1

[TEST] Fire and Forget : The Final Assault

icone auteur news

Le 24/05/2013

1988, année où sort le mythique Fire & Forget. Les PC de l'époque, entre autre, peuvent se vanter de disposer d'un jeu de course/shooting aussi simple qu'addictif. Titus Software se devait de développer un jeu étant le fils spirituel de son premier titre : Crazy Cars. Par la suite, Fire & Forget : The Death Convoy fait son apparition en incluant de nouvelles mécaniques de gameplay. 23 ans après, Little Worlds Studio pond un nouvel épisode de la bête en version next-gen. La base du jeu, heureusement, reste la même : Course à grande vitesse et séance de tir nerveuse. Évidemment, le soft offre une légère dose de nouveauté. Il est temps de faire chauffer le moteur pour une escapade routière du tonnerre !

 

Le cavalier solitaire

 

Même si le scénario ne sert que de background, Fire & Forget : The Final Assault a le mérite d'en proposer un. Cet opus se voit être la suite direct de The Death Convoy. Quelques années après avoir vaincu le démoniaque Capitaine Nucleo, celui-ci revient semer le trouble dans le monde en menaçant de déverser une tonne de charges nucléaires. L'ambiance et l'univers du jeu reprennent l'aspect post-apocaliptyque du dernier volet en date. Mad Max y est sûrement pour quelque chose et cela permet de donner une identité propre au titre. Bref, le gouvernement ordonne au joueur de se remettre au volant de sa Thunder Master III afin de combattre l'armée du Capitaine Nucléo et de l'éradiquer de la surface du globe. Il est temps de passer à l'attaque !

 

Les sensations de vitesse sont au rendez-vous !

 

Comme au bon vieux temps !

 

C'est là que les plus nostalgiques peuvent remercier les développeurs de Little Worlds Studio. Les bougres ont gardé le concept du jeu qui a fait son succès. L'objectif est de parcourir une succession de niveaux au sein du mythique véhicule (10 au total) et d'effectuer le meilleur score possible. Le tout réside dans un aspect de scoring perpétuel. Cependant, il n'est plus possible de choisir l'ordre des niveaux voulant être parcouru. Environs 12000 mètres de stage doit être effectué pour atteindre le Boss, l'éliminer et passer au prochain lieu d'action. Le joueur doit alors allier maîtrise du véhicule et dextérité au tir. Le bolide accélère tout seul, le pilote doit contrôler la direction (gauche/droite) pour éviter les obstacles qui se trouvent sur son passage. Bien entendu, de nombreux ennemis interviendront au fil de la progression. D'ailleurs, le duo voiture/avion est, de nouveau, de la partie. Le conducteur pourra transformer son car en une sorte d'aéronef lui permettant de combattre dans les airs. L'engin contient deux types de missiles forts utiles pour se débarrasser des ennemis les plus téméraires. Les hordes ennemis de machines volantes sont de différents types (les véhicules terrestres offensifs et défensifs, les aéronefs de téléportations, les robots kamikazes, …). Tous autant qu'ils sont, ils n'ont qu'un seul objectif en tête : Destruction ! De plus, les nombreux obstacles qui grouilleront sur la route seront omniprésent. Pour les esquiver, deux moyens s'offrent au joueur : Tirer dans le tas ou piloter comme un dieu. Grosso Modo, le jeu prend des airs de rail-shooting « contrôlé ». Mythique, sympathique et addictif. Du pur Fire & Forget !

 

Rien de plus fun que de voler pour une durée limitée

 

Ready ? Gooo !

 

