0

[TEST] RWBY : Amity Arena

icone auteur news

Rédigé par Greed Lavare

icone auteur news

Le

Nous sommes le 31 octobre, et tout le monde sait ce que nous célébrons en ce jour... Halloween ? Bien sûr que non ! C'est l'anniversaire de Ruby Rose, la protagoniste de la web-série d'animation du studio Rooster Teeth : RWBY (prononcé justement "Ruby"). Et il ne vaut mieux pas oublier son anniversaire sous peine de lui offrir tous ses biens comme présent...

Rooster Teeth Games et NHN Entertainment ont sorti quelques jour avant la parution de la nouvelle saison de l'animé un titre mobile : RWBY : Amity Arena, disponible en téléchargement gratuit sur iPhone et Android. Quelle bonne occasion pour savoir si Ruby est en fait une véritable menace dans le monde du jeu mobile, ou bien si nous n'avons pas grand chose à craindre d'elle si nous ne lui faisons aucun cadeau pour son anniversaire...

 

"This is my birthday !"

 

 

Un tour sur les terres de Remnant

 

Pour situer ceux et celles ne connaissant pas RWBY et son univers, faisons un petit tour d'horizon.

Le monde de Remnant est infesté de bêtes maléfiques nommées "créatures de Grimm". Pour survivre à ce sombre fléau, l'Homme a cherché et a trouvé un moyen d'écarter les ténèbres qui le menaçait : la Poussière (Dust) qui lui offre bon nombre de pouvoirs sur les éléments qui l'entourent. Avec l'aide précieuse de la Poussière, les humains bâtirent des écoles afin de créer une nouvelle caste guerrière : les Chasseurs. Equipés d'armes rétractables et capables de formidables transformations (Ruby possède Crescent Rose, une faux ET un fusil de précision), les Chasseurs utilisent leur Aura dans le but de se protéger et de trouver leur Semblance, une capacité unique à chacun qui peut se dévoiler sous plusieurs formes. Pour revenir à la jeune héroïne, sa Semblance est celle de se déplacer très rapidement, la vitesse changeant son corps en une silhouette informe et rouge, quelques pétales de rose traînant dans sa course.

 

La dynamique Ruby Rose.

 

Plusieurs écoles pour Chasseurs existent mais quatre se démarquent par leur ampleur et leur réputation. Chacune d'entre elles est logée dans un royaume de Remnant : Vale, Vacuo, Atlas et Mistral. Pour entretenir la paix entre les différents pays et tester leurs jeunes Chasseurs encore en apprentissage, les quatres académies organisent le Festival de Vytal, un tournoi de combats prenant place dans une arène flottante : Amity Arena.

Les règles du tournoi sont simples : deux équipes de Chasseurs, formées dès le début de leurs études dans l'une des plus prestigieuses académies de Remnant, s'affrontent en duel. Pour gagner, il suffit d'éliminer entièrement l'équipe opposée ; même s'il ne reste qu'un homme debout à la fin, sa team gagne. Être en-dessous de son seuil critique d'Aura est éliminatoire (il s'agit d'une barre de vie en quelque sorte). Tous les coups les plus vils sont interdits (frapper un adversaire déjà K.O. par exemple) ; si un joueur est expulsé du ring, il ne peut plus soutenir ses compagnons livrant bataille. Lorsque les premiers matchs sont terminés, les équipes gagnantes réduisent leur effectif de moitié, passant de quatre participants à deux. Pour la finale, le duo se divise encore et un seul concurrent représente son équipe entière pour remporter le tournoi. Et à ça s'ajoute un point intéressant : le terrain. Le ring est scindé en plusieurs parties, puis un tirage aléatoire fait jaillir de ces parties un terrain différent (désert de sable, plage, forêt, montagne, etc.).

Voilà ce qu'il en est de la série RWBY. Pourquoi tant détailler l'animé alors que c'est le jeu mobile qui fait le sujet de ce test ? Simplement car l'Amity Arena est le centre de RWBY : Amity Arena, comme son nom l'indique d'ailleurs si bien, et qu'il est important de savoir d'où provient son origine. Malheureusement...

