Console Fun - Consulter le sujet - [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

[Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Vous savez rédiger correctement, avez du temps pour jouer et savez faire partager votre expérience de jeu de manière objective ? Alors ce coin d'inscription au staff est fait pour vous.
Nouveau membre
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 10
Inscription : 25 Août 2015, 15:57
Localisation : France

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par ClockworkClémy » 01 Septembre 2015, 02:00

Bonsoir à tous ! (Oui, ce message a été posté à 2h du matin)

Merci à tous pour vos conseils/ remarques. Voici la deuxième mouture de mon test sur Ace Attorney (j'ai préférer le remanier avant d'en écrire un autre, histoire de voir s'il y a autre chose à corriger que la syntaxe).

Encore une fois, sous balises spoiler
Spoiler 
Le 24 octobre dernier, dans l’anonymat le plus total est sorti le dernier né de la série Ace Attorney (connu sous le nom de Gyakuten Saiban au japon), Ace Attorney Dual Destinies. Très attendu par une assez large communauté de fan dans le monde, ce jeu était vu comme un nouvel espoir pour une série en voie de disparition en Europe. C’est donc 5 ans après le dernier opus de la série et plusieurs années après son annonce par Capcom, que le jeu arrive enfin en occident.
Mais ce jeu est-il vraiment le « messie » que la série attendait pour revivre ? C’est ce que nous allons essayer de voir ensemble.

Dual Destinies est la suite de Apollo Justice : Ace Attorney et marque le retour de Phoenix en tant que plus ou moins héro de la série. Plus ou moins car cette fois ci, il n’exerce pas seul, en plus d’Apollo Justice, héro de l’opus précédent, une petite nouvelle sous le nom Athena Cykes fait son apparition.

Scénario et personnages
Entre backstory de personnages, mystères et dialogues débiles, la série s’en donne à cœur joie pour nous prouver qu’elle n’a pas changé. Suivant toujours le model de « visual-novel » de la série, le jeu se divise en 5 affaires où il faudra enquêter afin de découvrir le véritable coupable des meurtres ayant eu lieu.
Sans vraiment parler d’un scénario (même si le jeu suit on même fil conducteur et la continuité de la série), Les affaires ont toutes l’avantage d’être très originales, ce qui faisait parfois défaut sur certains épisodes de la série, il faut bien l’avouer. On retrouve pêle-mêle à un attentat à la bombe, une histoire de démons, une affaire dans une Académie d’étudiants en droit et enfin un obscure meurtre dans un centre spatial.

Sans rien spoiler, on peut en tout cas vous dire que ces affaires tiennent longtemps le joueur en haleine, et le nouveau procureur vous fera LUTTER pour avoir un ajournement de procès, et la dernière affaire du jeu elle est tellement prenante qu’on a bien du mal à lâcher la console.

Pareil à ses prédécesseurs, cet opus nous propose bon nombre de personnages plus loufoques les uns que les autres, accompagnés pour une grande partie de leurs propres thèmes musicaux (ou du moins un thème correspondant à leur personnalité).

Sur ce point, on peut dire que le jeu est loin de décevoir, Athena est fabuleuse, Simon Blackquill, le nouveau procureur est assez intéressant pour qu’on se pose des questions sur lui et ses motivations, mais en même temps assez cool et aimable pour que très vite on s’attache à lui. Bien qu’il ne remplace pas un Benjamin Hunter ou un Godot, il reste néanmoins un personnage charismatique et parfois assez hilarant. On retrouve aussi quelques visages familiers qu’on est bien contents de revoir, et même ce cher Apollo a droit à son petit développement de personnage, même si on aurait plutôt souhaité des réponses aux questions posées dans l’opus précédent.

Les nouveautés de gameplay
Comme à l’accoutumé, chaque chapitre est découpé en 2 parties, l’enquête, où on interroge des gens et on fouille des scènes de crime, et le tribunal, où notre boulot consiste principalement à bluffer pour prouver que notre client est innocent.

