Actualité du jeu vidéo

icone page de journal

Les news de jeux les plus récentes

Catégorie : chronique

Wii GameCube Chronique ecrite 

Publié le | Par

(4 commentaires)

Back to the Future : 15 Décembre 2006 - The Legend of Zelda: Twilight Princess

Que l'on soit clair, aujourd'hui nous avions le choix de revenir sur deux jeux vidéo qui ont marqué l'histoire. Soit nous vous parlions de "The Legend of Zelda: Twilight Princess" ou soit de "Barbie Princesse de l'île merveilleuse" ! Ces deux jeux contiennent des princesses et des voyages dans des lieux merveilleux, mais heureusement pour vous le premier l'a emporté de justesse ! Encore une fois c'est bien sûr le créateur de la licence qui est aux commandes, j'ai nommé Shigeru Miyamoto ! Le jeu est développé par le studio interne "Nintendo EAD", le plus gros département de la firme basé à Kyoto qui est à l'origine des plus gros jeux Nintendo de la gamecube, de la Wii de la DS voire de la N64 comme Mario Kart: Double Dash!!, The Legend of Zelda: The Wind Waker, Wii Sports, Super Mario Galaxy, New Super Mario Bros. Enfin, autant vous dire que les mecs connaissent leur boulot ! Avant de parler plus en détails du jeu, il est important de noter que ce treizième opus de The Legend of Zelda est Cross-Gen et est donc sorti à la fois sur Wii et Gamecube. Ce fut d'ailleurs le dernier titre majeur à sortir sur la NGC...paix à son âme ! Il y a donc 8 ans, jour pour jour, The Legend of Zelda: Twilight Princess débarquait sur Gamecube avec la ferme attention d'offrir à la console une dernière symphonie avant qu'elle ne disparaisse à tout jamais ! Pour ce qui est de l'histoire, elle commence un peu comme souvent. Link est un jeune homme innocent (un berger pour cette fois), qui malgré lui va se retrouver entraîné dans une histoire complexe entre magies, pouvoirs et monstres ! La différence de cet épisode est d'abord dans ses graphismes. Alors que le précédent opus "The wind walker" était tout en Cell-Shading, avec un univers tout mignon et coloré, ici "LZTP" vise une ambiance plus sombre, plus adulte. Un bouleversement que beaucoup de joueurs attendaient. Dans ce volet, notre héros possède quelques nouvelles capacités pour avancer dans sa folle épopée. Tout d'abord, il peut désormais se transformer en loup. Quand il est dans cet état, il peut communiquer avec des animaux non humains, se téléporter d'une zone à une autre ou téléporter des objets comme des ponts, des rochers ! Les combats à cheval sont aussi une des grandes nouveautés de cet opus. Le fait que Link se balade entre Hyrule et le royaume du Crépuscule donne au jeu une réelle profondeur. Le Game design de chaque chapitre et donjon est vraiment très abouti. Au fil de l'histoire, vous serez amené à traverser une variété de décors époustouflante, vous mettant à l'épreuve à chaque seconde. Nous avons fait le choix de ne pas vous raconter l'histoire en profondeur, ni les affrontements finaux, ni la fin tout simplement, car cela serait un crime de vous spoiler un jeu si génial. Ce volet marque clairement un changement dans l'histoire de la licence même si les bases restent identiques. Notre personnage est plus adulte, et même le monde dans lequel il interagit se montre plus dangereux que par le passé. Évidemment, tout le staff vous recommande "The Legend of Zelda: Twilight Princess", ainsi que tous les autres épisodes de la licence ! Encore une fois, nous disons merci à Nintendo pour toutes ses heures de jeux passées à pourfendre des monstres et parcourir cet univers merveilleux !   Et vous, quel est votre opus préféré de The Legend of Zelda ?

Consulter l'article en détail ...

PS2 Chronique ecrite 

Publié le | Par

(1 commentaires)

