0

[Interprétez !] MGS V : TPP — Le Phantom fête ses trois ans

icone auteur news

Rédigé par Greed Lavare

icone auteur news

Le

Attention ! Quelques rares spoilers traînent dans l'article !
Ne lisez surtout pas si le jeu vous intéresse !

 

 

Metal Gear Solid V : The Phantom Pain fête en ce 1er septembre 2018 ses trois ans, et le jeu continue à faire naître théories et débats passionnés au sujet de la saga sur divers fora. The Phantom Pain aura déçu certains fans et charmé d'autres, mais rares sont les jeux qui proposent une expérience aussi forte, réussie et durable. Et ça, il ne le doit pas qu'à son papa, Hideo Kojima, mais également à Konami qui l'a handicapé et malformé par "manque de temps" avec son plus gros défaut — sa douleur fantôme : son manque de contenus ici et là.

Et c'est précisément ce précieux "temps" qui fera le sujet de cet article.

 

 

Metal Gear Solid V : The Phantom Pain débute avec le réveil de Venom Snake suite à un coma de neuf ans — un saut temporel énorme ! Poursuivi par le "monde entier", il part retrouver Kazuhira Miller pour l'assister dans la construction d'une nouvelle Mother Base et commencer leur quête de vengeance pour éliminer "Cipher". Après la vengeance exécutée, ce sont les mots (parasites) qui entrent en vigueur dans le second chapitre, un thème renouant avec les fameux memes traités dans la série Metal Gear. Le titre de ce chapitre est "Race" (en anglais) qui se traduit simplement "race" mais aussi "course", et il est vrai que lors de cette deuxième partie, certaines missions principales se répètent et l'intérêt principal du jeu se centre alors sur le système des FOB, ou BOA (comme le serpent) pour "Base Opérationnelle Avancée", qui consiste à attaquer et dévaliser une base ennemie ou de défendre la sienne de l'assaut d'un autre joueur dans un temps imparti.

Pour mieux contrer l'ennemi, il faut alors se lancer dans une course à l'armement. Avec un certain niveau d'héroïsme (des points que l'on obtient selon les actions du joueur), on atteint le statut d'"héros" et il est ainsi possible de débuter la construction d'une arme nucléaire, une ironie pour un "héros". Les pacifistes (ou les voleurs en quête du pouvoir atomique) iront chercher les têtes nucléaires en infiltrant les FOB qui les réfugient. Différents embranchements se créent alors dans cette folle course : une course pour améliorer ses défenses et protéger ses bombes, une pour acquérir de nouveaux moyens d'attaques pour dérober les ogives, une pour fabriquer d'autres bombes atomiques et devenir une puissance et menace mondiale, une pour dénucléariser ce monde guerrier, etc.

Il est d'ailleurs bon de noter que Konami a forcé la main à Kojima Productions pour que Metal Gear Solid V (Ground Zeroes & The Phantom Pain) sort sur PS4, Xbox One et PC mais également sur PS3 et Xbox 360 (qui célèbre cette année ses douze ans — la bête de Microsoft en a dans le ventre malgré les ralentissements lors des cinématiques et l'aliasing) et que ces deux versions... Ont été délaissées et ne sont plus mises à jour depuis l'apparition (aberrante quant à l'héritage du jeu) de Revolver Ocelot jouable en FOB ! Un déséquilibre est alors observé avec des défenseurs mieux équipés que les assaillants, rendant ainsi cette course pacifique face à l'armement nucléaire quasiment vaine malgré que de nombreux joueurs se prêtent encore au jeu.

 

Défense d'une FOB et capture de l'assaillant avec un fulton trou de vers.

 

Évoquons ensuite l'altération du temps dans The Phantom Pain ; on observe plusieurs écoulements temporels : le temps réel et le temps in-game. Commençons par ce dernier. Le passage du temps se fait d'une façon réaliste (jour — nuit), mais les journées se déroulent plus rapidement que dans la vraie vie : une heure de jeu suffit pour que le soleil afghan se couche. Il est possible d'accélérer le temps grâce au Phantom Cigar, un cigare composé essentiellement d'absinthe qui réduit le stress et altère la perception du temps. Les moments de "stress" activent un ralenti, pratique pour rattraper le tir lorsque Venom Snake se fait repérer par exemple. Trop de stress fatigue le personnage et celui-ci se verra calmé par solution médicamenteuse via perfusion dans le CCA ("Centre de Commandement Aérien" — l'hélicoptère quoi).

Le jeu prend en compte l'écoulement du temps réel pour divers éléments. La création d'une arme ou d'une plate-forme pour sa base prend du temps et il faut compter de véritables minutes (voir des heures) avant que leur construction ne s'achève. L'infiltration d'une FOB ne se limite pas à une journée dans le jeu mais à 25 minutes réelles (ou moins selon les améliorations du défenseur).

 

L'utilisation du Phantom Cigar

 

The Phantom Pain pourrait pourtant immerger d'avantage le joueur dans son rôle d'espion en lui donnant des indications temporelles directement liées au jeu, comme "jusqu'au coucher du soleil" ou "jusqu'à telle heure", le jeu possédant une horloge retrouvable uniquement dans l'iDroid et via la montre de Venom (seulement visible en passant le temps avec le Phantom Cigar). L'heure du jeu apparaît même parfois à l'écran lorsque viennent l'aube et l'aurore ou quand commence une mission. Mais non, c'est un véritable conflit temporel entre réalité et fiction qui s'offre ici. Par ailleurs, cette altération est peut-être la cause des trous de vers à débloquer en guise de ballons fulton ou de l'apparition des Snatchers et de Raiden dans la mission "Jamais Vu" de Ground Zeroes. Ground Zeroes qui aurait été, d'après certains dires, une mission de base jouable lors du flash-back dans l'hélicoptère lorsque Venom amène Kaz à la nouvelle Mother Base. À quel point Venom Snake se met-il dans la peau de Big Boss si cette scène avait été un fantasme ? Et à quel point ce Big Boss fantasmé est-il perdu dans le temps ?

