6

[TEST] Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Generations

icone auteur news

Le 31/03/2013

 

 
Si les mots Chidori et Rasengan signifient quelque chose pour vous, si vous vous demandez ce que ça fait de voir avec le Sharingan ou si vous trouvez que Madara c'est un prénom bien classe, alors vous connaissez Naruto, ce manga désormais devenu une des séries les plus vendues et connues au pays du soleil levant. Du coup, le jeu dont je vais vous parler aujourd'hui a de fortes chances de vous intéresser.
 
Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Generations, un titre à ralonge qui n'augure en général rien de très bon. En effet, comme on peut s'y attendre devant cette avalanche de noms, on se retrouve face à la suite de la série des jeux de combat Ultimate Ninja Storm, certes sympathique mais aux sorties peut-être un peu trop rapprochées. Disons-le d'entrée de jeu, Generations n'apportera rien aux possesseurs des deux précédents opus puisqu'il ne fait que reprendre et synthétiser le contenu déjà vendu. Comment? On paie pour avoir quelque chose pour laquelle on a déjà payé? Eh bien oui ma bonne dame. Mais c'est encore inexact.
 
Graphiquement, rien à dire. On est très proche du rendu d'un animé
 
Fan service
 
Commençons par souligner les points positifs de ce jeu. Le jeu nous propose un panel de personnage couvrant une portion impressionante du manga. Du premier tome aux (alerte spoiler) prémisses de la Grande Guerre, ce ne sont pas moins de 72 personnages jouables qui s'offrent à vous. Même si le prochain volet, Ultimate Ninja Storm 3 (sorti à l'heure où j'écris ces lignes) ridiculise le présent jeu avec une écurie bien plus large, le casting semble promettre de belles parties. On pourra néanmoins rechigner quant à la recrudescence des doublons et à la pertinence toute relative du choix des personnages à passer à la trappe. Ainsi, Ino Yamanaka a-t-elle été préférée aux membres du Quartet d'Oto aux compétences pourtant spécifiques et qui auraient pu être plaisants à jouer, lorsque la jeune demoiselle n'a un rôle que de figuration dans le manga. Et pire, elle se retrouve fournie en deux versions, jeune et ado. De même Karin ou Shino ne sont-ils présents que pour satisfaire les plus exigents des fans mais auraient été très dispensables. Ainsi lorsqu'on se penche réellement dessus, le casting semble beaucoup moins impressionants. Passées les 15 versions de Naruto et sasuke, on se retrouve finalement avec une vingtaine tout au plus de personnage vraiment intéressants. Mais ce problème est réccurent pour les jeux de combat à liscence. On le retrouvait déjà dans les Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi. 
 
Chaque arc scénaristique s'ouvre et se ferme sur une cinématique au rendu exactement semblable à celui de l'animé. Cela
ravira peut-être les plus fans mais il faut avouer que leur intérêt n'est que très relatif et qu'elles sont bien longues pour ce qu'elles sont. 
 
Comme dans l'anime
 
Passons donc à l'aspect technique. Ici, comme d'habitude, absolument rien à dire. Les graphismes en cell-shading sont bluffants avec relativement peu d'approximations et les doublages originaux sont disponibles comme bande sonore. Le nombre des terrains peu sembler restreint mais au final, ils parviennent à épouser tous les cadres rencontrés dans la série. Le dynamisme des combats et les animations lêchées contribuent à la chose et au final, on se retrouve plongé dans le combat comme si on agissait directement sur l'anime. Je n'ai eu aucun bug à déplorer lors de mes sessions de jeu, pas de clipping, d'aliasing ou autre. La partie technique est relativement bien traitée et fait le point fort du jeu.
 
Ok comme ça ça donne envie mais une fois qu'on se penche dessus, le casting perd vite de sa superbe. 
Doublons, oublis, personnages inutiles, rien n'est oublié pour nous faire regretter notre achat
 