Back to the Future : 13 Décembre 2001 - Devil May Cry

  Aujourd'hui nous allons nous intéresser à une licence qui eut jadis son heure de gloire. Revenons à l'année 2001, Capcom est en plein dans son âge d'or et est le roi du "Surival Horror". La licence Resident Evil compte déjà 4 volets, tous excellents sortis en à peine 5 ans ! Un exploit compte tenu de la profondeur de chaque opus ! Resident Evil : Code Veronica vient de sortir sur Dreamcast en 2000 puis sur PS2 au début d'année 2001 et se vend très bien, mais Capcom désire un vrai 4ème opus ! Le studio "Capcom Production Studio 4", créateur de Resident Evil et Dino Crisis est chargé de se mettre au travail et trouver une suite au 3ème épisode. Tout d'abord il faut savoir que ce studio réunit tous les maitres de l'horreur de la firme comme par exemple Shinji Mikami  Hideki Kamiya, ou encore Shu Takumi qui, disons-le, sont des pointures dans leur domaine. Très vite ils commencent à travailler sur une maquette, qui malheureusement sera refusée par la maison mère ! Mais au lieu d'abandonner leur projet, ils continuent de bucher dessus et le rebaptisent pour lui trouver un nouveau nom : Devil May Cry ! Voilà comment une des meilleures licences des années 2000 est née ! Il est important de noter qu’à la base le studio en charge du jeu venait de signer un contrat d'exclusivité avec Nintendo pour le prochain Resident Evil. Mais Devil May Cry étant une licence complètement différente, c'est sur PS2 qu'elle échoue ! DMC devient presque par hasard une exclusivité du catalogue déjà fourni de la Playstation 2. Par la suite la licence s'exportera sur PC, puis sur Xbox360. Mais revenons au premier opus. Devil May Cry possède un univers très travaillé s'inspirant à la fois de la Divine Comédie, (poème italien épique et allégorique datant de 1307) et aussi de plusieurs mythologies différentes. "Dante est un chasseur de démons qui gère sa petite entreprise, le Devil May Cry. Il se définit comme un détective privé qui ne s'occupe que d'affaires très spéciales, mais il est plutôt vu par ses pairs comme un homme à tout faire qui accepte n'importe quel sale boulot. Il est le fils du légendaire chevalier sombre Sparda, un démon qui a sauvé l'humanité il y a deux millénaires de cela en se retournant contre les siens. Une jeune femme nommée Trish contacte Dante pour lui demander son aide afin de détruire le monde inférieur, l'Underworld. Par la même occasion, ceci permettrait de sauver une nouvelle fois l'humanité, car un grand danger court : Mundus, l'empereur du mal autrefois vaincu et emprisonné par Sparda, s'est libéré et est parvenu à créer une brèche entre le monde inférieur et celui des humains sur l'île Mallet..." Capcom garde évidemment la vue à la troisième personne et les caméras fixes qu'il maitrise si bien. Notre héros dispose au début du jeu d'une énorme épée nommée Force Edge, de deux pistolets nommés Ebony & Ivory ; par la suite il acquiert une épée de foudre, Alastor, puis des gantelets de flammes, Ifrit, et finalement l'épée qui porte le nom de son père, Sparda, qui se trouve être la version transformée de Force Edge. Certaines armes acquièrent par la suite d'autres pouvoirs encore plus puissants. Son gameplay ainsi que sa difficulté élevée fera rentrer le jeu dans le cœur des joueurs. Pour collecter le plus possible d'orbes, il faut allier style et réflexes. En effet, les pistolets servent d'avantage à maintenir les ennemis sous votre joug plus qu'à les tuer. Plus les combos s'enchainent plus vous gagnerez de sphères, qui vous permettront d'acheter de nouvelles techniques plus dévastatrice. Tous les possesseurs de PS2 furent marqués par ce jeu, car il était non seulement agréable à jouer mais aussi à regarder. Au-delà de finir le jeu entièrement le but est aussi de réaliser les plus beaux enchainements possibles. Les musiques et l'ambiance générale du soft font de Devil May Cry un jeu à part. Dante reste et restera un personnage emblématique de l'ère PS2.

Consulter l'article en détail ...

PSP Chronique ecrite 

Publié le | Par

(5 commentaires)

Back to the Future : 12 Décembre 2004 - La Playstation Portable/ PSP

Quand la Playstation 1 est sortie au Japon en 1994, personne ne pensait que cette petite console grise allait se vendre. D'ailleurs pas même les gars de chez Sony qui furent les premiers surpris devant la qualité des jeux et de leur machine. Les ventes s'envolèrent et bien sur tout le monde connaît la suite de l'histoire. Le géant Japonais du multimédia régnait désormais sur le marché des consoles de salon, et ce même devant le grand Nintendo, leader depuis les années 80. En 2004, c'est d'ailleurs Nintendo qui dégaine le premier avec la Nintendo DS. Pour ce qui est des consoles portables, Nintendo est loin d'en être à son premier coup d'essai. Du côté de chez Sony c'est tout le contraire ! La Playstation Portable ou PSP est la première console portative de la firme. Elle débarque au Japon seulement quelques jours après la Nintendo DS, le 12 Décembre 2004. À l'inverse de la NDS qui vise l'originalité avec son stylet, son écran tactile et son microphone, la PSP est plus une PS2 portable. Ce qui est déjà un exploit en soi ! Car disons-le, elle affiche des graphismes similaires à sa grande sœur, ce qui pour l'époque est une prouesse technique. Pour cette console portable, Sony va faire du Sony, c'est-à-dire proposer une machine tout en un. La PlayStation Portable permet de jouer à des jeux vidéo, de regarder des vidéos et des images, d'écouter de la musique et offre la possibilité de naviguer sur Internet. Son système de connexion sans fil Wi-Fi permet de faire communiquer jusqu'à seize machines en même temps ! Un vrai condensé du savoir-faire de la firme Japonaise. À son lancement, elle coûte environ 21.000 Yen (180 euros de l'époque) contre 15.000 pour le Nintendo DS. Information fun, sachez qu'au moment de la sortie les memory stick 1Go étaient vendus 110 euros ! 6 ans plus tard cela sera le prix de la carte mémoire de 64Go ! Quand elle fut annoncée, tout le monde fut intrigué par l'UMD (Universal Media Disc). Plutôt que d'utiliser des cartouches comme le fait Nintendo, Sony lance un nouveau format de disque ! Malheureusement, cela ne marchera pas, mais alors pas du tout ! Fin 2006 plus aucun film ne sortira en UMD et même Sony abandonnera sa création en 2009 avec le lancement de la PSP Go qui privilégie les téléchargements, puisque la console est tout simplement dépourvue de quelconque lecteur de disque. De 2004 à 2011, 4 versions sortiront avec plusieurs ajouts pour certaines ou plusieurs retraits pour d'autres ! Par exemple le PSP Street qui est une version exclusive pour l'Europe, le Wi-Fi et le bouton de réglage de luminosité furent tout simplement retirés ! Même si on ne peut pas dire que la Playstation Portable est un échec, on ne peut pas dire non plus que c'est un succès ! Avec plus de 89 millions d'unités vendues dans le monde, toutes versions confondues, elle reste très loin de la Nintendo DS qui a atteint la barre des 160 millions de ventes ! Il est clair que la PSP est une console puissante, élégante, mais son catalogue de jeux n'était clairement pas assez fourni et la plupart du temps ces jeux n'étaient que des portages. Contrairement à la DS qui marqua l'histoire grâce à des jeux vidéo d'une qualité rare, Sony a peut-être fait l'erreur de voir la PSP comme une Playstation portable et non pas comme une console à part entière, sûrement capable de choses merveilleuses au vu de ses qualités techniques. Encore une fois, la puissance n'a pas fait la différence ! Une leçon à retenir pour les années à venir, que ce soit pour les consoles portables ou de celles de salon. Ce qui fait une grande console c'est toujours ses jeux vidéo originaux, profonds, qui nous transportent et nous font rêver !