Ce nouveau chapitre dans l’histoire de Phoenix Wright apporte quelques nouveautés intéressantes en matière de gameplay, notamment la « psychologie analytique » apportée par Athena. Derrière ce terme barbare se cache le « pouvoir » de la jeune demoiselle, celui-ci permet de lire le cœur et les émotions dans la voix des gens afin de déceler les trous et autres incohérences dans leurs témoignages. Concept plutôt intéressant, il se retrouve très souvent utilisé en phase de tribunal, que ce soit pour prouver qu’un témoin ne dit pas toute la vérité, ou pour calmer leur trop plein d’émotions faisant de la friture sur la ligne. Malheureusement ce système n’est employé que superficiellement, et n’est utilisé au maximum de ses possibilités que durant la toute dernière phase de tribunal du jeu.

Autre petite nouveauté de gameplay propre à cet opus, la possibilité d’analyser la scène de crime en 3 dimensions, avec en bonus, un petit curseur indiquant quand il y a un truc que vous n’avez pas examiné. Bien que cet ajout soit relativement léger, il est tout de même assez agréable d’être dans de véritables pièces en 3 dimensions (pour les scènes de crimes) et non plus être coincé dans un simple décor en 2D. Le changement d’angle dans l’analyse des pièces permet surtout de voir des choses invisibles sous un autre angle, ce qui est somme toute appréciable, mais pas révolutionnaire

Le dernier ajout conséquent est le « bloc-note » intégré dans le jeu, sorte de liste des choses à faire avant de voir réellement l’histoire progresser, comme par exemple montrer telle chose à telle personne, parler à tel témoin, etc. Plus besoin de retourner chaque élément de décors de chaque endroit, de parler et montrer les preuves à tous les personnages croisés, et ça raccourcis et facilite le jeu grandement ce qui n’est pas forcément un défaut ce cas de figure: un jeu raccourcis parce-que la fausse difficulté et les moments rébarbatifs sont supprimés n’en est que meilleur.

Malheureusement, ce jeu n’est pas exempt de défauts, et bien qu’ils soient relativement minimes en comparaison, ce sont principalement des absences d’éléments de gameplay présents dans les autres opus qui risquent de décevoir les habitués de la série.

Dans la 5ème affaire du premier jeu et dans Apollo Justice, on nous proposait un gameplay à l’écran tactile d’assez bonne facture pour relever des empreintes et examiner des preuves et ainsi donner un peu d’immersion au jeu. Ce n’est malheureusement plus le cas dans Dual Destinien ou l’écran tactile permet juste de faire avancer le texte et consulter le dossier et les notes, choses qui sont faisables avec les touches, ce qui rends le jeu faisable sans pratiquement jamais sortir le stylet. Et pourtant, il y en a, des occasions d’examiner les preuves ou de relever des empreintes, seulement au lieu de solliciter le joueur, les personnages le font d’eux-mêmes et on se retrouve en tant que spectateur plus que comme joueur. C’est vraiment dommage, ce genre de mécanique était pourtant de très bonnes nouveauté des exclusivités DS.

Il n’est plus non plus possible d’examiner la totalité de tous les lieux du jeu comme dans les opus précédents. En plus d’enlever une partie de son humour et son semblant d’exploration au jeu, ça raccourcis de façon assez significative la durée vie, et sur ce point-là, raccourcir la durée de vie est un aspect négatif.

Le défaut le plus important reste cependant le fait qu’il soit exclusivement en Anglais. Ace Attorney étant un jeu se reposant sur sa narration et son écriture, il est très compliqué d’y jouer sans une bonne compréhension de l’Anglais , et même alors, on risque de passer à côté de certaines subtilités.

Récapitulatif des notes
Scénario : 16/20
De véritables efforts ont été fait pour offrir de nouvelles affaires fraiches et originales tout en conservant l’humour propre à la série. La qualité de chaque histoire reste parfois assez inégale cependant.

Jouabilité : 15/20
Le jeu, comme ses prédécesseurs, explique dès le début le fonctionnement de son gameplay, ce qui permet une prise en mains quasi immédiate pour les joueurs faisant l’expérience de la série pour la première fois. Toutes les options sont sélectionnables au stylet et se trouvent assez intuitives, même si on regrettera que l’écran tactile ne soit pas plus exploité.

Durée de vie : 16/20
La difficulté de certaines affaires et la réflexion demandée pour les résoudre peuvent facilement faire atteindre entre les 30 et 40h de jeu assez facilement.

