à faire plaisir aux fans via leurs courbes généreuses et virtuelles, c'est un pari réussi pour le studio, aussi étrange que cela puisse paraître.

 

Dans la vague arrive sur iPhone et iPod Touch en 2009 Girls of DOA BlackJack,
un spin-off uniquement centré sur le BlackJack et qui n'a pas fait long feu puisqu'en 2010, Apple retire le jeu suite aux nouvelles règles de censure.
Rien de bien vulgaire pourtant si ce n'est la possibilité d'habiller Kasumi d'un bikini.

 

De plus, la Team Ninja n'a encore jamais vraiment failli à sa promesse, mis à part avec ce dernier et seul épisode PSP, en proposant toujours autant de fluidité et de beauté graphique.

Et la série doit s'arrêter ici normalement...

 

 

Renouveau

 

 

...Quoique, quoi de mieux que le quinzième anniversaire de la série pour retourner à ses origines duellistes ? Malgré le départ du créateur original Tomonobu Itagaki en 2008, Koei Tecmo relance Dead or Alive en tournant les talons, encore une fois, à sa franchise Xtreme et à Sony en allant du côté de Nintendo et de leur console portable, la Nintendo 3DS. Pour faire plaisir aux fans, ce dernier Dead or Alive Dimensions est un excellent jeu de combat sur 3DS, et est même nominé comme étant l'un des dix meilleurs jeu de combat sur console portable. Dimensions conte les aventures déjà narrées de Dead or Alive avec néanmoins quelques subtilités et détails supplémentaires faisant du titre le Dead or Alive le plus complet scénaristiquement parlant. De plus, des personnages injouables auparavant le sont désormais (Genra par exemple), comblant ainsi les fans de la première heure. Que de bonnes choses pour Dead or Alive Dimensions ! La saga peut continuer sur de nouveaux rails ! Mais l'horizon demeure bien sombre pour Koei Tecmo...

En effet, Nintendo décide de ne pas distribuer cet épisode portable en Suède, en Norvège et au Danemark en apprenant l'âge de certains personnages féminins. Dead or Alive Dimensions propose aux joueurs de photographier les combattants du jeu, mais le soucis est que la loi des pays nordiques cités auparavant stipule que prendre en photo un enfant, fictif ou non, dans une situation semblable à de la pornographie est un acte criminel. Certaines filles ayant moins de 18 ans (Kasumi, Ayane, Kokoro) et Dead or Alive étant accès depuis ses débuts dans le détail, voir une culotte n'étant jamais rare, Dimensions aurait été interdit légalement "dans tous les cas" dans ces contrées... Et ce n'est pas rien, car ça n'a fait que souiller d'avantage la réputation de la série.

 

Pourquoi ne pas avoir retiré le mode photo sur les versions nordiques du jeu pour s'assurer une meilleure audience ?

 

L'année suivante, en 2012, sort quand même un nouvel opus canonique : Dead or Alive 5 qui a eu plusieurs problèmes durant son développement de cinq ans dont le fameux départ de son papa. Ce DOA5 se déroule deux ans après l'histoire de DOA4, excusant la refonte graphique et esthétique totale ainsi que les quelques nouvelles mécaniques de gameplay... Mais surtout, avoir des personnages ayant atteint la majorité est un plus commercial et éthique pour Koei Tecmo. La Team Ninja promet même que cet épisode 360-PS3 ne sera axé que sur le combat, pas sur la sexyness des personnages.

Vous connaissez la suite je suppose tant elle a fait parler d'elle : la Team Ninja n'a pas tenu sa parole suite à des problèmes financiers et a donc proposé de nombreux, très nombreux, costumes en DLC. Et les costumes sympas, ça se vend, mais les tenues légères, ça attire mieux le regard... C'est un procédé commercial utilisé depuis fort longtemps et la réputation de Dead or Alive n'étant plus à faire, pourquoi ne pas proposer des combattantes plus sexy que jamais ?

 

Momiji de Ninja Gaiden, une autre licence de Tecmo, rejoint le roster bien fourni de DOA5 dans sa version Ultimate.
Ci-dessus : le pyjama de Momiji.