 

Et Yang, sa frangine au caractère enflammé.

 

 

Fan Service oblige :

 

RWBY : Amity Arena propose un melting-pot de personnages à collectionner et à jouer. Ainsi, même si le joueur peut former une, voir deux équipes de la web-série, il pourra agrémenter son deck de 10 unités de soldats robotiques d'Atlas, de membres du White Fang (organisation révolutionnaire composée uniquement de Faunus, des hommes animaux), ou de créatures de Grimm... Adieu les règles du Festival de Vytal, ici, on est invité à choisir avec soin ses cartes personnages / unités qui seront matérialisées sur le terrain afin de détruire tour et tourelles ennemies. Deux tourelles sont disposées aux côtés de la tour principale du camp de chaque joueur. Pour gagner la bataille, il suffit de détruire la tour adverse. Bien sûr, les tourelles et les unités ennemies sont perturbantes dans cette progression. Il est donc évident de massacrer ces armes lourdes fixes pour faire avancer ses troupes avec moins d'encombre ; en détruire une offre un cristal au joueur, et comme un score, celui qui en a le plus avant la fin du compte à rebours à gagner. Si les trois minutes s'écoulent sans qu'aucun des deux adversaires n'aient l'avantage sur l'autre, un délai supplémentaire d'une minute est accordé ; le premier qui prend le dessus en supprimant un bâtiment de l'opposant gagne, sinon c'est un match nul avec aucune récompense à la clé.

 

Une égalité.

 

Il est important de souligner également que les terrains ne sont ni aléatoires ni divisés en parties différentes : le jeu est segmenté en plusieurs cartes qui ne se débloquent qu'une fois un certain niveau de joueur ou un nombre précis de trophées obtenus. Les trophées s'obtiennent uniquement en remportant une partie classée ("Play For Fame") ; si l'on perd un match, on perd des trophées. Les cartes ne changent strictement en rien le jeu si ce n'est l'apparence du champ de bataille. Les tourelles et les tours sont toujours placées de la même manière sur l'aire de combat, qu'importe le terrain. De plus, accéder à une nouvelle map requiert un très grand nombre de trophées, ce qui peut rendre le tout fastidieux. Pour prendre des niveaux de joueur, la seconde méthode pour obtenir une nouvelle place de combat, il suffit de réaliser quelques missions quotidiennes (gagner tant de batailles, remporter un nombre précis de cristaux, détruire plusieurs tourelles, etc.) ou faire prendre des niveaux à ses personnages, actuellement dans son deck ou non.

 

Forever Fall Forest, la troisième carte à débloquer en atteignant le niveau 8 ou en ayant un minimum de 800 trophées.

 

En bref, RWBY : Amity Arena ne propose aucunement un Festival de Vytal semblable à celui de la web-série et préfère jouer la carte du fan-service en proposant quelques environnements issus de l'animé (remaniés au besoin) et la possibilité de pouvoir jouer plusieurs de ses personnages favoris, même si leur union n'ont parfois strictement aucun sens. Ce n'est pas un vériable soucis en soi, mais il est étrange de proposer une Amity Arena qui n'en est pas une, alors que n'importe quel autre trame de fond, même exclusive au jeu, aurait suffit à fournir quelques explications plus ou moins rationnelles.

 

 

Nerf de la Guerre

 

Après avoir constitué un ou plusieurs decks de 10 cartes via des menus intuitifs, il est possible de lancer deux types de parties en sélectionnant auparavant son deck fraîchement créé : une partie classée ("Play For Fame") avec gains, trésors et trophées à la clé, et une partie pour s'amuser ("Play For Fun"), nullement différente du premier choix si ce n'est qu'il n'y a aucun trophée mis en jeu. Une fois choisie et suite à un court écran de chargement, deux joueurs se font face, chacun dans leur camp respectif et identitique (ou presque, on y reviendra dans " Équilibre de la Force").

 

Même disposition du camp, toujours.