Consulter l'article en détail ...

PC Chronique ecrite 

Publié le | Par

(0 commentaires)

Back to the Future : 11 Décembre 2000 - Counter Strike

Un jour, un grand homme a dit "Counter Strike est au FPS multijoueur ce que la Joconde est à l'art". Bon d'accord, personne n'a jamais dit ça mais qui sait cela arrivera-t-il peut être à un moment donné. Surtout au vu de ce que ce jeu a apporté au genre et de façon plus générale au monde du jeu vidéo. Vous l'avez compris, aujourd'hui nous fêtons la sortie française de la première version finale de Counter Strike. Je dis "première version finale" car il ne faut pas oublier qu'au départ Counter Strike est un simple "mod" développé par deux passionnés, Minh Le et Jess Cliffe. Beaucoup de gens ne le savent pas mais CS fut créé à partir du jeu Half-Life, sorti en 1998 ! La bonne idée de Valve fut d'inclure un kit de développement avec leur jeu pour laisser les joueurs les plus férus créer leurs propres contenus ! Mais ils étaient loin de se douter que quelque part, deux personnes allaient créer de leurs petits doigts habiles le FPS multijoueur le plus emblématique du jeu vidéo ! Ils prirent un moteur de jeu gratuit et avec le peut de temps libre qu'ils avaient commencèrent à modéliser, programmer, coder avec passion. La première version bêta sort le 19 Juin 1999. Le jeu commence alors à vraiment faire parler de lui sur Internet et se construit une communauté solide. Counter Strike est déjà à cette époque plus joué que certains blockbusters comme Quake III ou Unreal Tournament ! Il ne faut pas longtemps pour que Valve propose de racheter les droits de CS et embauche nos deux développeurs. La version finale sort en Amérique le 8 Novembre 2000 sous le nom de "Half-life : Counter Strike" ! Le jeu reste alors gratuit mais il faut tout de même posséder Half-life. En 2004 le jeu est contraint de migrer sur Steam car les serveurs fonctionnent encore avec le service World Opponent Network qui ferme ses portes. À partir de ce moment le jeu devient payant et peut s'acheter seul pour 10 euros. Nous ne savons pas s'il est utile de vous expliquer les principes et les modes de Counter Strike au vu de sa popularite dans le monde entier. Mais au cas oû certains seraient restés dans une grotte pendant 14 ans, nous allons vous faire un résumé rapide. Le principe est simple, deux équipes de 5 joueurs (terroriste et anti-terroriste) s'affrontent sur des cartes de petite taille. Il existe plusieurs modes populaires, comme le mode "zombies" ou "deathmatch", mais le plus joué reste le mode "defuse" : "Le but des terroristes est de placer une bombe (du C-4) dans une des deux zones (parfois unique) définies (zone A et zone B) et d'empêcher les anti-terroristes de désamorcer la bombe. Celle-ci explose au bout de 35 secondes, donnant la victoire immédiate aux terroristes. Si la bombe est désamorcée, si tous les terroristes sont tués ou si la bombe n'a pas explosé à la fin de la manche, la victoire revient aux anti-terroristes. La bombe est attribuée à un terroriste aléatoirement à chaque début de manche, et les anti-terroristes peuvent acheter un kit de désamorçage qui réduit de moitié le temps nécessaire au désamorçage. Lors de l'explosion, tous les joueurs se trouvant dans la zone de déflagration sont tués." Plus vous remplissez les objectifs et plus vous tuez d'adversaires plus vous gagnez de l'argent. Au début de chaque manche cet argent durement gagné vous permettra d'acheter des nouvelles munitions, armes et équipements pour repartir à la baston ! À la sortie de Counter Strike, l'acceuil de la presse est plus que bon et les notes très hautes, en tout cas pour un mod. Le jeu récoltera toutes sortes de récompenses tout au long de son existence. En 2007, CS était encore le FPS en ligne le plus joué largement devant les autres jeux du genre, et même devant les suites de la licence en réunissant 35% des joueurs de jeu de tir en ligne ! Mais ce qui fait de CS un jeu à part c'est aussi sa dimension "E-Sport". Le jeu fut très rapidement le FPS de référence pour toutes les compétitions. À l'heure actuelle, certains célèbres tournois comme la "Dreamhack", qui n'est pas la foire à la saucisse je vous le rappelle, continu d'utiliser cette version de Counter Strike ! Il faut savoir que c'est un jeu qui demande de la coordination, de la concentration et des réflexes. Le jeu en équipe est indispensable pour rester vivant et espèrer la victoire.   Donc si vous n'avez jamais joué à CS ou même ses à suites, tout le staff de ConsoleFun vous les conseille ! N'hésitez pas à commenter et partager vos souvenirs sur Counter Strike !