Graphismes : 15/20
Les animations des personnages sont assez fines et le mélange 2D et 3D des environnements est assez agréable à l’œil et offre une profondeur de champ plutôt sympathique quand la 3D est activée.

Bande son : 17/20
Avec le retour de Noriyuki Iwadare (Ace Attorney : Trials and Tribulations) à la bande-son, on retrouve une OST de qualité, avec des remakes d’anciens thèmes musicaux ainsi que de nouveaux thèmes qui n’ont pas à pâlir fasse à ceux des opus précédents. Le sound-design est également d’assez bonne facture avec des bruitages particulièrement réussit.

Note générale : 16/20
Dual Destinies est le digne successeur de la série Ace Attorney grâce à sa capacité à mêler anciennes mécaniques et nouveautés, mais pourrait rebuter certains joueur potentiels par le niveau d’anglais exigé pour y jouer, et décevoir les fans de la série par des retraits qui se font remarquer.


Voili voilou, bonne nuit !

Maître Ninja
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 1154
Inscription : 19 Août 2011, 00:11
Localisation : Tour du Salut
Titre: Élu du mana / Modo

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par Vesperia » 02 Septembre 2015, 00:37

Yop !
Je te remercie pour cette V2 du test :D
Je viens de lire ça, et y'a pas à dire : ça passe déjà beaucoup mieux. Tu as très bien adapté ça au format presse, et il ne reste plus que du "détail", même si ça a son importance =p
En lisant maintenant, il y a surtout quelques fautes d'orthographe et quelques tournures de phrases qui me semblent bancales. Ca encore, c'pas très important. Par contre, j'ai l'impression que tu pourrais aller plus en profondeur dans les points que tu soulignes. Graphismes, difficulté des énigmes, certains points mériteraient un peu plus d'explications, de détails.
Après je te cache pas que c'est déjà très bien, et quasiment publiable ! Je sens juste un potentiel encore plus grand exploitable dans ton écriture, donc je trouve que ce serait intéressant de faire au mieux possible, c'est pas pour t'embêter =p

GalWii devrait réagir à son tour d'ici peu, mais ça me semble bien parti de toute façon !

Ninja d'élite
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 886
Inscription : 15 Août 2013, 00:24
Localisation : Anor Londo

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par GalWii » 02 Septembre 2015, 01:05

Bravo Clémy, tu as su faire les efforts nécessaires pour, d'une, accepter de modifier la vision de ton travail et de deux, l'avoir bien fait :)

Nous sommes tombés d'accord avec Vesperia sur le manque de profondeur sur certains points, tu as potentiel indéniable et c'est d'autant plus regrettable qu'on sent à la lecture du test que tu as pris du plaisir à l'écrire et à partager ton avis. N'hésite pas, au risque d'en dire un peu trop, essaie d'approfondir lorsqu'il te paraît nécessaire de mettre en valeur quelque chose, le lecteur en saura d'avantage et c'est ce qu'il demande.

Je reviens vite vers toi en message privé, histoire qu'on voit ensemble ce que nous pouvons faire sur ConsoleFun :D

Nouveau membre
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 10
Inscription : 25 Août 2015, 15:57
Localisation : France

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par ClockworkClémy » 03 Septembre 2015, 11:44

Merci pour vos réponses.
J'ai du mal à voir comment étoffer plus ce que j'ai fait, et je ne vois pas bien où il faudrait que je le fasse, cependant.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 15903
Inscription : 26 Mai 2009, 12:58
Localisation : Les ténèbres
Titre: Fondateur de ConsoleFun

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par Titiboy » 04 Septembre 2015, 21:17

On pourrait peut être organisé une réunion vocale, ou faire le point sur le tchat pour essayer d'échanger et de répondre à tes questions.
Qu'en pensez-vous (clockworkClémy, Galwii, et Vesperia) ?

Quand auriez-vous des dispo ?