 

En bas de l'écran, une main de cinq cartes est proposée, avec à sa gauche le portrait du prochain personnage qui arrivera en main instantannément après avoir joué une carte sur le terrain. Pour invoquer un personnage ou une unité, il suffit de regarder le numéro inscrits sur les différents portraits pour connaître le nombre de points d'invocation à utiliser. Ces points sont représentés par une jauge segmentée qui se remplit progressivement, seule, et dont le rythme s'accélère à la dernière minute du timer. Quand on a suffisament de points pour mettre en jeu la carte qui semble adéquate à la situation, il suffit de la sélectionner et de la glisser sur la zone non-grisée de la map, notre camp. L'escadron, la créature ou le héros invoqué apparaît sur le champ de bataille et avance automatiquement vers l'adversaire, la tourelle ou la tour ennemie le/la plus proche. L'invocation se bat sans notre aide, elle a seulement besoin d'être posée au bon endroit au bon moment par nos soins pour pouvoir conserver au maximum sa santé et celle de son camp afin de ruiner le QG de l'adversaire.

Certaines cartes possèdent des compétences spéciales qui peuvent être utilisées d'une façon unique. Quelques personnages l'utilisent en apparaissant sur le terrain, comme Yatsuhashi qui frappe le sol avec sa lame pour renverser tous ses opposants dans l'aire d'effet, tandis que d'autres peuvent s'enservir n'importe quand du moment que sa barre d'aura (jaune et disposée sous celle de vie, bleue) est pleine ; un symbole apparaît lorsqu'elle est utilisable, il suffit alors de glisser son doigt de cette icône à la zone d'effet désiré (Weiss peut congeler plusieurs ennemis pendant quelques secondes). D'autres skills sont, quant à elles, actives en permanence : Coco inflige des dégâts de plus en plus importants à sa cible avec sa gatling ; les vaisseaux du White Fang transportent plusieurs de ses membres jusqu'à la tourelle ou la tour visée, et si le vaisseau explose, la petite troupe de révolutionnaires descend malgré tout.

 

Les informations au sujet de la compétence active de Coco.

 

Avec tous ses éléments simples mais efficaces, RWBY : Amity Arena s'avère être parfois sacrément corsé ! Principalement lorsque le jeu s'accélère lors de la dernière minute. Une certaine tension se crée alors, les invocations fusent de partout, de plus en plus vite, pour déconcentrer le joueur en face. Une main étant aléatoire, il est impératif de savoir poser ses cartes avec précision pour ne pas tomber dans des pièges. Par exemple, poser Weiss d'un côté de la map pour geler la tourelle adverse et gagner un cristal en lui occasionnant un maximum de dégâts afin de la saccager est une bonne stratégie. Mais à cet instant, l'opposant peut invoquer un escadron de l'autre côté, désormais plus vulnérable... Alors que la reine des glaces aurait pu éliminer ou ralentir le groupe dans son assaut, sa compétence touchant une large zone et étant très pratique face à des troupes ! Cette pioche et cette main aléatoires peuvent être source de frustration et de stress, mais c'est aussi, et surtout, cet élément qui augmente la nervosité des combats livrés ici en temps réel, forçant le joueur à toujours réfléchir et à agir correctement, une erreur pouvant être facilement fatale.

 

Une terrible illustration d'une horrible défaite...

 

Mais à quoi bon se battre ? Pour des trophées, des Liens (l'argent dans l'univers de RWBY) ? Pas seulement. Remporter une victoire offre la possibilté d'ouvrir un coffre aléatoire, contenant entre 1 et 5 récompenses en général. Ces lootboxes offrent, bien sûr, de l'argent (des Liens et de la Premium Dust, une monnaie spéciale pouvant être également acquise en échange de quelques euros) mais aussi des cartes. Pour ouvrir un coffre après un duel remporté, il faut obligatoirement utiliser une clé ; on ne peut en posséder que cinq sur soi. Les clés reviennent dans notre inventaire simplement avec patience, mais il est aussi possible d'en gagner une par jour rapidement en visionnant une publicité. Lootboxes obligent, ce sont souvent les même personnages de base qui viennent rejoindrent sa collection ; rares sont les moments où le joueur peut s'extasier devant une nouvelle carte. Une question se pose : alors que la pioche est infinie et aléatoire en plein duel, à quoi sert-il d'avoir plusieurs fois la même tête dans son jeu ? La réponse est simple : la prise de niveaux.