 

Et ce même procédé a fonctionné à merveille avec des millions de téléchargements effectués, le jeu s'offrant le luxe de proposer encore plus de contenus payants et superficiels, atteignant les limites d'articles téléchargeables sur les catalogues des différents stores en ligne. Mais c'est également ce procédé qui sature les images trouvées sur le net en tapant comme simples mots-clés "Dead or Alive 5". En effet, rédiger une news, par exemple, sur un des DLC's de DOA5 avec une belle illustration pour montrer la marchandise, ça va vite. Et si l'article est relayé par Google, l'illustration est mise sur Google Images. Les tenues courtes étant tape-à-l'œil, il suffit que des sites spécialisés dans le jeu vidéo relayés par Google parlent de DOA5 et de ses DLC's pour que le flux d'images soit saturé de misses en serviette de bain (à prendre en notes : le temps faisant son affaire, les résultats sur Google Images diffèrent depuis l'annonce de DOA6, mais si ce dernier sort également des tenues payantes, l'événement recommencera).

Grâce à son succès commercial, Dead or Alive 5 a le droit à plusieurs portages et à deux versions améliorées, Ultimate et Last Round. Les critiques féministes fusent de partout et éloignent certains joueurs malgré les éloges d'une majorité de testeurs attestant que DOA5 est un bon jeu de combat.

 

Honoka, fille enthousiaste, et son pack de 5 tenues dans Dead or Alive 5 Last Round.

 

La Team Ninja souhaite, comme à l'époque du premier Xtreme, faire une magnifique et plaisante démo technique de leur nouveau moteur et de la rafraîchissante esthétique du cinquième épisode. Un nouvel Xtreme voit donc le jour en 2016 sur PS4 et PS Vita : Dead or Alive Xtreme 3. L'annonce du projet ayant fait grand bruit, Koei Tecmo décide de ne laisser son bébé qu'au Japon, son pays natal. Le monde entier est alors privé de ce nouvel épisode sous les soupirs satisfaits de beaucoup de ses détracteurs (et on ne peut leur donner entièrement tort).

Et pourtant... Les fans se soulèvent. Ceux qui sont restés dans l'ombre jusqu'alors expriment leur mécontentement sur les réseaux sociaux et les fora. Même en France, les fans se manifestent et beaucoup d'entre eux se procurent par import Dead or Alive Xtreme 3.

En 2017 sort Dead or Alive Xtreme Venus Vacation, un DOAX3 gratuit sur PC proposant de nombreux DLC's, la formule gagnante de Koei Tecmo. Une nouvelle version est prévue pour 2019 au Japon sur PS4 et Nintendo Switch avec toutes les jeunes femmes ajoutées et exclusives à Venus Vacation : Dead or Alive Xtreme 3 Scarlet. Le phénomène Dead or Alive Xtreme 3 a fonctionné malgré toute la polémique autour et a suscité la jalousie de quelques joueurs occidentaux. Yohei Shimbori, le producteur, avoue malgré tout que le studio est allé trop loin dans sa façon de montrer les choses dans DOAX3, surtout suite à l'apparition du système VR qui plonge le joueur aux côtés de ces damoiselles afin de les observer de plus près.

Koei Tecmo et la Team Ninja annoncent pour le 15 février 2019 Dead or Alive 6 qui se basera d'avantage sur le combat que sur le physique enchanteur des personnages. Ce discours n'étant pas étranger (DOA5), la parole du studio sera-t-elle tenue afin de plaire à un maximum de personnes ? Ce n'est pas si sûr, certains râlent à ce propos car l'absence de tenues sexy, car il en existe depuis le premier épisode paru sur arcade, nuirait à la franchise, celles-ci faisant partie intégrante de son ADN. La récente présentation du DOA Central, un système de customisation des personnages, éloigne progressivement la fureur des fans.

 

Les tenues personnalisées sont encore timides lors de leurs présentations.
DOA6 subira-t-il le même destin que DOA5 et ses infinis DLC's ? Les costumes resteront-ils sages bien longtemps ? Seul l'avenir nous le dira.