Consulter l'article en détail ...

PC Chronique ecrite 

Publié le | Par

(4 commentaires)

Back to the Future : 10 Décembre 1993 - Doom

Plus les épisodes de Back to the future avancent plus nous remontons dans le passé. Aujourd'hui nous allons revenir au début des années 1990, plus précisément le 10 Décembre 1993 ! Ce jour est marqué par la sortie d'un jeu vidéo mythique, j'ai nommé : Doom ! Considéré à tort par beaucoup comme étant le premier jeu FPS de l'histoire, il est en tout cas celui qui a rendu célèbre le genre, puisque pendant longtemps les jeux vidéo du même type étaient appelés "Doom-like" Renommé pour être l’un des titres majeurs à avoir lancé le type de jeu vidéo en trois dimensions, Doom est reconnu comme étant le précurseur des jeux vidéo utilisant un graphisme en 3D immersive, et un pionnier du jeu multijoueur en réseau, ainsi que pour le fait d'avoir permis aux joueurs de créer leurs propres contenus pour le jeu. Le jeu est développé par Id Software, studio de développement de John Carmack, John Romero, et Adrian Carmack. Le soft sortira en tant que Shareware (jeu gratuit) et sera téléchargé 10 millions de fois en à peine une seule année ! Il est aussi un des premiers jeux vidéo à être sujet à polémique en rapport avec la violence et les jeux vidéo en général. Même si à l'époque c'est surtout son aspect technique qui marquera les esprits, Doom possède un scénario simple et efficace. Le joueur prend le rôle d’un Space Marine sans nom, « l’un des plus durs qui soit sur Terre, endurci au combat et entrainé à l’action », qui a été déporté sur Mars après avoir assailli un officier supérieur qui avait ordonné à ses soldats de massacrer des civils sans défense. Il est forcé de travailler pour une société qui fait des expériences secrètes sur les voyages interdimensionnels et la téléportation. Mais qui dit "expérience secrètes" dit scénario qui part en vrille, tout le monde le sait ! Un jour, une porte reste ouverte et permet à des créatures de l'enfer de débarquer sur Mars. Plusieurs escouades de marines seront envoyées, mais en vain, tout le monde mourra, laissant notre pauvre héros seul contre tous ! Mais contrairement aux apparences Doom n'est pas qu'un jeu de bourrin. Chaque monstre possède un point faible selon une arme donnée. Leurs comportements varient en fonction de votre approche (agressif ou discret), et de votre position. Il faut aussi noter que Doom est le premier jeu PC jouable en mode multijoueur en réseau soit en coopératif soit en mode Deathmatch. On pourrait passer la journée à vous parler de ce jeu vidéo qui restera dans l'histoire comme le père des FPS. Beaucoup de jeux actuels comme Call of Duty ou encore Battlefield empruntent encore ses mécanismes. En 2012 Id Software sortira Doom 3 BFG Édition qui comprendra une réédition des épisodes originaux de Doom et Doom 2 sur PC, PS3 et Xbox 360 !   Petit sondage : qui a déjà joué au premier épisode de Doom ?  

Consulter l'article en détail ...

PC Chronique ecrite 

Publié le | Par

(1 commentaires)