Le coma de neuf ans, la création d'un Phantom, ou encore Skull Face n'ont jamais été mentionnés dans Metal Gear ; tous ces éléments ne sont que la partie cachée de l'histoire de Big Boss (EVA dit d'ailleurs dans MGS 4 que son histoire possède beaucoup de secrets peu glorieux ; MGS V : TPP remet ça sur le tapis avec une cassette audio où Venom Snake se surprend de la déformation de la légende de Big Boss par les soldats et les médias). Cette période historique où se déroulent les événements de The Phantom Pain se passe sur 11 années. Ca ne paraît pas ? Et pourtant, c'est bel et bien le cas. À la fin du jeu, c'est l'opération "Intrude N313"* qui est lancé via la cassette MSX, soit la mission d'infiltration de Solid Snake à l'intérieur de la forteresse d'Outer Heaven dans le premier Metal Gear, celui-ci se déroulant en 1995 ; les plus fins observateurs auront observé dans le miroir brisé le logo Diamond Dogs transformé en celui d'Outer Heaven. Et pourtant, manette en mains, on ne croirait pas que 11 ans se déroulent sous nos yeux. Les dates importantes sont énoncées à la fin du jeu et tous les événements de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain se passent en 1984 jusqu'à cette fameuse opération "Intrude N313"* de Metal Gear. Et pourtant... Un élément vient sauver cette théorie : les cassettes musicales.

 

Derrière l'épaule de Venom Snake, on distingue les formes du logo d'Outer Heaven qui a pris la place de celui des Diamond Dogs...

 

Il suffit de regarder les dates de parution de chaque chanson qui sont dans le jeu. "Take on Me" de A-ha est sortie entre 1984 et 1985, tandis que "Friday I'm in Love" du groupe anglais The Cure est parue en 1992. Et ces cassettes, on les trouve dans les grands espaces ouverts de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, plus exactement dans les différents avant-postes ennemis, soit durant les phases d'exploration du jeu.

Au final, ce "capharnaüm temporel" n'est présent que lorsque le joueur joue ; pendant les cinématiques, le temps est figé : s'il fait nuit, il continuera de faire nuit, et s'il y a une tempête de sable, elle ne pourra s'arrêter que lorsque la scène injouable se terminera. Il y a malgré tout une exception : la chambre de Paz. Ici, rien n'est réel, pas même la jeune femme. Le temps ne semble plus s'écouler, tout est isolé du monde extérieur, ce n'est qu'un autre fantasme de Venom...

Par ailleurs, une des nombreuses théories quant à l'identité de Venom Snake serait qu'il n'est pas le doc' des Militaires Sans Frontière mais Big Boss qui refuserait simplement d'accepter ses actes et se serait ainsi créé un autre lui "psychologique" — un Big Boss schizophrène. Peu fervent de cette théorie car elle délaisserait l'héritage que nous lègue Big Boss (et Kojima) à la fin du jeu, elle n'en reste pas moins intéressante, particulièrement lorsqu'on se renseigne sur la schizophrénie. Certains sujets à cette maladie mentale n'arrivent pas à mettre en évidence la perception du "soi" ni même celle du temps.

 

Big Boss se verrait comme un démon ? Ou est-ce le doc' qui se voit comme tel ?

 

Et puis, il y a cet événement spécial qui ne dure qu'une journée mais qui se répète chaque année : la scène de l'anniversaire. Le joueur introduit au début du jeu, lors du réveil de Venom Snake dans l'hôpital chypriote, un nom et une date d'anniversaire pour son avatar, puis au fameux jour, les Diamond Dogs se réunissent pour célébrer avec joie l'anniversaire du Boss — vous. Et pour le troisième anniversaire de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, un modder à l'humour absurde et fan de la saga, le YouTuber Lakitouille, a monté une courte vidéo avec amour et passion que vous pouvez retrouver ci-dessous.

 

 

 

Au final, le quatrième mur était déjà quelque peu ébréché avant que Venom Snake ne l'éclate en mille morceaux, rétablissant le temps pour la suite de la série... Alors que cet épisode est le dernier de la saga...

Bref ! Interprétez !

 

 

 

 

 

*(Rien ne prouve dans le jeu qu'il est écrit "Intrude N313" sur la cassette, le dernier chiffre étant hors-champ. Il pourrait alors s'agir de l'opération "Intrude N312" où c'est Gray Fox qui est envoyé en mission par Big Boss, mais internet l'a démenti. Avec les mods et bien d'autres moyens, il est possible de voir la modélisation complète de la cassette et il est confirmé qu'il est écrit "Intrude N313", détruisant ainsi de multiples théories et interprétations de fans.)

 

 

Petite anecdote : le saviez-vous ? À la fin du trailer de l'E3 2014, accompagné de "Nuclear" de Mike Oldfield, Kojima annonçait déjà une date de sortie au jeu avec un beau "COMING 1984" rouge sang. 1984, c'est l'année où se déroule le jeu, mais en ajoutant des points aux bons endroits, on obtient : 1.9.84, soit 1 septembre 84. Coïncidence ? Peut-être ou peut-être pas, qui sait avec Kojima et sa manipulation informatique ?

Galerie d'images

Note des Membres :- / 10


Commentaires

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.

L'article a reçu 0 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

photo_profil

Blogueur : Greed Lavare