Nouveau membre
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 10
Inscription : 25 Août 2015, 15:57
Localisation : France

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par ClockworkClémy » 05 Septembre 2015, 00:00

Je suis dispo Mardi au plus tôt, et après j'ai les cours qui reprenne donc je peux pas donner de disponibilité précise, mais en soirée éventuellement.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 15903
Inscription : 26 Mai 2009, 12:58
Localisation : Les ténèbres
Titre: Fondateur de ConsoleFun

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par Titiboy » 05 Septembre 2015, 09:53

D'accord, jen e sais pas pour Vesperia et/ou Galwii.
Il nous feront un retour possible sur ce topic, donc en attente de leur retour.

Nouveau membre
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 10
Inscription : 25 Août 2015, 15:57
Localisation : France

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par ClockworkClémy » 09 Septembre 2015, 23:33

Salut !

J'ai essayé d'étoffer là où ça pêchait un peu, donc voilà la dernière mouture du test.
Spoiler 
Le 24 octobre dernier, dans l’anonymat le plus total est sorti le dernier né de la série Ace Attorney (connu sous le nom de Gyakuten Saiban au japon), Phoenix Wright : Ace Attorney-Dual Destinies. Très attendu par une assez large communauté de fan dans le monde, ce jeu était vu comme un nouvel espoir pour une série en voie de disparition en Europe. C’est donc 5 ans après le dernier opus de la série et plusieurs années après son annonce par Capcom, que le jeu arrive enfin en occident.

Mais ce jeu est-il vraiment le « messie » que la série attendait pour revivre ? C’est ce que nous allons essayer de voir ensemble.

Dual Destinies est la suite de Apollo Justice : Ace Attorney et marque le retour de Phoenix en tant que plus ou moins héro de la série. Plus ou moins car cette fois ci, il n’exerce pas seul, en plus d’Apollo Justice, héro de l’opus précédent, une petite nouvelle sous le nom Athena Cykes fait son apparition pour aider dans les différentes enquêtes. Le jeu alternera donc entre ces trois personnages sur lesquels nous reviendront plus en détail dans la suite du test.

Faites entrer l’accusé : le scénario
Entre backstory de personnages, mystères et dialogues débiles, la série s’en donne à cœur joie pour nous prouver qu’elle n’a pas changé. Suivant toujours le model de « visual-novel » de la série, le jeu se divise en 5 affaires où il faudra enquêter afin de prouver l’innocence de notre client.
Sans vraiment parler d’un scénario (même si le jeu suit un même fil conducteur et s’inscrit toujours dans la continuité de la série), Les affaires ont toutes l’avantage d’être très originales, ce qui faisait parfois défaut sur certains épisodes de la série, il faut bien l’avouer. On retrouve pêle-mêle à un attentat à la bombe, un meurtre soi-disant causé par un démon, une affaire dans une Académie d’étudiants en droit et enfin un obscure meurtre dans un centre spatial.
Sans rien spoiler, on peut en tout cas vous dire que ces affaires tiennent longtemps le joueur en haleine avec leur nombreux rebondissements, et le nouveau procureur vous fera LUTTER pour avoir un ajournement de procès. C’est cependant la dernière affaire qui se démarque des autres elle est tellement prenante qu’on a bien du mal à lâcher la console.

Le Phoenix, le samouraï et le témoin: les personnages
Pareil à ses prédécesseurs, cet opus nous propose bon nombre de personnages plus loufoques les uns que les autres, accompagnés pour une grande partie de leurs propres thèmes musicaux (ou du moins un thème correspondant à leur personnalité).

Sur ce point, on peut dire que le jeu est loin de décevoir, Athena est fabuleuse, Simon Blackquill, le nouveau procureur est assez intéressant pour qu’on se pose des questions sur lui et ses motivations, celui-ci étant un détenu avec une drôle de passion pour les samouraïs. Bien qu’il ne remplace pas un Benjamin Hunter ou un Godot, il reste néanmoins un personnage charismatique et parfois assez hilarant.

On retrouve aussi quelques visages familiers que les fans de la série seront plus que ravies de revoir, et même ce cher Apollo a droit à son petit développement de personnage, même si on aurait plutôt souhaité des réponses aux questions posées dans l’opus précédent.

Ecrire, entendre et voir : Les nouveautés de gameplay
Comme à l’accoutumé, chaque chapitre est découpé en 2 parties, l’enquête, où l’on interroge des gens et fouille des scènes de crimes, et le tribunal, où notre boulot consiste principalement à bluffer pour prouver que notre client est innocent.