Flash Info #3 - Kingdom Rush

Les jeux vidéo, c’est toute une histoire ! Quand on entend ces termes, on ne peut s’empêcher de penser aux dernières innovations, aux consoles next-gen, au dernier jeu d’un grand éditeur, aux images vues dans les  salons les plus renommés du monde. Cependant, il ne faut pas oublier que les jeux vidéo fleurissent également sur la toile. Nommés alors jeux “flash”, ils ne nécessitent aucune installation et sont extrêmement accessibles.   Alors, qui sont ces jeux méconnus de l’univers vidéo-ludique ?     #3 : Kingdom Rush   S’il existe un jeu flash apprécié de tous, c’est bien Kingdom Rush. Petit jeu soigné et bourré d’humour, c’est en grande partie grâce à lui que beaucoup de joueurs ont découvert Armor Games, site hébergeant de nombreux jeux flash. Mais Kingdom Rush, c’est quoi ?   Et bien, il s’agit d’un jeu développé par Iron Hide Games. Un tower défense dans lequel vous devez protéger votre château contre des hordes d’orcs, trolls et autres créatures fantastiques. Grâce à vos unités - artificier, mage, archer et combattant - ainsi qu’à vos pouvoirs, vous devrez les repousser tandis qu’ils arrivent de tous les côtés. Avec ses graphismes colorés, on pourrait croire qu’il s’agit d’un jeu adapté aux enfants. C’est pourtant loin d’être le cas !   En effet, la principale caractéristique de Kingdom Rush est son incroyable difficulté. S’il ne propose que les modes facile et difficile, ce n’est qu’une bonne blague des développeurs. Il est ainsi fortement conseillé de commencer en facile, un mode qui s’avère déjà assez compliqué lorsque l’on souhaite ne pas perdre de vie. Ajoutez à cela une rejouabilité conséquente, dans la mesure ou terminer un niveau débloque deux nouvelles version de celui-ci, appelées Iron et Epic. Dans ces deux modes, vous n’avez plus qu’une seule vie. Vous aviez dit facile ?   Kingdom Rush fait partie de ces jeux qui combine principe simple et difficulté démesurée, pour notre plus grand plaisir. Il constitue un véritable challenge et, si la RNG est totalement absente du jeu et qu’il est donc aisé de trouver des soluces, le joueur passe indéniablement des dizaines d’heures à batailler avec les monstres tout en essayant de retourner l’environnement contre eux. Car oui, un autre très bon point réside dans les décors.   En effet, le remplissage de l’environnement n’a pas été laissé de côté. Ainsi, on retrouve divers éléments avec lesquels on peut interagir durant la partie. Du moulin que l’on peut arrêter à la sirène que l’on peut attraper en plein saut on retrouvera également, je vous le disais, des éléments utiles à la partie comme le mur de glace qui, une fois détruit grâce à une pluie de feu, réveillera un yéti près à en découdre avec les ennemis. Entre son aspect utile et son côté détente, l’environnement véhicule aussi beaucoup d’humour. Tenez-le vous pour dit : ne cliquez pas trop sur les moutons sous peine de les voir exploser.   Et oui, voici un autre point fort, et pas des moindres, de Kingdom Rush : son humour est ravageur, et véhiculé par à peu près tout dans le jeu. Je vous parlais des décors interactifs, mais il y a également les répliques des personnages, à grands coups de Avada Kedavra et autre I Put A Spell On You. Might & Magic, Matrix, ou même la Bible ont leur clin d’oeil respectif dans le jeu. Encore faut-il pouvoir les comprendre, les doublages du jeu étant en anglais.   Kingdom Rush, donc, est un jeu qui prouve que les jeux flash peuvent tout aussi bien être complets que n’importe quel autre jeu. Gameplay complet, difficulté conséquente, humour et sens du détail, tout y est pour obtenir un jeu addictif et plaisant. Tellement plaisant qu’à l’heure du test, ce jeu a été retiré d'Armor Games, et qu’il est a présent disponible sur Apple Store, Google Play et Steam. C’est également le cas de son spin off Kingdom Rush Frontiers d’ailleurs. Enfin, IronHide lancera d'ici peu Kingdom Rush Origin (hélas pas sur PC celui-ci :'( ). Comme quoi, les jeux flash ont de l'avenir !   Si vous souhaitez vous lancer, vous pouvez le trouver sur le Chrome Web Store   https://chrome.google.com/webstore/detail/kingdom-rush/ckmfhhjalnddapegkbbohfaodgbnocim?utm_source=chrome-app-launcher:   Sur ce bonne semaine à vous, et à n’oubliez pas : les jeux vidéo se cachent parfois où on ne les attend pas.  

Consulter l'article en détail ...

Megadrive Chronique ecrite 

Publié le | Par

(0 commentaires)

Back to the Future : Le 8 décembre 1994

Les jours passent et ne se ressemblent pas, car aujourd'hui Back to the Future a décidé de revenir 20 ans en arrière ! Nous allons parler d'un jeu sorti le 8 décembre 1994 ! Un jeu peut être passé inaperçu pour certain, ou alors c'est que vous n'ètiez pas encore né ! Mais heureusement ConsoleFun est là pour une séance de rattrapage en bonne et due forme. Nous allons donc revenir à une époque lointaine où les jeux japonais dominés le monde sur toutes les consoles quelles quelles soient. Oui je sais, ça fait bizarre. Et à cette même époque les RPG tactique en tour par tour étaient à la mode et les Final Fantasy VI et Dragon Quest VI sortaient au Japon et c'est aussi le cas de Phantasy Star IV ! Et c'est de ce soft développé par SEGA AM7 sorti sur MegaDrive dont nous allons parler.   Phantasy Star IV clot la quadrilogie de façon magistrale ! Oui, car au final la série ne fera son retour qu'en 2001 sur Dreamcast, mais sous la forme d'un MMO avec Phantasy Star Online. L'histoire nous narre les aventures de plusieurs élus dont le but est d'empêcher la résurrection d'une entité maléfique ayant autrefois fait régner la terreur dans toute la galaxie. Mais malgré tous leurs efforts, les ténèbres, par l'intermédiaire du mage noir Zio et de leur incarnation maléfique "Dark Force", réussissent leur plan pour les ramener à la vie. Aux héros maintenant de les arrêter.   Le gameplay reprend les mêmes bases que le deuxième opus et donc se joue en tour par tour comme la plupart des JRPG des années 90. Mais une nouveauté fait son apparition, désormais le joueur a la possibilité d'enregistrer des macros afin d'exécuter des stratégies de combat en une seule commande. On peut aussi déclencher des combos de super forces à la condition de lancer certaines attaques dans le bon ordre.   Un très bon jeu que ConsoleFun vous recommande si vous aimez les "RPG tactique" de la bonne vieille époque ! Ah, nostalgie quand tu nous tiens ! Laissez un commentaire et dites nous quel est pour vous le meilleur RPG en tour par tour ! On vous dit à demain pour un nouvel épisode de Back to the Future !

Consulter l'article en détail ...