Du réchauffé au rabais
 
Passons sur les louanges. Generations reprend donc le contenu de ses prédecesseurs et s'adresse uniquement à ceux qui n'auraient pas joué à ces précédents opus. En effet, rien de plus n'a été ajouté, que cela soit dans le casting (dans lequel on distingue les mêmes lacunes dont le quartet d'Oto) ou dans l'ajout de potentiels aventures inspirées de l'anime. Non ici, on reste sur l'aventure de base. Et l'aventure justement, nous y arrivons. Si les précédents volets nous avaient habitué à une progression typée RPG en monde semi-ouvert, ici tout disparait dans un écran de fumée. Le mode histoire se contente d'enchaîner les combats, sans variations par rapport au mode arcade si ce n'est que certaines compétences peuvent être interdites. Les combats de boss qui avaient valu les louanges à ses prédécesseurs par leur mise en scène et leur approche de gameplay différente? Passées à la trappe également. Ce mode aventure est creux et vide et rappelera simplement les bons vieux modes arcades des Tekken de jadis. Rien de bien folichon en somme. Du coup on se contente de farmer les combats pour débloquer les personnages mais on n'en retire rien. Les combats sont entrecoupés de dialogues sur fond fixe faits à la va-vite et chaque chapitre s'ouvre et se ferme avec une cinématique tirée de l'anime mais quelque peu modifiée, sympathiques mais un peu longuettes et franchement dispensables. Chaque chapitre vous place dans la peau d'un des personnages et vous invite à vivre son histoire. Le nombre de combat se révèle très limité puisque passées les histoires de naruto et sasuke qui proposent un peu plus de contenu, ils se résument rapidement à quatre ou cinq combats à la va-vite. Et à la vitesse à laquelle se déroulent les affrontements, on se retrouve rapidement à finir le mode histoire en moins de six heures au mode de difficulté maximale. Un contenu bien trop insuffisant. Et encore une fois, la pertinence des combats illustrés semble discutable lorsque le chapitre de Kakashi ne nous propose qu'une avalanche de combats d'entrainement avec son maitre (lorsqu'il est jeune) puis avec ses élèves. On aurait au moins pu s'attendre à y affronter Zabuza ou Itachi, sans parler de Kakuzu ou même de Pain. Une grosse déception donc sur ce contenu. Mais bon, si le gameplay tient bon, le reste n'a finalement que peu d'importance.
 
Au final l'ensemble du gameplay de Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Generations pourrait
se résummer groissièrement à la gestion des charges de substitution.
 
De l'esbrouffe
 
Le système de combat est resté intact par rapport aux précédents opus. Et bien qu'il ait été encensé par nombre de mes confrères, je nourris pour ma part quelques réserves à son égard. Le jeu nous propose donc des affrontements à un contre un avec ou sans appui de soutiens extérieurs qui interviennent par simple pression sur une touche et éxécutent une attaque, une parade ou autre. Les deux protagonistes se voient dotés d'une barre de vie et de chakra, cette dernière devant être remplie en maintenant triangle (sur PS3) enfoncé sans bouger. Le chakra permet de déchainer les techniques spéciales du personnage, qui s'avèrent en général très destructrices. On peut déjà noter un curieux désavantage entre les personnages puisque certains, comme Choji, doivent se placer au contact de l'ennemi pour le toucher avec la technique secrète, quand l'intervention fracassante de Gai traverse tout l'écran à une vitesse bien trop rapide pour réagir. Réagir comment? Et bien soit en utilisant le bouton de parade, bien trop lent et facilement cassable et donc à banir, soit le bouton de substitution qui permet d'éviter l'attaque en utilisant une charge de substitution. Et c'est là que le bât blesse puisque l'issue d'un affrontement au corps à corps se résoudra souvent à la gestion de ces charges. Si vous arrivez à en conserver alors que votre adversaire n'en a plus, vous pouvez alors le bloquer dans un combo dévastateur sans qu'il puisse rien faire simplement en spammant la touche de coup de poing. Et une fois à terre, ne le lâchez pas et enchainez avec une technique secrète qui passera sa parade et à laquelle il ne pourra plus se substituer. Ainsi les combats tournent-ils rapidement à un simple travail de gestion. La parade est inutile et vos attaques ne serviront qu'à forcer l'adversaire à gaspiller ses charges pour prendre de plein fouet votre attaque. Quant au déplacement et au positionnement, qui est souvent important dans les jeux de combat, il n'influe réellement qu'à distance, lorsque vous bourrinez les shurikens ou les techniques spéciales à distance. Au contact, un étrange système de lock vous attache à votre adversaire et rend tout déplacement inutile et entravé, vous poussant à bourriner les touches de coup de poing comme un gros porc en gardant un oeil sur la jauge de substitution. Le jeu s'avère vif, d'accord, mais surtout très bourrin et pas technique pour un sous. Pour un manga où la majorité des combats se résoud par l'exploitation d'une faille et le retournement des techniques de l'adversaire contre lui-même, c'est un comble de se retrouver devant un combat décerébré digne des derniers tomes de Dragon Ball.
 
A niveau égal, il est impossible de perdre contre certains personnages, bien trop lents, faibles et à
la portée des attaques bien trop courtes
 
