0

[TEST] Ace Attorney : Apollo Justice

icone auteur news

Le 10/12/2017

La saga Ace Attoney accueille son nouvel avocat de la défense sur 3DS ! Ace Attorney : Apollo Justice, le quatrième opus de la saga, se voit refaire une beauté en 3D : sorti initialement le 19 mai 2008 sur DS, Capcom décide de nous faire revivre les aventures du jeune Apollo. Le jeu est disponible en dématérialisé sur le Nintendo Eshop depuis le 23 novembre 2017. Les enquêteurs en herbe peuvent enfin revivre les premiers pas de leur héros dans une version retravaillée graphiquement et exploitant l'effet 3D de la console. Une belle opportunité pour faire découvrir les aventures d'Apollo aux nouveaux joueurs et de quoi donner un soupçon de nostalgie aux anciens connaissant déjà la saga.

 

 

 

IL ÉTAIT UNE FOIS...UNE LÉGENDE DE LA DÉFENSE...

 

Pour comprendre un minimum l'histoire du jeu, il faudra au préalable avoir terminé les anciens opus car la saga des Ace Attorney a la subtilité de faire évoluer ses personnages récurrents au fur et à mesure des épisodes. Sept ans séparent ainsi Phoenix Wright : Ace Attoney Trials and Tribulations de cet opus, juste après la radiation du grand et célèbre avocat.

 

Apollo se voit alors attribuer son tout premier procès où il devra défendre Phoenix Wright, ce dernier étant accusé de meurtre, rien que ça ! Il devra le défendre par tous les moyens, jusqu'à ce que nous comprenions que notre prestigieux avocat se retrouve en réalité mêlé à une sombre histoire plus compliquée qu'il n'y paraît. Le premier volet servira comme toujours de didacticiel afin de prendre ses marques dans les mécaniques de jeu, avant de rentrer dans le vif du sujet.

 


Phoenix n'a pas trop l'air de s'inquiéter de sa situation...

 

Vous rencontrerez toutes sortes de personnages durant les quatre enquêtes du jeu, marqués par leur caractère loufoque et changeant. Comme par exemple Phoenix Wright, devenu pianiste au style pantouflard, ou Kristoph Gavin, mentor d'Apollo et modèle d'impassibilité. C'est d'ailleurs son frère cadet Klavier, procureur et rock-star dans ses heures perdues, qui sera votre adversaire durant les procès. N'oublions surtout pas le juge, ce vieux monsieur increvable et toujours aussi naïf. La grosse surprise de ce jeu reste Trucy, une jeune magicienne qui se prétend la fille de Phoenix et qui tient avec lui son ancienne agence d'avocat devenue une agence artistique.

 

 

Mieux que Les Experts !

 


Trucy est toujours aussi enthousiaste !

 

Les mécaniques de jeu restent les mêmes que celles de tous les épisodes précédents de la série. Via le pavé tactile, vous déciderez quelles actions vous allez prendre : examiner les environs pour y dénicher des indices, parler, présenter des preuves aux témoins présents ou encore vous déplacer d'un endroit à l'autre. Vous pourrez aussi consulter les pièces à convictions récoltées à volonté grâce au dossier du tribunal. Votre rôle sera celui d'un vrai détective, voire celui d'un vrai professionnel de la police criminelle.

 

Le jeu introduit ainsi de nouvelles analyses de preuve très intéressantes. Dans les anciens épisodes, nous connaissions déjà les relevés de traces de sang ou d'empreintes digitales. Ici, nous découvrons le relevé d'empreintes de chaussure ou le scan de documents scellés. Il est aussi possible de tourner à 360° les objets afin de les analyser sous tous les angles.

 


Poussez toujours plus loin pour trouver le coupable.

 

Ensuite vient la phase du procès. Durant celui-ci, les témoins vont défiler et faire chacun leur déposition. À chacune de leurs déclarations, vous pourrez questionner le témoin pour le forcer à révéler inconsciemment des choses ou pour vous donner des éclaircissements sur des points particuliers. Il sera aussi possible de présenter des pièces à convictions et ainsi confondre le témoin. Ce dernier pourra alors revenir sur sa déclaration, sinon il sera écarté.

 

Prudence toutefois, une erreur peut être fatale et le juge n'apprécie pas ce genre de blague. Il vous sera donné une pénalité si vous présentez la mauvaise pièce à conviction au mauvais moment ou au mauvais endroit du témoignage. Votre barre de santé diminuera et une fois tombée à zéro, le juge déclarera l'accusé « Coupable », engendrant le Game Over.

 


Le poker est vraiment un jeu dangereux.

 

Le jeu n'a pas de difficulté à proprement parlé. Vous devrez faire preuve de réflexion et de logique au fur à mesure des épisodes. Le procureur ne vous laissera que très peu de répit et fera tout pour faire déclarer votre client coupable. Les témoins ne se laisseront pas faire non plus et sauront, en grande partie, déjouer vos attaques. Il vous faudra faire preuve de vigilance lors des témoignages, voire des dialogues en général, pour mettre le doigt sur le détail qui compromettra la crédibilité du témoin. Néanmoins, pas d'inquiétude, car Apollo détient un pouvoir unique qui saura vous sortir des plus mauvais pas.