Wii Chronique ecrite 

Publié le | Par

(1 commentaires)

Back to the Future : Le 7 décembre 2006

Bonjour à tous ! En ce bon dimanche comme on les aime, ConsoleFun en profite pour vous parler d'une date très importante dans l'histoire du jeu vidéo. Cette date c'est le 7 Décembre 2006 ! Certains l'on peut être oublié mais il y a 8 ans de cela arrivait chez nous la Wii ! Cette fameuse console de 7ème génération de Nintendo qui a mis à mal toute l'industrie du jeu vidéo. Et c'est d'ailleurs la console la plus vendue de sa génération (97 millions d'exemplaires vendus en 2012). N'oublions pas aussi que le jeu vidéo le plus vendu sur console reste à l'heure actuelle Wii Sports qui s'est vendu à 82.16 millions de copies ! Personne ne l'attendait, et même ceux qui l'ont vu venir n'ont rien pu faire. La Wii a tout emportée sur son passage. Sortie un an et demi après la Xbox 360  et seulement quelques mois avant la PS3, sa technologie de détection de mouvement fera la différence assez rapidement. Pourtant à cette époque tout le monde mise sur la PS3 et la Xbox 360 pour nous pondre des jeux toujours plus beaux, toujours meilleurs, mais Nintendo savait qu'il ne pourrait pas rivaliser avec Sony et Microsoft sur ce terrain et va donc prendre la direction opposée. Il suffit de lire une phrase évocatrice de Shigeru Miyamoto, le créateur de Super Mario Bros :  "Le consensus était que la puissance ne constitue pas tout pour une console. Un trop grand nombre de consoles puissantes ne peuvent coexister. C'est comme s'il n'y avait que des dinosaures féroces. Ils pourraient se battre et précipiter leur propre extinction "   Le succès de la Wii repose essentiellement sur son accessibilité et ses jeux qui font mouche à chaque fois. Des jeux encore jamais vus jusque-là. Plutôt que d'axer ses jeux sur les graphismes ou leurs profondeurs, Nintendo va les rendre toujours plus fun et facile à prendre en main. Les Hardcore gamers vont d'ailleurs crier au scandale mais rien n'y fait, la Wii est la console qui va démocratiser le jeu vidéo en famille et ouvrir ce loisir à un public plus large en ciblant l'ensemble de la société. Car oui, il faut le dire, tout le monde peut jouer à la Wii ! D'ailleurs, elle porte bien son nom, Wii qui en anglais fait référence au mot "We", qui veut dire nous.   Au final, quoi qu'on en dise, La Wii a marquée l'histoire de son empreinte. N'en déplaise aux détracteurs, elle a fait ce que tout le monde attendait : faire du jeu vidéo un média pour toute la famille, fun, et qui ne cessera jamais de nous étonner !   N'hésitez pas à partager avec nous vos meilleurs souvenirs sur cette console de folie !

Consulter l'article en détail ...

N64 Chronique ecrite 

Publié le | Par

(1 commentaires)

Back to the Future : Le 6 décembre 1999

  Aujourd'hui nous remontons très loin dans le passé du jeu vidéo pour parler de la sortie Européenne de Donkey Kong 64 ! Le jeu est développé par Rareware et Nintendo et débarque chez nous le 6 décembre 1999. Il recevra un accueil plus qu'enthousiaste par la presse et on ne vous parle même pas des joueurs !     Il faut noter que c'est le premier jeu de la licence dans un univers 3D entièrement en temps réel !  Deux ans après sa sortie, la Nintendo 64 commence à montrer toute sa puissance. Il y a bien évidemment un mode solo reprenant les bases des trois premiers opus. L'histoire débute alors que l'ignoble crocodile King K. Rool a prévue un nouveau plan pour détruire l'île de Donkey Kong avec son laser, le Blast-O-Matic. Mais celui-ci tombe en panne après une collision qui fait s'échouer le bateau de K. Rool en face de l'île de Donkey Kong. Pour gagner du temps, il enlève des membres de la famille Kong et les enferme. Il vole ensuite la réserve de bananes d'or de Donkey Kong. Après que Donkey Kong ait libéré ses compagnons, ils s'unissent pour récupérer les bananes d'or et vaincre King K. Rool et son armée de Kremlings à travers 9 niveaux !     Mais ce n'est pas tout, le jeu possède une partie multijoueur avec 6 modes de jeu ! Un gros plus pour un jeu de l'époque. Il faut dire que jouer à quatre en même temps, c'est fun, drôle et accessible, enfin tout ce qu'on aime. Donkey Kong 64 se démarque par le nombre d'objets à collecter, la possibilité d'acheter des armes et les améliorer ou encore grâce à sa jouabilité simple qui peut être comprise par tout le monde. DK64 est le premier jeu de la N64 qui ne fonctionne pas sans "l'Expansion Pack" de Nintendo. Pour rapple l'Expansion Pack double la RAM de la console qui passe de 4 à 8 bits et permet d'afficher certains jeux de manière plus détaillée, avec une meilleure résolution, et avec une plus grande rapidité d'affichage.   Alors chers amis ? Cela vous rappelle-t-il des souvenirs ? N'hésitez pas à partager avec nous vos meilleurs moments passés sur Donkey Kong 64 !

Consulter l'article en détail ...