 

Une brève mais très suffisante vidéo de présentation se met en lecture une fois une carte inédite obtenue.

 

 

Équilibre de la Force

 

En effet, avoir un personnage en plusieurs exemplaires permet de lui faire prendre des niveaux. Il faudra de plus en plus de doublons au fur et à mesure que les niveaux seront importants. Les cartes rares ont besoin de moins de clones pour se renforcer. Pour effectuer cette fusion et nivellation de personnage, il faut donner une certaine somme de Liens, sans quoi rien ne peut se faire. Comme indiqué précédemment, faire prendre des niveaux à ses cartes donne quelques points d'expérience à son niveau de joueur. Lorsqu'un nouveau level de joueur est atteint, il est annoncé que ses bâtiments défensifs sont améliorés : ils gagnent tous plusieurs points de vie et infligent d'avantage de dégâts.

 

Les bâtiments défensifs armés deviennent plus puissants selon le niveau du joueur.

 

Ce système, étant tout de même intéressant sur plusieurs points (dont sa facilité de compréhension), se permet de ruiner l'équilibre même des batailles. Jaune niveau 1 ne gagnera jamais contre Jaune niveau 2 car ce dernier a bien plus de vie. Il suffit d'envoyer une unité à sa rescousse, certes, mais que fera-t-elle de plus si elle stoppée par une autre armée bien plus forte encore ? Détruire une base ennemie peut être bien plus difficile contre un joueur au level supérieur. Celui qui ne renforce pas les cartes qu'il sait jouer est plus facilement voué à l'échec.

 

Jaune peut prendre un niveau !

 

Et tout le monde n'est pas mis à la même échelle : en échange d'une poignée de Premium Dust, monnaie virtuelle elle-même échangeable contre de l'argent véritable, une personne obtient un coffre avec Liens et personnages plus ou moins rares à l'intérieur, ou peut même acheter des clés (moins coûteuses mais n'offrant que des lootboxes "classiques"). En conclusion, un joueur capable de déverser plusieurs euros sans s'en soucier peut devenir plus puissant que n'importe qui et prendre une certaine avance.

 

Une lootbox plus "conséquente".

 

 

Comme un Croissant de Lune...

 

Le jeu ne reflète qu'une "bonne" partie de lui. Des manques se font ressentir. Les musiques pour commencer : elles sont très peu nombreuses et toutes sont reprises sur le même rythme. Rythme qui n'est d'autre que celui du générique d'ouverture de la première saison de la web-série. Les compositions, bien que quelques unes soient discrètes, restent néanmoins bien réalisées, même si les fans de RWBY connaissent déjà la chanson...

Avec une accessibilité moindre pour pouvoir y jouer, les arènes ne sont pas abondantes. De la même manière, peu de cartes sont déblocables. Une case event manque encore à l'appel... Bref, un manque de contenu regrettable pour un jeu qui se veut malgré tout généreux et addictif, bien que répétitif par son manque de variété (organisation des bases toujours similaires et grand nombre de personnages doublons obtenus en cours de partie).

 

 

Quelques bugs ont surgi durant le test : lag, chargement infini, combat contre adversaire inactif, victoire sans récompense, mauvaise apparition de texture, publicités sans fin... Mais la plupart ont été corrigés lors d'une récente mise à jour. Et il ne faut pas douter, Rooster Teeth Games offrira bientôt du nouveau contenu à son jeu, mais RWBY : Amity Arena marque son arrivée par une certaine absence qui n'aide pas à vouloir maintenir le joueur... Sauf peut-être en tombant dans l'addiction totale.

 

Malgré les problèmes techniques, Rooster Teeth Games notifie les joueurs en restant bien ancré dans l'univers et le "trip" de RWBY.