On nait tous égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres
 
Quant à l'équilibrage, on nage dans le what the fuck le plus total. A côté de monstres comme Naruto mode ermite ou Madara, Karin et Ino avec leurs attaques sorties d'un trip sous acide, ont du mal à exister. Les personnages lents et lourds comme Choji cotoient la vitesse incroyable de Gai qui peut encore la multiplier en mode éveil (mode qui s'active lorsqu'on a perdu 50% de ses PV et qu'on charge son chakra à fond), rendant totalement inaccessible la vitesse de ses coups. Les marionettistes offrent un gameplay peu accessibles et si Chyo et Sasori peuvent au moins se permettre une défense et une mobilité à la hauteur des plus faibles de leurs camarades, Kankuro n'a pas cette chance puisque seul son pantin peut dasher et parer, le rendant tout bonnement injouable. Les coups des différents protagonistes ne sont pas équivalents en terme de dégat. Et si jamais vous parvenez à égratigner suffisament votre adversaire pour espérer entrevoir la victoire, le mode éveil se met en branle. Kyubi vous bombarde de projectiles surpuissants, Deidara se perche sur un dragon d'argile et spamme les attaques à distance, Susano vous enlève un quart de vie par coup d'épée et ses coups brisent la garde (ce serait pas marrant sinon), Gai et Rock Lee se déplacent à la vitesse du son et frappent avec une puissance incroyable et Ino... fait comme en mode normal avec un tout petit bonus de puissance. On se retrouve finalement avec des persos complètement crackés et d'autre vraiment pourris. L'équilibrage a été complètement ignoré par l'équipe de développement et vient ternir un tableau déjà peu reluisant.

 

  • JOUABILITÉ

    11

    Vif, le système de combat réjouira les plus néophytes et les plus fans de la série. Mais fans de jeux de baston, passez vos chemins. Vous ne trouverez pas chaussure à votre pied dans cette foire au spam et aux dashes où la garde n'a que peu d'impact

  • GRAPHISMES

    18

    Certainement le gros point fort du jeu. Avec un rendu proche de l'anime et une animation sans défaut, la réalisation est à la hauteur de nos espérances. Un cell-shading de toute beauté

  • BANDE SON

    14

    On applaudira les doublages en VO mais on ne pourra qu'être déçu devant la bande sonore, bien loin de la qualité de celle de l'anime, qui s'égare dans de la musique d'ambiance assez banale

  • DURÉE DE VIE

    7

    Le mode histoire se boucle en quelques heures à peine et la faiblesse du gameplay empêchera les plus acharnés de se livrer à des joutes endiablées sur le mode online.

  • SCÉNARIO

    12

    Parler de scénario pour un jeu de baston est déjà un peu fallacieux. Le titre s'en tire en se rattachant à l'histoire du manga mais sa gestion du mode histoire est affligeante et handicape le soft, alors même qu'il s'avérait le point fort des prédecesseurs

    • Points positifs

      • Graphismes proches de l'anime
      • Un casting conséquent
    • Points négatifs

      • Un gameplay ras des paquerettes
      • Un mode histoire à la ramasse
      • Pas d'équilibrage

    Conclusion

    Destiné aux fans de la série, néophytes de jeu de baston et ne possédant pas les opus précédents, ce titre aura bien du mal à trouver son public, surtout avec la sortie si soudaine de son successeur qui lui vole le vent des voiles. Au final, un jeu agréable en occasion pour peu que vous ne possédiez aucun opus de la série et que vous désiriez vous défouler sans prise de tête sur un jeu de combat à liscence

    11

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (6)

    Titiboy a écrit un commentaire le 31/03/2013 à 22:48

    Ohh Yes. Merci.

    SvainGame a écrit un commentaire le 01/04/2013 à 00:20

    Superbe test daemon ;)

    Lund a écrit un commentaire le 01/04/2013 à 01:49

    J'ai toujours l'impression que les jeux très attendus et au final pas au niveau de ce qu'on attend c'est le dada de Daemon. Toujours prêt à démolir le jeu :P (référence à Diablo 3 qui a subit le meme sort xD)

    daemonfire a écrit un commentaire le 01/04/2013 à 11:18

    C'te réputation que j'ai XD . Je promets que mes prochains tests seront bien plus optimistes, histoire de rééquilibrer :-D

    TROYER150 a écrit un commentaire le 01/04/2013 à 11:20

    Non celui là il n'était pas si attendu que sa vu que c'était un épisode de transition en attendant le 3. Dans mon vidéo-test je dis à peut-près les mêmes choses.

    Titiboy a écrit un commentaire le 01/04/2013 à 12:47

    Yeahhh les gars ^^

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 1 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Generations

    Naruto Shippuden : Ultimate Ninja Storm Generations

    Support : PS3

    Editeur : Namco Bandai

    Développeur : CyberConnect2

    Genre :Combat

    Multijoueur : oui, 2 joueurs online

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Thibault Teurki : Fondateur de ConsoleFun.FR, RP Manager & Rédacteur en chef

    Spécialiste des jeux rétro sur consoles et PC. J'ai de nombreuses affinités avec les jeux de stratégie (STR), mais aussi FPS sur PC. Sur console, je m'amuse énormément à décortiquer les RPG et les jeux d'aventure. Et je prend plaisir à jouer sur les jeux de plateformes (ex : Super Mario...).

    Ils possèdent ce jeu

    Connectez-vous pour ajouter ce jeu à votre collection !

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... CyberConnect2"