À l'instar d'un gameplay mythique, Fire & Forget : The Final Assault propose une petite cuillerée de nouveautés. En effet, les mouvements caractéristiques de la franchise sont toujours de mise (déplacer son véhicule, visée automatique, transformer son véhicule, tirer des missiles/lasers, réapparaître). Le point central est la sensation de vitesse. Celle-ci augmente progressivement dès lors qu'aucun dégât n'est subit. Les dégâts du véhicule sont représentés à l'aide d'un indicateur (en pourcentage). Pas de panique, une fois un pourcentage de dégât trop élevé, il est possible de réduire les altérations subit en récoltant des items de « vie » disséminés un peu partout sur la route. D'autres éléments seront parsemés sur le chemin afin d'améliorer la puissance des tirs pour un laps de temps ou d'engranger un nombre supplémentaire de points. Justement, il existe deux types de tirs, la mitrailleuse-laser et les missiles télé-guidés. La première est représentée par une jauge de surchauffe, il est donc préférable de tirer au coup par coup pour éviter que celle-ci ne soit plus disponible un court instant. Les seconds permettent d'éliminer des ennemis simplement et efficacement un laissant appuyer la touche associée pour verrouiller la cible et en la relâchant pour la détruire. Ceux-ci sont en nombre limité, il faudra minimiser leurs utilisations pour pouvoir stocker un maximum de missiles (le joueur peut en récolter en récupérant les items associés). Évoqué précédemment, le système de vol est limité. Il sera possible de voler une dizaine de seconde avant de retoucher le sol. Fort heureusement, la jauge de transformation se régénère peu à peu. Autre nouveauté, la possibilité de customiser son véhicule. Il faudra battre le score de base pour obtenir l'un des différents objets de customisation (moteur, roues, ailerons, peinture, phares arrières, …). Ensuite, direction le garage pour jouer au petit tuner de voiture. Ce petit ajout reste dispensable mais assez fun. Le titre bénéficie de trois modes de difficultés déblocables au fur et à mesure (Normal, Difficile et Cauchemar). Plus la difficulté augmente, plus le nombre de points à obtenir pour battre le score est élevé et plus l'ensemble du jeu devient jouissif (ennemis plus coriaces et beaucoup plus présent). Enfin, le mode 2 joueurs fait son grand retour. Il suffit de créer une partie ou d'en rejoindre une pour pouvoir parcourir n'importe quels niveaux avec un ami. Autant doubler ses chances de réussites.

 

Voici la map du jeu. Désormais, il n'est plus possible

de choisir par quel niveau commencer...

 

Explosion non-stop !

 

Il faut le répéter, le meilleur atout du titre est qu'il a gardé son gameplay d'autre fois tout en s'améliorant sur certains points vitaux. Le visuel n'est pas bluffant mais depuis le dernier épisode sorti, il est plaisant d'être en présence de décor très jolis avec des effets lumineux (notamment le soleil) agréables à l’œil. La modélisation du bolide est en adéquation avec l'environnement post-apocalyptique qui l'entoure. Le système de customisation donne alors un petit style au véhicule conduit. Autre satisfaction, la fluidité. Le jeu tourne parfaitement sans effet de ralenti ou quelconque désagrément. Cela favorise la sensation de vitesse ainsi que l'immersion au sein de la multitude d'explosion. L'action est non-stop et donne une réelle addiction au soft. À noter que les bruitages (tirs, dérapages, explosion des ennemis, …) rendent le tout très jouissif. Il n'est pas rare de lancer en pleine course un petit : « BOOM ! Prend ça sale machine ! » (mieux ne vaut pas citer de grossièreté...). Pourquoi ne pas profiter du mode 2 joueurs. Autant s'amuser à deux que rester seul à casser du méchant pas beau. Pour finir, c'est assez sympa de voir que les développeurs ont inclu de petites anecdotes à lire durant les minuscules temps de chargement. Du Fire & Forget premier du nom puissance dix !

 

Scoring à gogo

 

Carrosserie endommagée...

 

Comme n'importe quel jeu qui se respecte, le bébé de Little Worlds Studio n'est pas immunisé contre les défauts. Les joueurs qui entameront l'aventure doivent prendre en compte le fait que le jeu est exclusivement un rail shooter « contrôlé ». Il faudra toujours déplacer son véhicule et tirer sur tout ce qui bouge. La répétitivité se fait grandement ressentir et il est conseillé d'en prendre conscience. En même temps, c'est ce qui donne du charme au jeu (on y adhère ou non). Il faut aussi citer une mauvaise gestion de la fonction de respawn. Elle n'est pas flagrante mais, par exemple, une fois s'être fait toucher par un champs de mines, il sera automatique d'appuyer sur la touche de réapparition. Malheureusement, si le champs de mines est situer au centre de la route, le véhicule réapparaîtra directement dessus... Un peu agaçant lorsque l'on veut redémarrer sur les chapeaux de roues. Il faudra donc impérativement jongler entre véhicule et aéronef pour pouvoir se sortir de situations délicates. Autant continuer sur tout ce qui tourne autour du Thunder Master III. La customisation du car est un ajout sympatoche. Dommage que la modification du design n'est aucune influence sur la rapidité ou la puissance du monstre. Cela aurait vraiment été une plus-value. Pour finir, les plus pointilleux remarqueront qu'il y a un manque dans la diversité des environnements. Certes, depuis le deuxième volet, l'ambiance et l'univers se sont orientés vers le post-apocalyptique. Pourtant, il aurait été agréable d'être face à des niveaux au climat varié (neige, pluie, tempête, …). Ce manque de diversité se répercute aussi sur les Boss de fin de niveau. Une fois les 12000 mètres de stage réalisés, le Boss sera identique quelque soit le niveau. Il y aura quelques légères variantes (ennemis accompagnant le Boss, jet de missiles, jet de mines, parcours aux obstacles variés, …). Être face à différents Boss au design unique aurait peut-être été un choix plus judicieux.