 

 

Une image à entretenir

 

 

C'est une parfaite ironie ; alors que Koei Tecmo écoute les plaintes en imposant des limites pour les plus sensibles joueurs et spectateurs à sa Team Ninja, les fans se soulèvent par mécontentement, blessés par cet "affront". Mais c'est également en tentant de leur faire plaisir avec des spin-offs sexy et des cinématiques niaises (DOA4 inspiré par Xtreme Beach Volleyball) que rien ne va plus pour les récents arrivants dans Dead or Alive.

Koei Tecmo souhaite attirer de nouveaux joueurs vers Dead or Alive, et la Team Ninja effectue un travail de maître dans ce but. La communication est relayée par la presse, spécialisée ou non dans le jeu vidéo. C'est donc l'image qu'a la presse sur le titre qui influence son lecteur et/ou spectateur, et par conséquent les joueurs. Un jeu entièrement basé sur la bronzette, les jeux à la plage avec plein de filles en petite culottes qui ne savent que crier de joie est rabaissant pour la Femme. C'est un fait avéré. Mais c'est LE jeu qui est insultant pour la Femme, pas la série entière dont il provient. Dead or Alive Xtreme 2 et Paradise en l'occurence ne souhaitent pas cracher, à l'origine, sur l'image de la femme ; ils ne sont que des suites dérivées d'un produit dérivé qui n'était lui-même qu'une immense démo technique sympa à jouer. Xtreme 2 et Paradise n'ont jamais eu l'intention d'essayer de révolutionner le monde graphique du jeu vidéo.

Dead or Alive est une longue série de jeux de combat dont les personnages sont développés. Pourquoi Ayane accepterait-elle une escale sur une île paradisiaque alors qu'elle est leader d'un clan de l'ombre et poursuivie par ses sombres origines, issue d'un infâme inceste ? Ayane aime les soins du corps, c'est écrit dans toutes ses descriptions officielles. Et pourquoi ? Interprétons simplement : elle apprécie les soins de princesse qu'elle n'a jamais pu avoir auparavant. Et Tina alors, une catcheuse dévoilant volontairement ses atouts, serait-elle la cible parfaite des féministes ? Tina est une femme libre allant contre la volonté de son père : il veut qu'elle soit catcheuse, elle veut être mannequin ; il la rattrape mais elle souhaite désormais devenir une star du cinéma. Et quand Bass, son paternel, abandonne son combat et la laisse vivre comme elle l'entend... Elle va sur le ring. Une femme forte, libre, polyvalente.

 

Tina Armstrong fait tourner la tête de bien des personnes... Et fait tourner en bourrique son pauvre père attaché à ses valeurs.

 

On pourrait critiquer, autre que les tenues courtes et les femmes fatales alors bien répandues dans le monde vidéoludique, cette physique de poitrine dont la Team Ninja se vante tant. Mais savez-vous que c'est une réelle prouesse technique qu'elle essaye d'attacher à un simple détail et à la marque de fabrique de la série ? En effet, pour cette physique plus ou moins réaliste, il faut un nombre conséquent de polygones. Prenons par exemple une autre série de jeux de combat dotée de beaux graphismes : Tekken. Dans Tekken Tag Tournament sur PlayStation 2, Ling Xiaouyu est modélisée à partir de 6 755 polygones ; Lei Fang, dans Dead or Alive 2 sur Dreamcast, est modélisée à partir de 8 884 polygones, soit plus de 2 000 polygones supplémentaires par rapport à Ling pour, au rendu final, des formes plus rondes et une poitrine "parfaite" et rebondie. Plus il y a de polygones à gérer, plus le jeu est difficile à optimiser pour la console, et pour rappel, DOA2 est en 60fps quasi constant en gérant, certes sur une machine plus puissante, 2 000 polygones de plus que la concurrence. Et puis, de nombreux jeux avant Dead or Alive utilisaient des animations de poitrine (Mai Shiranui de Fatal Fury et The King of Fighters qui, justement, rejoint le roster de Dead or Alive 5 Last Round en DLC). C'est une culture nippone à part entière et une preuve de leur savoir-faire en terme d'animation, que ça plaise ou non.