PS3 Chronique ecrite 

Publié le | Par

(0 commentaires)

Back to the Future : Le 5 décembre 2007

Comme le disait notre chère amie Vivienne Westwood dont j'ignorais totalement l'existence avant d'écrire cet article matinal : "Regarder en arrière est le seul moyen de créer le futur." C'est beau, sûrement vrai et surtout ça va m'aider à introduire la chronique d'aujourd'hui ! Consolefun vous propose de regarder un peu dans nos rétros et nos jeux vidéo rétro en se remémorant ensemble des bons souvenirs tout droit sortis du passé. "Back to the Future" vous proposera quotidiennement de parler d'un événement s'étant déroulé le même jour il y a plusieurs années. Et ce matin, regardons en arrière de 7 années, le 5 Décembre 2007 ! C'est loin et cela ne nous rajeunit pas, mais le plus important c'est que ce jour-là débarque en Europe Uncharted Drake's Fortune ! Oui, c'est exact le premier opus de cette future célèbre licence exclusive de Sony.             Et on ne va pas tourner autour du pot, ce jeu a mis une claque à tout le monde ! Déjà graphiquement il faut dire que personne n'a jamais vu un jeu aussi beau sur console. Les effets de lumière sont saisissants, les visages et les corps sont modélisés à la perfection. L'histoire est passionnante, les dialogues sont à la fois drôles et intelligents. Quant au gameplay, il est d'une efficacité redoutable ! Même si parfois l'IA se comporte de manière peu réaliste voire de façon stupide ou que la difficulté de certains passages est déséquilibrée, le jeu est quasiment sans défaut.     Il est important de noter que c'est le premier jeu mature du studio Naugthy Dog, qui auparavant n'avait créé que des jeux de plateformes visant un public beaucoup plus jeune, comme Jak and Daxter ou Crash Bandicoot. À l'époque, tout le monde attendait le jeu de pied ferme et voyait déjà en lui la Killer App de la PS3 sortie seulement quelques mois avant. Évidemment les critiques de la presse et les avis des joueurs furent unanimes et applaudirent le travail effectué sur le soft. Avec le recul, il est certain que Uncharted Drake's Fortune a contribué à vendre un paquet de console.     Alors, si vous n'avez jamais joué à cette tuerie, le staff de ConsoleFun vous la recommande sans hésitation ! On se retrouve demain pour le deuxième épisode de votre nouvelle chronique : Back to the Future

Consulter l'article en détail ...

PC Making Fun Chronique ecrite 

Publié le | Par

(2 commentaires)

Flash Info #2 - Hexagon

Les jeux vidéo, c’est toute une histoire ! Quand on entend ces termes, on ne peut s’empêcher de penser aux dernières innovations, aux consoles next-gen, au dernier jeu d’un grand éditeur, aux images vues dans les  salons les plus renommés du monde. Cependant, il ne faut pas oublier que les jeux vidéo fleurissent également sur la toile. Nommés alors jeux “flash”, ils ne nécessitent aucune installation et sont extrêmement accessibles.   Alors, qui sont ces jeux méconnus de l’univers vidéo-ludique ?     #2 : Hexagon   Cette semaine, parlons un peu d’un jeu que vous connaissez sans le savoir : Hexagon.  “Super Hexagon !” me direz-vous. Et bien, ce n’est pas totalement faux.   Avant de parler du jeu, revenons sur l’histoire de sa création. Il est l’oeuvre d’un seul homme : Terry Cavanagh, aussi à l’origine du célèbre VVVVVV. Outre la renommée de son créateur, Hexagon se distingue surtout par les circonstances de sa création. C’est en effet lors du Pirate Kart - un concours de développement de jeux vidéo - de 2012 qu’il a été entièrement conçu et développé en une durée record de 48h. Enfin, parler d’oeuvre d’un seul homme n’est pas tout à fait exact. Les musiques ont en effet été composées par Chipzel, une jeune compositrice irlandaise de grand talent.   Si, malgré sa grande renommée vous ne connaissez ni Hexagon ni son successeur, voici un petit point sur leur gameplay commun. Au centre, un hexagone. A ses côtés, un triangle qui tourne autour de lui grâce aux inputs de la souris ou du clavier. Et enfin, se rapprochant de ce triangle, des lignes. Le principe est simple : vous devez déplacer le triangle autour de l’hexagone pour lui faire esquiver ces lignes. Un gameplay assez simple, comme vous le voyez, et s’il vous est arrivé de vous énerver sur Super Hexagon, vous ne connaissez sans doute pas son ancêtre.   C’est en effet là où je veux en venir. A l’instar de nombreux autres jeux, Super Hexagon a eu une première version, disponible gratuitement sur le net en version flash. Si le jeu reste le même d’un point de vue global, de nombreux détails non négligeables changent de l’un à l’autre.   Les graphismes d’abord. Hexagon arborait en effet un air beaucoup plus rustre, avec des lignes plus dures et des couleurs plus sombres. Le gameplay, ensuite, était lui aussi plus brut, avec notamment une mort subite au moindre contact avec les lignes, y compris les lignes qui vous sont parallèles, ainsi qu’une absence de niveaux séparés. La compatibilité enfin était encore très peu développée, ne donnant la possibilité de ne jouer qu’avec le clavier.   Voici donc un aspect souvent méconnu des jeux video : un grand nombre d’entre eux font leur apparition directement sur la toile, sous forme de jeux flash. Alors gratuits, ils attirent le public qui devient, sans forcément s’en rendre compte, testeur de ces jeux. Au fil des commentaires des joueurs, une nouvelle version voit le jour, beaucoup plus aboutie, que les joueurs s’empressent alors d’acquérir. Car dans le fond, ce jeu, ils le connaissent déjà !   Hexagon, donc, est un jeu développé en à peine 48h et qui a sû séduire tout un public de joueurs à la recherche de défi. C’est grâce à son succès, et au concours de sa communauté, qu’Hexagon a réussi à évoluer jusqu’à donner le désormais culte Super Hexagon. Si vous souhaitez vous aussi tenter l’aventure sans pour autant débourser les quelques 3€ nécessaires à l’achat de Super Hexagon, vous pouvez toujours visiter son ancêtre à l’adresse suivante :   http://terrycavanaghgames.com/hexagon/   Sur ce bonne semaine à vous, et n’oubliez pas : les jeux vidéo se cachent parfois où on ne les attend pas.  