 

Et on ne pourrait lui donner tort, surtout s'il s'avère être fan de RWBY : une véritable communauté de joueurs et d'adorateurs de l'animé ont rejoint les serveurs, fondant des Académies actives (similaires aux guildes dans les MMORPG). Rejoindre une académie permet de communiquer avec les autres joueurs du monde entier, du moment qu'ils partagent le même serveur (quatre serveurs existent au nom des royaumes de Remnant). Bien qu'il soit dommage de ne pas pouvoir ajouter les élèves de la même Académie en amis, cette option n'étant disponible qu'en liant son profil à son compte facebook, il est possible de demander de l'aide afin d'obtenir des doublons et prendre plus aisément des niveaux.

 

 

Une demande de cartes pour pouvoir s'améliorer plus rapidement : vive la communauté !

 

On peut également lancer des combats amicaux entre les membres du groupe ou bien partager une rediffusion de l'une de ses parties précédentes, classées ou pour le fun. Le nombre de trophées de la guilde est l'addition des trophées de chaque membre et sert de réputation à son école. Un classement entre les différents joueurs de l'Académie est également disponible, histoire de voir qui est le plus redoutable Chasseur d'entre tous.

 

Classement de l'Académie.

 

Aussi étrange soit-il de terminer par cet ultime point fort du jeu, son accessibilité est accrue par son tutoriel : simple, rapide, et interprété par Ruby et Yang et leur humour... Digne de la web-série. Le tutoriel est entièrement doublé par les actrices originales.

 

Un plaisir pour les fans.

 

 

 

Jouabilité                14

 

Un tuto qui donne toutes les bases, des mécaniques de gameplay simples d'utilisation, le tout servi dans une dimension stratégique en temps réel qui peut s'avérer être bien nerveuse. Accessible et loin d'être complexe.

 

Graphismes                14

 

Des modèles 3D style chibi, plutôt mignons et bien réalisés pour un jeu mobile. Les illustrations suivent la patte artistique de la web-série.

 

Bande Son                11

 

La présence du casting original, bien que les répliques soient pauvres mais suffisantes, vient compléter la note, bouleversée par de belles musiques partageant toutes le même rythme... Dommage quand on sait de quoi est capable Rooster Teeth en terme de compositions musicales.

 

Duréé de vie                13

 

Répétitif à souhait, le fait de pouvoir créer son petit deck pour changer à chaque fois la donne vient pimenter un peu les choses. Peu d'éléments peuvent nous retenir dans le jeu tant l'absence de contenu se fait ressentir, mais RWBY : Amity Arena propose malgré quelques arènes et cartes rares à débloquer contre beaucoup de son temps et de sa patience... Gagner des trophées peut parfois s'avérer être un véritable calvaire. Payer de la Premium Dust revient à baisser la durée de vie du titre.

 

Scénario               /

 

Inexistant. Ce jeu est basé sur des duels en un contre un en ligne.


 

Les + :

  • Intuitif

  • Un tutoriel bourré d'humour, et qui est simple et efficace...

  • ... Tout comme son gameplay qui demande toute l'attention du joueur !

  • Addictif

  • Une bonne communauté de joueurs

Les - :

  • Pourquoi "Amity Arena" ?

  • L'équilibre rompue facilement

  • Répétitif

  • Peu de contenu

 

Conclusion

 

Ruby Rose ne peut pas botter tous les derrières du monde, et elle n'est pas non plus une menace pour l'humanité. Au contraire, elle tente d'être gentille, serviable et généreuse au possible, souhaitant à tous ceux qui la suivent de passer un agréable moment en sa compagnie... Mais ça ne va pas l'empêcher de vous demander quelques sous pour vous aider à réussir plus rapidement. Eh oui, après tout, c'est Halloween ET son anniversaire.

 

Note générale                12

 

Source :@MetalHound

Galerie d'images

Note des Membres :- / 10


Commentaires

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.

L'article a reçu 1 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

photo_profil

Blogueur : Greed Lavare