 

De plus, le titre n'étant disponible qu'en anglais ou en japonais, à moins d'être totalement bilingue, il nécessite tout de même de la concentration pour ne pas rater un indice important et/ou comprendre la portée de telle ou telle déclaration. Il est donc conseillé de connaître un minimum du jargon juridique ou de posséder un dictionnaire proche de soi pour pouvoir terminer le jeu.

 

Chaque épisode se voit attribué une durée de vie de 10h chacun. Comptez plus ou moins de temps en fonction de votre compréhension linguistique ainsi que votre jugeote. Ce qui fait, avec les quatre chapitres du jeu, une quarantaine d'heures de jeu, ce qui est plutôt un bon point.

 

 

REMASTER ES-TU LA ?

 


Rock & Objection !

 

En ce qui concerne les graphismes, rien à y redire : la mise à niveau sur 3DS est très bien réalisée. Le côté pixélisé de la première version se voit affiné et lissé, rendant le tout plus agréable à l’œil. Les décors de fond sont retravaillés également, ainsi que la boite de dialogue.

 

L'utilisation de la 3D est très agréable à petite dose et particulièrement réussie. Sauf à quelques détails près dans la profondeur, comme quand le procureur Klavier se voit frapper le mur derrière lui au tribunal. En 2D le mouvement est parfaitement cohérent, la main frappant le mur alors qu'en 3D, la profondeur de champs entraîne un léger décalage entre le mur et sa main.

 

La bande-son se compose uniquement des thèmes des personnages que vous allez rencontrer, voire des thèmes de situations ou de lieux, comme les analyses ou la salle de repos du tribunal.

 

Ces musiques sont courtes et répétitives mais vous ne resterez pas suffisamment longtemps à un endroit pour qu'elles deviennent agaçantes. Certaines s'écoutent volontiers tandis que d'autres pourront rapidement prendre la tête si vous vous retrouvez coincé. A noter que les musiques sont exactement les mêmes que pour la version d'origine, sans aucune modification ou réorchestration.

  • JOUABILITÉ

    16

    Les mécaniques de jeu restent les mêmes dans n'importe quels épisodes de la saga et cela reste très efficace ainsi.

  • GRAPHISMES

    16

    Les graphismes remis au goût du jour sont parfaitement réussis et la mise à niveau en 3D l'est tout autant. On ne remarquera que très peu d'erreur de profondeur et l'effet « mal de tête » n'est que peu ressenti.

  • BANDE SON

    15

    Malgré des personnages non doublés, les thèmes de ses derniers restent très agréables à écouter. Certaines musiques sont placées minutieusement afin d'appuyer sur l'intensité du moment.

  • DURÉE DE VIE

    17

    Il faut compter environs 40h pour terminer le jeu. Comptez plus ou moins de marge en fonction de votre compréhension de l'anglais ou du japonais, ainsi que de l'utilisation de votre matière grise.

  • SCÉNARIO

    14

    Rien ne change de sa version 2008 et aucun ajout d'épisode inédit n'a été fait. Ce qui laissera pantois les anciens joueurs mais raviront les nouveaux avec son histoire intense et mystérieuse. Il est malgré tout important de noter que la connaissance des anciens jeux apporte un plus non négligeable.

    • Points positifs

      • Bonne durée de vie
      • Qualité graphique remastérisée
      • Histoire dense et prenante
    • Points négatifs

      • Jeu uniquement en anglais et japonais
      • Même jeu que la version 2008
      • Nécessite la connaissance des épisodes précédents

    Conclusion

    Malgré sa très bonne écriture et un renouvellement graphique, le jeu est exactement le même que sa vieille version, sans ajout d'épisode inédit. Ce qui est bien dommage. Le plus gros problème reste la restriction linguistique anglaise et japonaise, qui pourra repousser les nouveaux joueurs, alors qu'une traduction française existait dans sa version de 2008. Malgré tout, pour les plus courageux, le jeu saura mixer l'humour et le sérieux quand il le faudra, et ses musiques placées judicieusement feront monter l'adrénaline aux nouveaux joueurs de la licence au fur et à mesure des évidences montrées lors des procès, mais n'aura qu'une vision nostalgique pour les anciens qui auront déjà joué au jeu sur DS.

    16

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 2 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Gothiik : Responsable de la section "Soluce" / Vidéo-Maker

    Gameuse depuis trop longtemps pour être assez précise. J'ai commencé sur une Game Boy, suivi de la Sainte Megadrive ! De longues années passées sur Wow a anéantir ma vie sociale et scolaire, haha ! Mais qui m'a permis de trouver l'homme de ma vie. Les nuits blanches sur un Mario Kart ou autres jeux en multi avec des amis restent les meilleurs moments de ma vie (si je ne me suis pas endormit avant !).

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... "