 

Qu'il fasse jour ou nuit, il faut tout exploser

 

C'est reparti pour un tour !

 

Enfin ! Il était temps de voir débarquer le plus classe des bolides dans le monde du jeu vidéo après 23 ans d'absence. Les développeurs de Little Worlds Studio ont effectué un très bon travail afin de faire renaître de ses cendre l'unique Fire & Forget. La nostalgie est belle et bien là avec une touche de fraîcheur. Le titre porte bien son nom. Rien est plus jouissif que de tirer sur tout ce qui bouge sans omettre la précision de la conduite. Le challenge est là, et ça c'est le plus important. Espérons que ce ne soit pas l'assaut final et qu'une prochaine aventure mettra de nouveau en selle le plus fou des pilotes !

 

SvainGame

  • JOUABILITÉ

    15

    La prise en main ne sera pas automatique. Il faudra un petit moment pour contrôler parfaitement le véhicule et maîtriser comme il se doit le combo véhicule/aéronef. Une fois domptée la bête, l'objectif du score parfait deviendra un challenge de qualité.

  • GRAPHISMES

    14

    Les décors sont assez jolis sans pour autant en mettre plein la vue. Ils correspondent à l'univers post-apocalyptique du titre. La modélisation du véhicule accentue l'immersion au sein de cette conduite infernale.

  • BANDE SON

    15

    Les bruitages forment un sérieux atouts. Rien est plus jouissif que d'entendre l'implosion des ennemis après les avoir bombarder d'une multitude de missiles et lasers en tout genre. Les dérapages et autres sonorités du bolide sont correcte et n'ont pas à rougir face aux rares autres jeux du genre. D'ailleurs, le peu de thèmes musicaux respectent l'ambiance global qui réside tout au long de l'aventure.

  • DURÉE DE VIE

    12

    Une durée de vie légère si l'on a pour seul objectif de finir le jeu en ligne droit. Le concept prend toute son ampleur une fois que l'on est décidé de faire exploser les scores. Les trois modes de difficultés seront bénéfiques tant le challenge est rude. Il faudra alors s'armer de sang-froid et de patience.

  • SCÉNARIO

    -

    Inutile de noter le scénario puisqu'il assume complètement son côté facultatif. Un fou allié menace, une fois de plus, de détruire le monde à l'aide de sa horde de sous-fifres. Une seule personne peut rivaliser face à celui-ci, le cavalier sans peur qu'incarne le joueur.

    • Points positifs

      • De l'action non-stop
      • Un challenge d'enfer
      • Addiction et nostalgie sont au rendez-vous
    • Points négatifs

      • Des environnements et des Boss peu variés
      • Une répétitivité accentuée pour les joueurs occasionnels

    Conclusion

    Fire & Forget : The Final Assault annonce brillamment le grand retour du mythe des années 80. Les développeurs ont réussis à faire renaître l'incroyable bolide à l'aide d'une toute nouvelle aventure alliant nostalgie et fraîcheur. On tire, on oubli, on calcul chaque virages, on essuie les gouttes coulant sur son front, on maîtrise impeccablement la conduite du véhicule ! Que demander de plus ? Les fans du shoot'em up peuvent se lancer à corps perdu dans ce nouveau jeu. Pour les autres, il sera impératif d'apprécier pleinement ce genre de jeu pour pouvoir s'éclater de bout en bout.

    15

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (1)

    Titiboy a écrit un commentaire le 24/05/2013 à 14:57

    Je trouve les images sympas. Je me l'essayerai bien un de ces quatre.

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 0 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Fire and Forget : The Final Assault

    Fire and Forget : The Final Assault

    Support : PC

    Editeur : Anuman Interactive

    Développeur : Little Worlds Studio

    Genre :Course/Beat'em all

    Multijoueur : Non

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Testeur de jeux vidéo

    Geek pour la vie

    Qui est notre testeur ?

    Testeur ConsoleFun

    J'aime tester les jeux vido

    Ils possèdent ce jeu

    Connectez-vous pour ajouter ce jeu à votre collection !