Ce nouveau chapitre dans l’histoire de Phoenix Wright apporte quelques nouveautés intéressantes en matière de gameplay, notamment la « psychologie analytique » apportée par le personnage d’Athena. Derrière ce terme barbare se cache le « pouvoir » de la jeune demoiselle, grâce à son collier électronique du nom de Widget, elle peut lire le cœur et les émotions dans la voix des gens afin de déceler les trous et autres incohérences dans leurs témoignages. Concept plutôt intéressant, il se retrouve très souvent utilisé en phase de tribunal, que ce soit pour prouver qu’un témoin ne dit pas toute la vérité, ou pour calmer leur trop plein d’émotions faisant de la friture sur la ligne.
Le principe est simple, les émotions que les personnages éprouvent durant leurs témoignages sont analysées par Widget et il suffit juste de choisir celle qui ne devrait pas être présente à ce moment-là de leur récit.

Malheureusement ce système, bien qu’employé très fréquemment, n’est utilisé au maximum de ses capacités que durant la toute dernière phase de tribunal du jeu.

Autre petite nouveauté de gameplay propre à cet opus, la possibilité d’analyser la scène de crime en 3 dimensions, avec en bonus, un petit curseur indiquant quand il y a un élément de décor que vous n’avez pas examiné. Bien que cet ajout soit relativement léger, il est tout de même assez agréable d’être dans de véritables pièces en 3 dimensions (pour les scènes de crimes) et non plus être coincé dans un simple décor en 2D. Le changement d’angle dans l’analyse des pièces permet surtout de voir des choses invisibles sous un autre angle, ce qui est somme toute appréciable, mais pas révolutionnaire
Le dernier ajout conséquent est le « bloc-note » intégré dans le jeu, sorte de liste des choses à faire avant de voir réellement l’histoire progresser, comme par exemple montrer telle chose à telle personne, parler à tel témoin, etc…. Tout ce qu’il y a faire est ajouté automatiquement, et tout ce qui a été fait est coché automatiquement aussi.

Plus besoin de retourner chaque élément de décors de chaque endroit, de parler et montrer les preuves à tous les personnages croisés, et ça raccourcis et facilite le jeu grandement ce qui n’est pas forcément un défaut ce cas de figure: un jeu raccourcis parce-que la fausse difficulté et les moments rébarbatifs sont supprimés n’en est que meilleur.

Faute de preuves : les défauts
Malheureusement, ce jeu n’est pas exempt de défauts, et bien qu’ils soient relativement minimes en comparaison, ce sont principalement des absences d’éléments de gameplay présents dans les autres opus qui risquent de décevoir les habitués de la série.

Dans la 5ème affaire du premier jeu et dans Apollo Justice, on nous proposait un gameplay à l’écran tactile d’assez bonne facture pour relever des empreintes et examiner des preuves et ainsi donner un peu d’immersion au jeu.
Ce n’est malheureusement plus le cas dans Dual Destinies où l’écran tactile permet juste de faire avancer le texte et consulter le dossier et les notes, choses qui sont faisables avec les touches, ce qui rends le jeu faisable sans pratiquement jamais avoir recours au stylet. Et pourtant, il y en a, des occasions d’examiner les preuves ou de relever des empreintes, seulement au lieu de solliciter le joueur, les personnages le font d’eux-mêmes et on se retrouve en tant que spectateur plus que comme joueur.

C’est vraiment dommage, ce genre de mécanique était pourtant de très bonnes nouveautés des exclusivités DS.

Il n’est plus non plus possible d’examiner la totalité des décors du jeu comme dans les opus précédents, seule la scène de crime est observable. En plus d’enlever une partie de son humour et son semblant d’exploration au jeu, ça raccourcis de façon assez significative la durée vie là où elle ne devrait pas l’être.

Le défaut le plus important reste cependant le fait qu’il soit exclusivement en Anglais. Ace Attorney étant un visual novel, il est donc entièrement textuel et se repose énormément sur sa narration et son écriture, il est très compliqué d’y jouer sans une bonne compréhension de l’Anglais , et même alors, on risque de passer à côté de certaines subtilités.