 

Visualisation des polygones de Lei Fang dans DOA2 sur Dreamcast (à droite, avec 8 884 polygones), dans DOA2 Ultimate sur Xbox (au milieu, avec 15 900 polygones), et dans DOA5 sur PC, Xbox 360, PS3, Xbox One et PS4 (à gauche, avec 32 497 polygones).
Regardez bien où sont concentrés les polygones, principalement sur la version Dreamcast (à droite) : au visage et à la poitrine.

 

Le jugement porté sur Dead or Alive est justifié mais bien injuste, on ne pointe du doigt que ce qui peut choquer pour lui créer une réputation de "jeux pour pervers". Mais c'est également en lui créant cette réputation de "jeux pour pervers" que Koei Tecmo continue sur cette voie parsemée d'embûches. On peut le voir par rapport aux nombreux goodies disponibles, dont la fameuse collection d'Oppai...

 

... Des tapis de souris avec modèle 3D servant de repose-poignet. Une idée bien originale, il faut l'avouer mais à quel prix ?
NiCO de Dead or Alive 6 n'y échappe pas en tout cas pour un futur DOA "moins sexualisé".

 

 

La chair est faible

 

 

Alors... Dead or Alive, série pour joueurs pervers ou non ?

Cet article est principalement la vision d'un fan, de moi, et je peux vous dire que Dead or Alive en sert généreusement pour tout le monde : les pervers et tous les autres.

DOA a le droit à sa réputation avec principalement les épisodes Xtreme, et il y a forcément des pervers qui aiment photographier malicieusement des fillettes en bikinis, mais il faut aussi penser à la majorité des joueurs qui... Jouent tout simplement. Cherchant à se détendre, sans se casser la tête dans un jeu qui ne demande qu'un peu de doigté, sans aucun conflit en vue si ce n'est de la compétition purement amicale. Une courte visite paisible sur une petite île paradisiaque pour oublier tous les soucis de son quotidien. Pour souligner mon propos, je vais prendre un autre genre de jeux vidéo qui suscite également beaucoup de critiques : les jeux d'horreur. Quelques joueurs sont des "détraqués", comme certains les appellent, aimant voir l'hémoglobine couler à flot entre les dalles d'un plafond, mais pensez-vous que la majorité des fans de jeux d'horreur aiment ça ? Bien sûr que non, la grande partie de ces joueurs recherchent simplement l'adrénaline et le frisson provoqués par une situation étrange et angoissante. Beaucoup d'entre eux y jouent même afin de vaincre leurs peurs.

La franchise de Koei Tecmo est même victime de sa renommée, d'autres jeux à succès étant bien pires en terme de sexualisation, mais qui sont plus récents et discrets dans nos contrées, comme Gal*Gun ou encore la série des Senran Kagura qui s'est liée, par ailleurs, à Dead or Alive via des extensions payantes. Senran Kagura propose des combats avec des humiliations très corporelles à la clé ou/et des phases de gameplay entièrement basées sur "faire rebondir des seins" et "retirer des culottes". Yugo05 a testé ce septembre 2018 Senran Kagura Reflexions, un spin-off où le joueur incarne un masseur bien intime ; je vous invite à voir le vidéo-test en cliquant ici afin de mieux comprendre mes propos. Ces jeux ne sont-ils pas plus rabaissants encore pour l'image de la femme ? Pourquoi moins de polémique à leur sujet alors ? Ces jeux passent si bien qu'ils se voient même traduits en fançais, alors que Dead or Alive Xtreme 3 n'a même pas pu dépasser les frontières nippones.

 

Ayane en personnage DLC dans Senran Kagura : Peach Beach Splash qui subit une humiliation.
Une humiliation signifie ici "se faire asperger d'eau jusqu'à en perdre ses sous-vêtements".