Consulter l'article en détail ...

PS3 PS Vita PS2 Podcast Chronique vidéo 

Publié le | Par

(1 commentaires)

[Emission] Parlons Scénar Episode 10 : Sly Cooper !

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue dans Parlons Scénar! Parlons Scénar, Qu'est-ce que c'est, nom d'une termite ? Eh bien c'est l'analyse de Scénario des plus Grandes Sagas du Jeux vidéos! Et pour cette première sur ConsoleFun, l'émission vous emmène dans le monde délirant et classieux de  Sly Cooper ! Préparez votre écran, vos écouteurs, et prenez en plein la tête ! Vous pouvez Bien entendu Partager cette vidéo un maximum sur les Réseaux sociaux, Aller sur la page Facebook officielle de Parlons Scénar et n'oubliez pas de vous abonner à la chaîne de ConsoleFun ! Sur ce, on ne vous embête pas plus, Bon visionnage !  

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(1 commentaires)

Chronique : Memories of Dunwall

La peste ravage la capitale de l'Empire.. Dunwall a du mal à survivre à ce fléau alors que se trame le meutre de ceux qui ont perdus leur honneur.                                                                 Premier Memories of .. sur Dunwall. Le but de ces vidéos est de mettre en valeur un personnage secondaire ayant vécu dans un univers fictif déjà existant. Un univers inspiré de n'importe quel média : film, roman, jeux vidéo, anime, manga. Ce premier épisode étant un pilote, je suis ouvert aux remarques et conseils pour améliorer le concept. Demandez à être l'acteur du prochain Memories of .... Joignez moi à : Wyrem.Hopebringer@gmail.com Rejoignez la communauté de ConsoleFun !  

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(0 commentaires)

Chronique du 10ème art: Resident Evil Partie 1 et 2

Tremblez mortel voici la 6ème édition de CHRONIQUE DU 10eme ART sur Resident Evil. L'homme tremble face a ce qu'il ne connait pas, mais paradoxalement face a ce qu'il connait il se perverti. Ainsi, j'ai essayé de me plonger dans cette étrange série, pilier du Survival Horror initié par le génial Shinji Mikami. Une licence qui a bien évoluée depuis 1996, date à laquelle a vu le jour Resident Evil (Biohazard au Japon) sur la PlayStation de Sony.   Bon visionnage et n'hésitez pas à pointer ce peut être amélioré dans ce concept.  

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(2 commentaires)

Chronique du 10ème art Bioshock partie 1

5ème Chronique du 10ème art et 1ère partie sur Bioshock. Cette vidéo passe en revue les  titres de la franchise de 2Kgames  Ainsi sort une nouvelle épopée sur Bioshock Qu'entre mer et ciel ces cités puissent scintiller de merveilles    Contactez-moi sur: Wyrem.Hopebringer@gmail.com Et n'oublier pas de soutenir la communauté de Consolefun

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(2 commentaires)

Nouvelle émission ConsoleFun.fr : I Play and Don't Pay

Nous avons le plaisir de vous annoncer l'apparition aujourd'hui d'une nouvelle émission sur ConsoleFun.fr : " I Play and Don't Pay ! " Le concept est simple, il s'agit de vous faire connaitre des jeux entièrement gratuits, ou presque, afin de mettre en avant des titres qui méritent d'être connus, ou tout simplement histoire de se taper un bon moment si jamais on tombe sur des jeux plus... curieux. Présenté par moi même, votre illustre et dévoué serviteur Xionixes, cette émission se veut alliera l'information au divertissement. Tantôt l'un, tantôt l'autre, et des fois peut être même les deux.    Rejoignez-nous dans cette merveilleuse aventure en regardant d'ores et déjà la première vidéo disponible sur le site :   

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(1 commentaires)

Chronique du 10ème art : World of Warcraft part 2

4eme Chronique Consolefun du 10ème art - 2ème partie sur World of Warcraft. Cette vidéo passe en revue les titres de la franchise de Blizzard. N'hésitez pas à vous abonner à notre chaine, si cette vidéo vous a intéressé, en mettant un beau "j'aime". Soyez critique et transmettez-nous toutes les erreurs que vous trouvez, la partie1 est en lien en dessous de la vidéo. Et n'oubliez pas, le jeu vidéo est un art alors respectons-le...   Lien vers partie 1 : http://www.youtube.com/watch?v=f8vBHKQx6ko

Consulter l'article en détail ...

Chronique vidéo

Publié le | Par

(1 commentaires)

Chronique : du 10ème art World of Warcraft part 1

4eme Chronique Consolefun du 10ème art - 1ère partie sur World of Warcraft. Cette vidéo passe en revue les titres de la franchise de Blizzard. Abonnez vous à notre chaine si ce genre de vidéo vous plaise, en mettant un beau "j'aime". Soyez critique et transmettez-nous toutes les erreurs que vous trouvez, la partie 2 arriverra normallement mercredi prochain. Sinon le jeu vidéo est un art alors respectons-le...  

Consulter l'article en détail ...