Scénario : 16/20
De véritables efforts ont été fait pour offrir de nouvelles affaires fraiches et originales tout en conservant l’humour propre à la série. La qualité de chaque histoire reste parfois assez inégale cependant, seules la première et les deux dernières affaires sont vraiment mémorables.

Jouabilité : 15/20
Le jeu, comme ses prédécesseurs, explique dès le début le fonctionnement de son gameplay, ce qui permet une prise en mains quasi immédiate pour les joueurs faisant l’expérience de la série pour la première fois. Toutes les options sont sélectionnables au stylet et se trouvent assez intuitives, mais l’écran tactile reste sous exploité par rapport à ce qui avait été fait dans l’opus précédent.

Durée de vie : 16/20
Malgré le fait que le jeu soit devenu plus facile grâce au bloc-note dans les phases d’enquêtes, les phases de procès restent tout de même assez longues. En effet, ellex comportent de nombreux rebondissement, mais demande une grande réflexion pour comprendre ce que le jeu veut nous faire utiliser comme preuve. En tout et pour tout, et en fonction du niveau d’anglais du joueur, il peut atteindre les 30 ou 40h de jeu assez facilement.

Graphismes : 15/20
Toutes les personnages sont en 3D dans des décors fixes, le mélange rends particulièrement bien, même s’il n’exploite pas les capacités de la console à son plein potentiel (plans-fixes propres aux visual novel oblige). Les animations des personnages sont assez fines et le tout est assez agréable à l’œil et offre une profondeur de champ plutôt sympathique quand la 3D est activée.

Bande son : 17/20
Avec le retour de Noriyuki Iwadare (Ace Attorney : Trials and Tribulations) à la bande-son, on retrouve une OST de qualité, avec des remakes d’anciens thèmes musicaux ainsi que de nouveaux thèmes qui n’ont pas à pâlir fasse à ceux des opus précédents. Le sound-design est également d’assez bonne facture avec des bruitages particulièrement réalistes.

Note générale : 16/20
Dual Destinies est le digne successeur de la série Ace Attorney grâce à sa capacité à mêler anciennes mécaniques et nouveautés, mais pourrait rebuter certains joueur potentiels par le niveau d’anglais exigé pour y jouer, et décevoir les fans de la série par des retraits qui se font remarquer.


Voili voilou.

Je suis également en train de préparer un test de Hatoful Boyfriend (étant donné qu'il vient de ressortir sur PS4 et que la suite/le spin-off devrait ressortir dans les prochains mois sur Steam. Cependant je risque peut-être de mettre du temps à produire d'autres tests, j'ai reçu mon emploi du temps de fac, et il est assez chargé.
J'essaierai d'aviser.

Bonne nuit à tous !

Maître Ninja
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 1154
Inscription : 19 Août 2011, 00:11
Localisation : Tour du Salut
Titre: Élu du mana / Modo

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par Vesperia » 10 Septembre 2015, 20:51

Yop ! Je viens de lire ça, et je vais en parler avec GalWii mais il me semble que nous serions disponibles à partir du 13 pour une réunion, afin de parler tous ensemble de tout ça si ça s'organise comme ça. Je ne manquerais pas de lire le test d'Hatoful Boyfriend :')

Nouveau membre
Avatar de l’utilisateur
Message(s) : 10
Inscription : 25 Août 2015, 15:57
Localisation : France

Re: [Testeur écrit] Candidature de ClockworkClémy

Message par ClockworkClémy » 13 Septembre 2015, 16:17

Oki doki, tenez moi au courant, je suis dispo en fin d'aprèm/début de soirée tous les jours sauf le Mardi et le Jeudi.

Je cache pas qu'écrire un test sur Hatoful Boyfriend est assez compliqué, parce-qu'il est quasi impossible d'expliquer pourquoi le jeu est bon, sans tout spoiler. Tout ce qui rend le jeu exceptionnel relève du spoiler x_x. J'espère pouvoir finir d'écrire tout ça mercredi soir, tout de même ^^.

PrécédentSuivant

Retour vers Testeur écrit/vidéo

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité(s)