 

Comme Koei Tecmo et ses erreurs répétés, bouclons la boucle du sujet en parlant des origines de Dead or Alive. Le titre de la série résume, à l'instar de Final Fantasy, l'avenir incertain de la boîte mis entre les mains de ses jeux : "dead or alive", "morte ou vive". Tomonobu Itagaki, en fondant en 1995 la Team Ninja, a souhaité mettre en avant le sex appeal des personnages afin d'attirer l'œil du public, des joueurs, et pour préserver l'avenir du studio ; mais il aimerait que DOA soit vu comme étant une série de jeux combatifs et agressifs, accessibles et plaisants.

Bien qu'un film Dead or Alive ait vu le jour en 2006, il ne faut pas oublier qu'en 2007 est arrivée la web-série Dead Fantasy, pensée, produite et réalisée par Monty Oum, un fan de DOA qui s'est fait voir grâce à son projet, cette Battle Royale géante entre les personnages de Dead or Alive et de Final Fantasy (on y revient !) sublimée par des chorégraphies dont lui seul a le secret. La mort de Monty Oum en 2015, bossant alors sur une web-série plus conséquente avec le studio d'animation Rooster Teeth : RWBY (prononcez "rubis"), détruit la possibilité d'une suite à Dead Fantasy... Mais ses nombreux fans pensent qu'il y a encore de l'espoir et qu'un jour, une personne reprendra les rênes de la web-série. Dead Fantasy est la vision même d'un fan de Dead or Alive qui, pourtant, n'a pas l'air d'une âme pervertie par des bonnets conséquents. Pour les amoureux de films d'action et d'arts martiaux, je vous sollicite grandement à regarder les cinq épisodes de Dead Fantasy en vous rendant en un clic ici.

 

Le deuxième épisode de Dead Fantasy : dix minutes de combats intenses et inspirées. Encore aujourd'hui, rares sont les productions qui laissent si peu de répits lors des affrontements.
Dead Fantasy est une référence dans le milieu de la chorégraphie et du cinéma d'action avec son rythme endiablé.

 

 

Pour conclure cet article, je laisse ici le commentaire de Lily Flower déposé sur une vidéo YouTube de Dead or Alive que je vous traduis :

 

"Quand j'étais petite, je regardais mon père jouer à DOA2 sur sa PlayStation 2. Je me souviens lui avoir demandé quel était son personnage préféré, et c'était Kasumi et Lei Fang. Je n'ai jamais eu le sentiment que quelque chose clochait dans le fait de présenter les femmes comme étant belles et sexy. C'est comme les dessins animés. Même maintenant, je préfère l'ancienne Lara de Tomb Raider Underworld."

Galerie d'images

Commentaires (1)

Greed Lavare a écrit un commentaire le

Hello ! Je suis tout à fait d'accord avec toi, mais l'article se concentre principalement sur le regard porté sur la série et les critiques importantes mettant ses joueurs dans la niche "pervers".

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.




icone blanche

L'actu du moment

L'article a reçu 4 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus.

logo tipeee icone de citation

Pour vous proposer toujours plus de contenu et de diversité, le staff de ConsoleFun met tout en oeuvre pour combler la moindre de vos attentes. Seulement, on est un peu à sec en ce moment et la science ne nous a pas encore permis de nous démultiplier (les goujats). C'est pourquoi nous recherchons activement des personnes motivées pour participer à cet ambitieux projet ConsoleFun : rédaction de news, de tests, réalisations de vidéos ou encore modérateur, il y en a pour tous les goûts !

Nous rejoindre !
logo tipeee Information

Depuis sa création en 2009, ConsoleFun ne cesse d'évoluer pour vous proposer toujours plus de nouvelles fonctionnalités. Autour d'une même passion, le jeu vidéo, le staff et la communauté du site partagent dans la bonne humeur et l'envie de progresser ensemble. En soutenant ConsoleFun à l'aide d'un don, vous nous permettez de poursuivre l'aventure qui, nous l'espérons, atteindra des sommets !

Faire un don
×

Change header

Upload
To crop this image, drag a region below and then click "Save Image"
Uploading